Ce grand rêve du transhumanisme et ce qui s’y cache

transhuman1Source de l’image: Transhumanity.net

BiTS décrypte l’actualité des cultures geek et tisse des ponts inattendus avec la culture traditionnelle, l’histoire, la sociologie ou la politique pour offrir une lecture originale du monde contemporain. Avec BiTS, « recollons les morceaux » : http://bits.arte.tv

Une première partie sur le transhumanisme :

On nous promet un humain augmenté et immortel mais la culture SF nous a depuis longtemps préparé aux questions graves que l’industrie évite de poser. Recollons les implants ensemble.


Une deuxième partie qui présente l’entretien complet avec Bernard Stiegler.

Bernard Stiegler, né le 1er avril 1952 à Sarcelles, est un philosophe français qui axe sa réflexion sur les enjeux des mutations actuelles — sociales, politiques, économiques, psychologiques — portées par le développement technologique et notamment les technologies numériques.
Fondateur et président du groupe de réflexion philosophique Ars industrialis créé en 2005, il dirige également depuis avril 2006 l’Institut de recherche et d’innovation (IRI) qu’il a créé au sein du centre Georges-Pompidou.

Source: Agoravox.tv

6 commentaires

  • vico

    l’intérêt à installer aux profits des meneurs collaborateur pour mieux jouir sur le genre humain !! libéralisme spéculateur d’un monde sous contrôle mouhahaha..
    d’office morbide est chaotique, l’eugénisme donneras non un monde libre de vie, mais d’un monde mondain.. sélective, une mort assuré.

    # Ray Kurzweil (qui prévoit de « ressusciter son père ») est un ingénieur informaticien et futurologue récemment embauché par Google. Il annonce que l’homme qui arrive « sur le marché » sera de moins en moins biologique car « bourré » de composants électroniques. D’autres annoncent déjà que « nous serons comme des dieux », puisque nous serons capables de connaître les pensées de n’importe quelle personne située dans n’importe quel endroit du monde. Il y a clairement de quoi être terrifié par ce que nous préparent les « maîtres magiciens » experts en informatique et biotechnologie. Ces déclarations sont dans la droite ligne du mouvement « transhumaniste », un mouvement qui souhaite « améliorer » l’homme grâce à la technologie et, pourquoi pas, le rendre immortel…#
    mouais est pourquoi les deux :D à un combat de coque !
    http://www.survisme.info/la_gestion_des_paradoxes/le_livre_gestion_paradoxes_anti_dieu_contre_surviste.htm
    http://www.survisme.info/la_gestion_des_paradoxes/le_livre_gestion_paradoxes_gerer_la_mort.htm

    • quantum latin

      Bon rouge!
      … »quand l’homme arrivera sur le marché… »
      Ah?
      Parce qu’il ne marche pas déjà?!
      Ah oui,peut être qu’il ne marche pas…droit!
      Il,elle………$
      Heal hell…
      « Hill »,la montagne…!
      La manip’ vient de nommer le… « biologique »….

  • C’est pas si mal le transhumanisme. Je vois par contre 3 principaux problèmes.

    L’égalité. Si les plus riches ont « toutes les options », et que les plus pauvres n’en ont que peu, on aura une caste de superman, et une caste de gens qui crèvent.

    Le contrôle. Avoir des implants ou des membres bioniques, c’est bien, mais si ils sont manipulables par ceux qui les fabriquent, et qui pourraient les désactiver ou les contrôler, c’est pas génial.

    La dépendance. Si il faut recharger ses morceaux toutes les 8 heures pour qu’ils continuent de fonctionner, on en revient en partie au contrôle. L’intérêt devient vachement limité.

    Toujours est-il que ça nous plaise ou non, ça va nous tomber dessus. Et il va falloir être particulièrement vigilant sur le contrôle et la dépendance… Accepter un bras « bionique » qu’il faut « recharger » régulièrement quand tu as perdu un bras, pourquoi pas. C’est mieux que rien. Par contre, remplacer un bras sain par ce type de bras « bionique », même si il est plus fort, plus tout ce que tu veux, le simple fait qu’il ne soit pas totalement et définitivement autonome (et incontrôlable par qui que ce soit d’autre) en ferait une option à fuir absolument…

  • La transhumance c’est le déplacement d’un point à un autre de troupeau de moutons et de vaches.

    Généralement, les bêtes prennent de l’altitude pour accéder à de nouveaux pâturages, et s’engraisser pour l’hiver qui vient.

    Elles restent cependant toujours encadrées et sous la surveillance des bergers et de leurs chiens…

    Le transhumanisme, c’est la même chose.

    C’est le déplacement de la notion d’humanité vers une dépendance accrue de la technologie sous le contrôle d’entités inidentifiables et multiformes.

    Plutôt que le transhumanisme, c’est le surhumanisme qui devrait être l’objectif.

    Par là, j’entends l’évolution individuelle ayant pour but d’optimiser ses capacités physiques et intellectuelles personnelles.

    Pour cela, il nous faudrait pour commencer, toutes et tous, devenir des êtres HUMAINS, et non pas rester les simples primates-prédateurs guidés par nos pulsions animales d’homo-sapiens.

    Il s’agit d’apprendre à les contrôler (même les soirs de Pleine Lunehttp://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif), et de s’employer à s’améliorer.

    Avant de vouloir être transhumain, voire surhumain, si nous pouvions déjà être simplement des humains…

  • quantum latin

    Spinoza, »spinello »…http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif