Un foyer de grippe aviaire H5N1 détecté en Dordogne…

Pendant que le peuple est gavé d’informations contradictoires sur de supposées mesures de protections, que ces mêmes mesures commencent à montrer que, c’est surtout les citoyens qui sont ciblés. D’autres infos passent plus ou moins inaperçues, vu le contexte de peur et d’angoisse, savamment entretenu par les discours des uns et des autres, pour anesthésier cette masse populaire qui, si elle décidait de se réveiller, pourrait mettre le bazar dans leur stratégie perverse. Sachons que (citation d’un internaute) « dans tous les services de Renseignement, il existe trois sortes d’informations : celles, vraies ou fausses, que tout le monde doit connaître et diffuser, car elles confortent les intérêts du Service, voire du gouvernement. Celles, généralement plus crédibles, qui ne sont connues que des spécialistes, et des destinataires ciblés que le service décide d’informer. Celles qu’il faut combattre par tous les moyens (souvent par des actions de désinformation) parce que leur divulgation ferait du tort aux objectifs stratégiques du Service ou du gouvernement« .(fin de citation) Ce court mais explicite message est à méditer. La grippe aviaire est de retour en France……..

Pour la première fois en France depuis 2007, un petit élevage artisanal de volailles a été contaminé par le virus H5N1.

Dans un terrain servant de basse-cour à des particuliers à Biras (Dordogne), entre Périgueux et Brantôme, un foyer de grippe aviaire H5N1 a été détecté sur une vingtaine de volailles à la suite du signalement d’une mortalité anormale. C’est ce qu’a confirmé mardi soir l’un des laboratoires de référence de l’Agence nationale de sécurité alimentaire (Anses). Le ministère de l’Agriculture a précisé que le plan national d’intervention sanitaire d’urgence (PISU) a été activé.

Les virus de la grippe aviaire ont de nombreuses souches, dont certaines sont hautement pathogènes. Parmi les plus dangereuses pour les volailles d’élevage et les oiseaux d’ornement ou sauvages, se trouvent certains variants du H5N1. Il avait déjà fait parler de lui ces dernières années, en particulier de 2004 à 2007 après l’apparition de foyers importants de contamination au niveau mondial à partir de l’Asie.

Potentiellement dangereux pour l’homme

A la différence d’autres virus de la grippe aviaire, le H5N1 est capable de s’adapter à l’homme et fait donc l’objet d’une surveillance très particulière. A ce jour, aucune transmission interhumaine n’a été constatée, mais le virus continue de faire une trentaine de victimes humaines par an, principalement des personnes travaillant dans des élevages de volailles et directement exposées à de très fortes charges virales…/…

Lire la suite

Source Crashdebug via LeFigaro.fr

Cash Investigation : « Santé – la loi du marché »

Et aussi:

Pas que le gouverne-ment français qui savait…

La maire de Molenbeek possédait une liste de terroristes dont ceux de Paris, depuis des semaines…

 

6 commentaires

  • SURICATE

    ET demain, c’est la RAGE qui va revenir en FRANCE à cause des renards, ou d’un pauvre chien qui revient du Maroc avec son maître, en passant par l’Espagne et qui avait tout sauf la rage ?

    Allo Mariesol ? oui, bonjour m’dame qu’est-ce qu’on fait
    on appelle la spécialiste qui n’est autre que Bachelot ?

    Il n’y a que les volailles d’élevage intensif qui ont cette saloperie de « coryza » des volailles. Celles issues des fermes ne développent RIEN ! Donc c’est à la bouffe distribuée à ces volailles qu’il faut s’en prendre !

    Me souviens d’un expert flingué d’une balle dans le dos à Bruxelles, qui avait osé déposer un rapport accusant la nourriture spécial « volailles »…

  • jeffsensei jeffsensei

    Suricate: « Il n’y a que les volailles d’élevage intensif qui ont cette saloperie »

    Dans ce cas là ce n’est pas un élevage intensif, mais chez des particuliers.

    • SURICATE

      OK Jeffsensei mais aimerais savoir ce qu’ils distribuent à leur petit élevage ces particuliers…

      Les miennes en Dordogne avaient du blé et du blé bouilli l’hiver que je leur distribuais tiède. Elles avaient 1.400m2 de jardin et la première de leurs occupations le matin à l’ouverture de leur abri n’était pas le grain mais l’herbe et les vers de terre.

      Plus des restes de table, pain, pâtes, riz etc…

      Je n’ai jamais acheté de mouchoirs à mes poules et à leur coq.

      • jeffsensei jeffsensei

        Sur l’alimentation industriel je suis totalement d’accord avec toi, je voulais juste signifier que dans ce cas là ce n’était pas un élevage intensif

  • vico

    maverick :o tu ma l’air atteint :P vite vite une vaccination