La garde nationale déployée à Baltimore aux Etats-Unis après des affrontements avec la police

Depuis la marche de Selma en 1965 (film à voir si vous en avez l’occasion), la situation a-t-elle tant changé que cela aux Etats-Unis? Pas vraiment, les arrestations restent arbitraires quand à la couleur de la peau, les exécutions également. Les exécutions de noirs se succèdent inlassablement, à chaque nouveau décès, la tension monte, et la situation ne risque pas vraiment de se calmer à ce rythme-là… Pour l’heure, 5.500 gardes nationaux sont mobilisés, l’état d’urgence et un couvre-feu ont été décrétés.

553f2014c461886e7e8b45b8© Jim Bourg Source: Reuters Des émeutes à Baltimore

De violentes émeutes ont secoué Baltimore après les funérailles de Freddie Gray, un jeune noir décédé après son arrestation. L’état d’urgence et un couvre feu ont été décrétés, mais le calme semblait revenir aux petites heures du matin.

La ville de Baltimore s’est transformée en un théâtre de violences, où des centaines de manifestants ont pillé des magasins, mis le feu à des voitures et blessé des policiers après les funérailles d’un jeune noir âgé de 25 ans, Freddie Gray, qui est décédé après son arrestation.

Quinze policiers ont été blessés lors des affrontements, dont deux ont été hospitalisés. Au total, 27 personnes ont été arrêtées.

La situation a dégénéré après que des enfants en âge d’aller à l’école ont lancé des pierres contre les policiers de Baltimore. Ces derniers ont alors riposté en utilisant leurs bombes de gaz poivre. Les jeunes ont ensuite mis le feu à moins deux véhicules et à une pharmacie locale.

Le gouverneur du Maryland Larry Hogan a déclaré l’état d’urgence, déployé la garde nationale, qui est une force paramilitaire, et imposé un couvre-feu dans la ville de Baltimore, majoritairement peuplée par des afro-américains et située à moins de 60 km de Washington, la capitale américaine.

La garde nationale dispose de 5 000 hommes qui sont déployés massivement pour aider la police locale. «La garde nationale représente le dernier recours pour rétablir l’ordre», a déclaré Larry Hogan.

Les tensions entre la police et les manifestants ont été en constante augmentation depuis la mort de Freddie Gray le 19 avril. Ce jeune noir, arrêté après un contrôle de routine, est décédé après une semaine de coma des suites d’une fracture des vertèbres cervicales, conséquence de son arrestation musclée. La police locale a admis que les policiers ne lui avaient pas prodigué l’aide dont il aurait dû bénéficier. De plus, les officiers n’avaient pas attaché la ceinture de sécurité de Freddie Gray lorsqu’ils l’ont placé dans leur véhicule, ce qui est considéré comme une faute dans la procédure. La police locale, comme la police fédérale, ont mené l’enquête.

https://www.youtube.com/watch?v=q8x0HMFoYSg

Article en intégralité sur Rt.com

8 commentaires

  • Lilith Lilith

    les inégalité social sont la première cause de violence aux états unis, l’europe ni échappera pas car les inégalités sont de plus en plus grande et avec l’aflut de nouveau migrants qui fuient leur pays en guerre et en ruine elle vont s’accentuer d’avantage .

  • Le veilleur

    Non mais c’est surtout que la violence entraine la violence, sans compter les inégalités qui se creusent et qui font monter la colère des peuples, combien de gens sont en colères rien qu’en regardant les médiats ? plus que ce que l’on croit ! et comme la goutte qui fait déborder le vase, cette colère finie toujours par éclater un jour où l’autre.

  • xeos839

    Aujourdhui la garde nationale et demain les camp fema!!

  • L’illustration parfaite du fonctionnement des Démocratures dans lesquelles nous vivons.

    « Garde Nationale » !!!!!!

    Me marre ! Je plains les citoyennes et citoyens états-uniens qui se croient vivre dans la plus grande démocratie du monde.

    Ils sont tout autant que nous, européens, à la pogne d’une oligarchie de WASP, qui leur imposent leurs lois.

    Espèrons que quelques uns d’entre eux, puissent traduire les vidéos d’Etienne Chouard chez eux.

    Peut-être seront-ils plus tôt réactif que nous pour exiger le Tirage au Sort…
    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

    • Thierry92 Thierry92

      La dictocratie é tas zuniene a de beaux jours encore. A moins que les groupes extremistes et nationnalistes se développent et que des états fassent sécession.

      La seule chose qui a changé c’est l’équipement des tueurs d’états appelés Garde Nationale. Ainsi que leur violence qui a augmenté.

  • Bobbafett84

    Signe supplémentaire de l’exemplarité de ce qu’on a vendu en europe. Le modèle d’intégration anglo saxon. Ou comment laisser accepter les différences d’un coté, poussant irrémédiablement au renfermement et au communautarisme de l’autre. Cas concret aux USA, ou s’ajoute un arriéré ségrégationniste qui, dans certains états, n’a pas encore cesser d’exister dans certains esprits. Héritage aussi des mouvement de population car le Nord Est est évidemment l’endroit ou les communautés afro américaines sont les plus concentré, après le « Sud » (qu’on appel ainsi, les anciens état sécessionnistes de la guerre civil du 19ème). Car même si depuis la fin officielle de la ségrégation, il y a toujours eu un esprit de revanche, un esprit de « racisme ambiant » qui n’est pas étranger au même sentiments qu’on peu rencontre en Europe, comme en France, vis à vis de gens issues de certaines communautés, comme ethnie (car on ne peu pas le nié non plus, même si le politiquement correcte a supprimer cette notion). Car ce qui ce passe aux USA est une transformation de la société, dans laquelle les afro américain n’arrive plus a trouver leurs places. A l’exception de ceux qui ont accès à la réussite sociale, et qui généralement « compatissent » sans non plus cautionné les mouvements revendicatifs contre le racisme et les inégalités, il y a une forte proportion de ces afro américains qui ont loupé l’ascension sociale pour se laisser aller complaisamment dans la facilité. Sauf que la facilité ne fonctionne plus. Certes, ils ont les mêmes droit d’accès à la culture, à l’éducation, et peuvent s’armé des mêmes armes pour affronter la vie que les blancs. Mais leurs compétitivités est souvent mise à mal par une présence de plus en plus accrue de la communauté latino, quant elle n’est pas asiatique. Plus productifs, plus consensuels a des rémunérations « bradées », ces autres communautés supplante petit à petit la communauté afro américain dans la société, du fait que celle-ci c’est souvent trop reposer sur ce que l’état fédérale, impose en général pour leurs protections, et leurs engagements dans la société. Les cotas, dans les entreprises, les procès en cas de licenciement, souvent argumenté des mêmes raisons de « racisme », les provocations pour s’imposer parfois de façon maladroite et agressive, ont de plus en plus raison de la communauté afro américaine aux USA, et surtout dans les tissus économiques. Il n’est pas rare d’avoir de plus en plus de gens virés en priorité parce qu’ils sont blanc, asiatique, ou latino, parce que les entreprises ont peur des procès que des employés afro américain peuvent intenté contre elles. Il n’est pas rare de voir des problèmes de productivité, de qualifications, de compétitivités, de compétences qui ne sont finalement pas gérer vis à vis des populations afro américaine, parce que justement, c’est toujours le même arguments qui ressort, comparativement à des travailleurs blancs, latino, ou asiatique, sur qui repose souvent la pression. C’est une réalité du quotidien qui naturellement génère des disparités, des conflits d’intérêts, et fatalement cette situation ou de plus en plus d’entreprises tentent d’échapper à leurs obligations de cota, pour faire le strict minimum. Du coup, c’est évidemment la communauté afro américaine qui en subit les conséquences. Et vu que les tissues industriels et commerciaux du Nord Est des USA ont considérablement subit les crises successives qui ont détruit beaucoup d’emplois, beaucoup d’entreprises, la population afro américaine c’est retrouver en surpopulation, jusqu’a la ghettoïsation que l’on connait. Même si aujourd’hui des efforts ont été considérablement apporter pour aider cette communauté, il n’en reste pas moins que bon nombre d’entre eux sont rester dans un état d’esprit ou ils réclament, plutot que se battre comme tous le monde. Un assistanat fédérale qui n’a pas aider non seulement la communauté afro américaine (qui l’a au contraire renfermer encore plus sur elle même) mais en plus générer des disparité vis à vis des autres communautés ou finalement, cela n’a fait qu’empiré les relations globales entre elles. Même si l’on vois à la télé, au cinéma, le « melting pot » tant promu par les médias atlantistes, il n’en reste pas moins que dans l’envers du décors, c’est chacun chez soit, et dieu pour tous. Car ne l’oublions pas, la religion a aussi son rôle dans la société américaine. Une société qui est malade, et laisse de moins en moins de portes ouvertes pour voir les communautés vivre ensemble. Personnellement je peu côtoyer des afro américain, des latinos, des asiatiques, et même des gens des quatres coins du monde dans un milieu professionnel. Mais dans la vie privé, rare, très rare sont les connaissance dite amicales qui sont issue des autres communautés. Chacun reste dans son « coin ». A l’exception de quelques endroits à vocation cosmopolites et plus tolérants que d’autres (New York, San Francisco, Los Angeles, même si pour cette dernière tout est relatif) globalement les afro américain restent entre eux, et ne côtoie que très rarement les milieux blancs, qui eux même ne côtoie pas les milieux latino, qui eux même ne se mélange pas avec les asiatiques, plus particulièrement les chinois qui ne sont généralement pas ouvert aux autres communautés. Et c’est sans doute le gros talon d’Achille de l’amérique qui à un moment à raté le virage de la diversité et de l’intégration. Alors que cette diversité existe et pourrait cohabité. A l’exemple de ce que je connais personnellement en animant un groupe de gens qui souhaitent conversé en langue française et qui sont très souvent aspiré par le désir de partager des savoirs, des expériences, des différences culturelles. Mais même là, on ce rend compte très vite que les américains « blancs » font preuve de lacune d’esprit d’ouverture, alors que les gens issue de tout horizon (j’ai pas mal de gens issues des pays hispaniques, j’ai également des italiens, des allemands, et même des afro américains d’origines haitiennes, africaines, brésiliennes, également des tunisiens, marocains, et même russophone de Russie et d’Ukraine et qui partage le même avis sur le destin ukrainien qui a toujours été avec l’histoire russe, d’ailleurs) sont mué d’un désir de partage et de communions. Il est donc clair que les problèmatiques qui sont ceux rencontré aujourd’hui entre l’autorité et les gens de la communauté afro américaine, sont quasiment les mêmes que ce qu’on rencontre en Europe. Une dose de provocation et de délinquance accrue, qui focalise l’autorité sur un type d’individus en particulier, qui malheureusement est souvent issue de la même minorité, de la même communauté.
    Je n’exclus pas qu’aussi, au sein de la police, il y a aussi le fait indiscutable que des gens sont détenteurs d’un pouvoir, d’un badge, d’une autorité, qu’ils ne devraient pas posséder tant ils sont « fragile du haut », très positionné voir trop, idéologiquement parlant, voir psychologiquement insuffisamment stable pour éviter de paniquer en toutes situations et sortir le « gun » pour un oui ou pour un non.

    • kris de kerg. kris de kerg.

      J’ai tout lu, ……, la situation, très localisée sur , certains quartiers de Baltimore, pourrait se généraliser mais la garde nationale, voir l’armée interviendrais très vite ceci dans le cadre de la préservation de la démocratie……http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif

    • Tyr

      J’ai tout lu aussi.
      Affligeant.
      J4espère juste que vous ne croyez pas vraiment à tout ce que vous avez marqué: un mélange de faits, de théories et de croyance qui baignent dans l’idéologie du politiquement correct.

      Et non, l’Europe et sa situation n’ont rien à voir avec les USA et leur situation.