Airbus vend son électronique de défense au fonds KKR

Les entreprises françaises sont démantelées, disloquées, vendues par pans entiers, et cette fois-ci encore, c’est Airbus qui se voit dépouillé de l’un de ses secteurs clés, l’électronique de défense, racheté par les Etats-Unis! C’est en effet le groupe KKR (Kohlberg Kravis Roberts & Co) qui se paie ce secteur, comme il l’a fait des années auparavant avec le groupe Pages Jaunes entre autres entreprises…

r2064_9_airbus_ds_3d_blue_rgb

Airbus Group va céder au fonds américain KKR ses activités d’électronique de défense basée en Allemagne pour 1,1 milliard d’euros. Une transaction qui devrait être bouclée dans un an.

Plus de 18 mois après avoir mis en vente une partie de ses activités de défense, Airbus Group est enfin « parvenu à un accord » avec le fonds d’investissement américain KKR afin de vendre sa division d’électronique de défense basée à Ulm en Allemagne pour environ 1,1 milliard d’euros, selon un communiqué publié vendredi soir par le groupe aéronautique. Le groupe pourrait conserver une part minoritaire afin d’assurer une « transition en douceur » pour cette activité et ses 4.000 salariés.

Cette transaction, soumise aux autorités de la concurrence, doit être bouclée au premier trimestre de l’année prochaine, a précisé le géant européen.

« Il s’agit d’un pas significatif dans la réorganisation du portefeuille d’activités annoncée par la division Airbus Defence and Space en septembre 2014 », a indique Airbus Group.

Le périmètre de cette activité, qui génère 1 milliard d’euros de chiffre d’affaires environ par an, inclut les capteurs militaires, la guerre électronique, l’avionique et l’optronique. Elle emploie 4.000 personnes dans le monde. La décision de céder ces activités avait été annoncée à l’automne 2014 par Airbus Group dans le cadre de sa revue stratégique, afin de se concentrer sur les avions militaires et les missiles après l’échec du rachat du groupe britannique de défense BAE Systems en 2012. Cette opération tourne ainsi résolument le dos au plan « Vision 2020 » de Louis Gallois, le prédécesseur de Tom Enders, qui voulait équilibrer les revenus issus du civil et du militaire.

Airbus garde l’activité de surveillance de frontières

« En apportant une solution intéressante à toutes les parties prenantes, cet accord constitue
une excellente finalisation de notre opération Orlando, qui visait à repositionner Defence
Electronics
« , a estimé le patron d’Airbus Defence and Space, Bernhard Gerwert, cité dans le communiqué et qui va être remplacé le 1er avril par l’ancien directeur général de la division Large Drives de Siemens AG, Dirk Hoke.

Article en intégralité sur Latribune.fr

Voilà qui risque de ne pas plaire à l’ex-colonnel de l’armée de l’air Régis Chamagne qui dans sa conférence exceptionnelle (à voir absolument!!!) expliquait en détail le problème des pertes de souverainetés de la souveraineté de défense du pays.

3 commentaires