Un roman sur une histoire d’amour judéo-arabe banni des programmes scolaires israéliens

Faut-il espérer la paix un jour entre Israël et la Palestine? Les chances sont moindres, car les bonnes volontés sont moins nombreuses que les mauvais esprits, et que la moindre évocation pouvant aller à l’encontre de « l’identité nationale » est mal vue, pathétique. Du coup, personne ne va tenter de leur expliquer que le multiculturalisme peut être une richesse? Ou que la mixité c’est l’avenir de l’humanité? C’est pourtant ce qui nous est expliqué chaque jour, alors pourquoi n’est-ce pas du racisme dès que cela touche Israël, ou la Palestine?

Le ministère israélien de l’éducation a exclu des programmes des lycées du pays un roman qui décrit une romance fail-tmp42014-07-15-0-26-32entre une femme israélienne et un homme palestinien. Le livre constituerait une «menace pour l’identité juive».

Le livre de Dorit Rabinyan «Gader Haya» («barrière vivante» en hébreu) retrace l’histoire de Liat, une Israélienne de Tel-Aviv, qui rencontre Hilmi, un Palestinien vivant dans un village au nord de Ramallah, à New York où ils tombent amoureux. A leur retour, chacun doit revenir chez soi, mais malgré les difficultés posées par le regard des autres, ils arrivent à se créer un univers pour eux deux dans une région où les barrières, physiques et morales, entre communautés sont parfois très fortes.

Ce roman a été banni au nom du besoin de maintenir «l’identité et l’héritage des étudiants», et de la croyance que «les relations intimes entre juifs et non-juifs menace l’identité distincte». La préoccupation selon laquelle «de jeunes adolescents n’ont pas une vision conceptuelle systémique qui inclus le maintien de l’identité des personnes et la signification de l’assimilation» a aussi été citée comme une raison du rejet de l’ouvrage.

Selon le Haaretz, le live a été refusé malgré le fait que le fonctionnaire en charge de l’apprentissage de la littérature dans les écoles laïques d’Etat, ainsi qu’un comité d’universitaires, aient recommandé d’ajouter le livre au programme d’études avancées, sur demande de plusieurs enseignants.

Lire aussi : Un extrémiste juif appelle Israël à imiter Brunei et interdire Noël

Néanmoins, deux membres du ministère de l’Éducation, Eliraz Kraus, en chargé des études de «société et humanité», ainsi que Dalia Fenig, présidente par intérim du secrétariat pédagogique, se sont opposés à cette proposition.

«De nombreux parents qui ont des enfants dans le secteur public seront fermement opposé au fait que leur fils/fille n’étudie ce roman, et verront cela comme une attaque du contrat de confiance entre les parents et le système d’éducation» a expliqué Dalia Fenig. «Les relations intimes ainsi que l’institutionnalisation par le mariage et la formation d’une famille – même si cela n’arrive pas dans l’histoire – entre les juifs et les non-juifs est vu par de nombreuses communautés dans la société comme une menace pour l’identité distincte.

Un sondage paru l’année dernière dans le cadre d’une polémique sur l’union d’un couple judéo-arabe mettait en lumière que 75% des Israéliens juifs étaient hostiles aux mariages mixtes, contre 65% des arabes israéliens.

Source: Russia Today

 

2 commentaires

  • suzanna

    On peut évidemment pas enmener les enfants en sortie scolaire pour visiter des camps d’entrainement pour tuer des palestiniens et à coté de ça, leur permettre de lire des histoires d’amour entre les deux peuples, pauvres gosses, ils seraient perdus dans cette incohérence, heureusement les adultes veillent. http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif

  • Les mariages mixtes entre juif/goyim ( non juif ) sont expressément interdit en israel. Le peuple  » élu  » est le peuple le plus raciste du monde…ça étonne quelqu’un?
    Du coup je vais relire Mein Kampf, ah mais!