Cash Investigation-Produits chimiques : nos enfants en danger (Reportage+Solutions)

C’est une honte! Purement et simplement, ce que dénonce ce reportage est honteux! Nous en avons parlé à de maintes reprises sur ce blog, les pesticides étant une horreur absolue, contre-nature et parfaitement dispensables, mais le constat qui est livré ici est on ne peut plus clair, entre nos vies et le profit d’entreprises privées, le choix a été fait, et nos politiques se sont plus ou moins volontairement rendus complices.

Combien d’enfants, de maladies, de victimes de ces pesticides? Il ne sera malheureusement pas possible de les comptabiliser, mais il est toujours possible d’interdire les pesticides…

carte pesticides france

Comment accepter cela? Mais nous l’avons fait depuis des années maintenant, nous avons laissé faire, et même en tentant de changer notre alimentation, en tentant de nous orienter vers des produits dits « bios », il y a toujours des risques et pas des moindres, d’être touchés par ces produits soit-disant bénéfiques pour les plantes…

Heureusement, il y a des idées, des conseils, même si le gros du travail doit être fait avant tout par des personnes qui au final ont été plus ou moins élues pour ne pas réellement faire leur travail…

Que faire après les révélations de « Cash Investigation » sur l’agriculture qui tue ?

Si vous faites partie des téléspectateurs du documentaire de « Cash Investigation » diffusé mardi 2 février sur France 2, vous devez sans doute vous demander comment limiter la quantité d’intrants chimiques dans votre alimentation et votre environnement. Voilà quelques solutions…

Se renseigner

L’enquête de Cash Investigation, fort percutante, vous a peut-être ouvert les yeux sur un phénomène dont on ne mesure pas encore l’ampleur exacte. Plusieurs enquêtes ont déjà été menées sur le sujet, et je ne peux que vous recommander d’approfondir ce que vous avez découvert avec d’autres ouvrages.

 

Historiquement, c’est à l’américaine Rachel Carson que nous devons la première dénonciation des effets des pesticides sur notre environnement, dans un ouvrage facile d’accès publié en… 1962, Un printemps silencieux. Ses craintes se révèlent justifiées aujourd’hui, malheureusement…

 

Viennent ensuite les écrits d’un grand spécialiste du sujet, qu’on voit d’ailleurs dans le documentaire, François Veillerette, président du Mouvement pour le Droit et le Respect des Générations Futures. L’un de ses premiers ouvrages, paru chez Terre Vivante en 2002, s’intitule « Pesticides, le piège se referme ». Le plus médiatisé fut celui qu’il a co-écrit avec Fabrice Nicolino, chez Fayard (Pesticides, révélations sur un scandale français). Et vous pouvez aussi embarquer au passage celui qu’il vient de co-écrire avec la journaliste Marine Jobert, chez Buchet Chastel, au sujet de la menace invisible que constituent les perturbateurs endocriniens.

 

Notre poison quotidien, de Marie Monique Robin, diffusé sur Arte en 2013 (extrait ci-dessous) et accompagné d’un ouvrage aux éditions la Découverte, constitue aussi une enquête remarquable sur la question.

 

A voir également : Nos enfants nous accuseront, de Jean-Paul Jaud ou bien encore Solutions locales pour un désordre global, de Coline Serreau.

 

A lire aussi : les ouvrages de l’agronome Jacques Caplat, parus chez Acte Sud, sur l’agroécologie et les modèles agricoles de demain.

Si vous souhaitez vous renseigner de manière plus sommaire, allez sur le site Pesticides non merci et surtout sur Générations Futures ou sur le site de Greenpeace.

Vous pouvez également participer fin mars à la semaine sans pesticides.

S’alimenter autrement

Manger bio, local et de saison… tel est l’un des meilleurs conseils à donner. Lorsque cela est local vous pouvez vous assurer de la provenance du produit, de son mode de production : dans une logique de circuit-court, on peut facilement interroger un paysan et lui demander comment il cultive sa terre et traite ses bêtes ! Lorsque cela est de saison cela vient logiquement de moins loin, pollue moins, offre plus de garantie en termes de circuit alimentaire. Et bien sûr, lorsque cela est d’origine biologique et certifié comme tel, cela vous offre la meilleure garantie qui soit d’être en présence d’un produit bon, propre et juste, issu d’un mode de production naturel.

Pour aller plus loin sur ces sujets avec des conseils et des sites pratiques, rendez-vous sur les liens suivants :

Concernant la qualité de l’eau du robinet, consultez cette carte. Et si vous avez encore des doutes, il existe des filtres à installer directement sur le robinet, très pratiques.

 

Pour faire pression sur les décideurs, signez donc la pétition d’Agir pour l’environnement pour obtenir l’intégration d’une alimentation de proximité issue de l’agriculture biologique en restauration collective.

 

Et n’hésitez pas à soutenir voire financer des projets qui participent à la création d’une autre agriculture, tels Fermes d’Avenir ou Blue Bees.

 

 

Source et fin de l’article sur Alternatives.blog.lemonde.fr

6 commentaires

  • criminalita

    Pour l’instant j’ai personne qui peut m’expliquer si le BIO est plus profitable à notre corps.
    Les produits traités sont,je crois , certainement plus développés et par conséquents contiennent plus de vitamines ! Mais ! Revers de la médaille , les pesticides sont-ils nuisibles jusqu’à qu’elle proportion?
    Par exemple manger un poivron rouge crû et 100% Bio ça n’existe pas. Et à ce jour on ne vante que l’apport bénéfique de ce légume. Ceux qui n’aiment pas le poivron ne disent que du mal et ne voient que les pesticides. A la fin vous allez finir par ne manger que des cailloux.
    La meilleure formule pour rester en bonne santé c’est de manger de tout avec modération et donner une priorité en fonction de vos moyens aux produits bio.

    • koo

      Le bio est-il profitable à ton corps ? C’est plutôt étrange comme question, la réponse est une question de bon sens. Un légume ou fruit poussant dans une terre morte (retournée et aspergée de produits chimiques) ne peut pas contenir les micro-nutriments nécessaires à notre alimentation, parce que les minéraux ne sont assimilés par la plante qu’une fois transformés par les micro-organismes présents dans le sol, de la même façon que pour assimiler ces même minéraux notre corps ne peut passer que par le végétal, sinon ils sont non-bio-disponibles. C’est pourquoi la majeur partie de la population est dénutrie (manque de micro-nutriments) mais suralimentée (macro-nutriments) donc malade ou en voie de l’être.

      Enfin, s’il y a bien un mauvais conseil à donner, c’est bien de manger de tout avec modération… Un conseil creux et dangereux.

      Pour devenir en bonne santé, il faut comprendre la physiologie du corps humain et s’alimenter de manière à s’en approcher le plus possible. L’alimentation vivante est sans doute la meilleure voie. Pour m’y être mis, les changements dans le corps sont spectaculaires au bout de quelques mois pour toute la famille, plus besoin de pharmacie, plus aucun symptômes ou affections chroniques, plus d’affections pendant l’hiver, même plus de maux de tête ni coups de barre, une perte de poids, une plus belle peau et douce, une humeur plus joyeuse, etc…

      L’industrie chimique nous manipule en nous rendant malade par notre alimentation et en développant les médicaments qui soignent ces maladies ensuite, tout en en créant de nouvelles…

    • Planete bleu Planete bleu

      Les légumes, les fruits que tu trouve dans les grandes surfaces ont très peu de goût, ma mère à la chance d’avoir un jardin et crois moi le goût de ces tomates et de ces fraises, par exemple, non rien à voir avec ceux vendu dans le commerce. De plus tout les légumes et les fruits dans le commerce (sauf les magasins bio) sont traiter aux pesticides de différentes sorte. Comme on incite les gens à manger 5 fruits et légumes par jour, je te dit pas le cocktail de pesticide qu’on avale chaque jour. De plus ces pesticides tuent les abeilles.

      Agriculture: Pour Greenpeace, les pommes sont accros aux pesticides jusqu’au trognon

      http://www.20minutes.fr/planete/1632135-20150616-agriculture-greenpeace-pommes-accros-pesticides-jusqu-trognon

      Une salade sur dix contiendrait des pesticides interdits

      http://www.metronews.fr/info/cash-investigation-pesticides-sur-france-2-une-salade-sur-dix-infestee/moiv!jozaF27mEDkNA/

      Plus de 80 pesticides différents dans les fraises et les tomates

      http://www.bioalaune.com/fr/actualite-bio/24362/plus-de-80-pesticides-differents-fraises-tomates

  • nomdemon

    C’est certainement à cause de ça, que ma nièce de 11 ans est décédée le 24/09/2015 d’une tumeur au cerveau. Deuxième cas en moins d’une année dans la même commune, commune proche d’un centre pétrochimique à la frontière suisse.

  • Lionel

    Franc succès pour l’émission !
    18000 vues en moins de 24 h…

    Me Lucet aura-t-elle un « regrettable accident de la circulation » ???