À voir ou à revoir: Les arnaques de la grande distribution

Fredmeyer_edit_1

Prix choc, un article gratuit sur un lot, promotions, réductions… autant d’appels que nous voyons dans les supermarchés et qui nous attirent. Si nous y regardions d’un peu plus près, nous verrions comment la grande distribution nous arnaque. Mais cela va encore plus loin. Entre les bons de réduction détournés, le délotage vendu ensuite à pleins prix à l’unité… autant de façon au hypermarché de s’enrichir au détriment du client. Ce documentaire nous montre à quel point, nous clients, nous faisons avoir trop souvent. Le consommateur reste le dindon de la farce. Lorsque nous écoutons les dirigeants des grandes enseignes, ils se battent pour garder notre pouvoir d’achat. Or le caddie n’a jamais été aussi cher et cela ne cesse de progresser. Pourtant les hypermarchés exigent de leurs fournisseurs des baisses de prix mais ils ne les répercutent pas à leurs clients.

Que pouvons-nous faire ? Déjà faire passer l’information, ensuite être vigilant sur les prix et comparer les prix des lots aux prix des produits à l’unité. Et surtout ne pas se laisser avoir par les grandes affiches promotionnelles qui ne sont que poudre aux yeux.  Ayons conscience que ces gens sont des commerçants prêts à tout pour élargir leur marge bénéficiaire.

Une mère de famille est surprise entrain de voler de la nourriture pour améliorer l’ordinaire de ses enfants, elle finit au tribunal après un dépôt de plainte des hypermarchés. Mais qui va envoyer ces mêmes directeurs de la grande distribution en procès alors qu’ils sont des voleurs de grande envergure ? Les clients se font voler mais aussi les producteurs à qui on achète à bas prix pour revendre au maximum.

Présentation: Pestoune

Et si vous n’êtes pas encore convaincus, voici 5 bonnes raisons d’aller voir ailleurs:

Pour changer volontairement une habitude de vie, il faut être convaincu du danger de celle-ci. Et oui, pourquoi changerions-nous notre routine si nous n’y voyons aucun intérêt ?

Ce raisonnement s’applique dans tous les domaines de vie : développement personnel, activité physique, milieu professionnel ou dans l’alimentation.

L’une des idées majeures de mon blog est de replacer les aliments les plus naturels, les moins transformés, les plus riches en nutriments au centre de vos assiettes.

Malheureusement, tout le monde sait qu’une assiette de légumes, et qu’un dessert aux fruits sont meilleurs pour la santé qu’un hamburger – frites avec une glace. Dans ce cas, il n’y a aucune utilité de faire la promotion des fruits et des légumes bio.

En revanche, révéler les abus, les mensonges, les tromperies et les manipulations des grands groupes commerciaux, desmultinationales peu scrupuleuses et des institutions officielles peut faire pencher la balance du côté du changement.

C’est pour cette raison que je propose dans cet article 5 raisons de fuir les hypermarchés, les supermarchés, la grande distribution de manière générale. Cet article est un ultra condensé d’heures de reportages sur les magouilles de l’agro-alimentaire.

5 raisons de fuir la Grande Distribution, c’est parti !

1. Les pires produits à votre portée

Les supermarchés, c’est bien souvent un bel étal de fruits et de légumes avec une boucherie et une poissonnerie dans le meilleur des cas.

Pour tout le reste, ce sont des kilomètres de rayons de gâteaux industriels avec les pires additifs ; des kilomètres de boissons sucrés avec les pires édulcorants comme l’aspartame…

En pénétrant dans un supermarché, vous suivez la masse des consommateurs qui vont cueillir leurs légumes en conserves et arracher les grains de maïs des emballages plastiques. Le chasseur-cueilleur moderne en somme !

Le triste génie de l’agro-alimentaire (raffinons tous les produits, transformons tous les produits) occupe la quasi-totalité des grandes surfaces, avec les produits les moins riches en nutriments essentiels, les plus déséquilibrés et les plus préjudiciables pour votre santé.

2. Le paradis des promotions foireuses

Une pancarte flamboyante dès votre arrivée « PROMOTION », ce produit mérite un coup d’œil, mais oui il est moins cher !

Faux ! Plus d’une promotion sur deux ne vous fera rien gagner comparée au produit initial et pire encore, elle vous fera perdre plus d’argent. C’est le malheureux constat des nombreuses enquêtes dans toutes les grandes surfaces de France et des contrôleurs de la répression des fraudes.

Ne cherchez aucune honnêteté, on veut notre argent point barre.

3. Des quantités erronées pour plus de profit

Est-il possible de se faire entuber 2 fois pour le même produit ? 3 fois même ? Bien sûr, rien n’est impossible avec la grande distribution.

Si vous achetez un produit en promotion, vous avec plus d’une chance sur deux de perdre plus d’argent qu’avec le même sans promotion (1er entubage). Le deuxième entubage, c’est d’avoir acheté ce gâteau à cause de l’environnement et du matraque publicitaire. Le 3ème entubage, c’est sur le poids de votre paquet de gâteau.

Il y a de forte chance pour que la quantité achetée soit inférieure de 30 à 50 g que ce qui était prévue. C’est une réalité. Qui pèse son paquet de saumon une fois rentré à la maison ? Qui pèse son paquet de chips pour vérifier les 250 g affichés ? Personne ne le fait, et les économies réalisées retombent directement dans la poche des distributeurs.

4. Des aliments gonflés à l’eau ou à l’air

Un scandale quasiment invisible. Les plats préparés industriels sont les plus touchés par cette escroquerie culinaire et financière.

Les chefs de cuisine savent parfaitement gonfler le volume d’un blanc de poulet avec des additifs autorisés afin de conserver plus d’eau et d’augmenter artificiellement le poids des produits et donc le prix.

Au final, le prix peut augmenter de 5% sur le poulet, 5% sur la sauce et encore un autre 5% sur le riz. Vous payez de l’eau, quand ce n’est pas de l’air !

Pour les glaces, c’est au maximum 50% d’air pour être dans la légalité. Une bouché d’air, une bouché de glace…

5. Des prix invariants, des quantités plus faibles

C’est ce qu’on appelle l’inflation masquée. Dorénavant les distributeurs savent que les consommateurs cherchent le moins cher, les bonnes affaires et ils savent qu’il ne faut pas trop changer les prix pour ne pas changer les habitudes d’achat.

Aucun problème, on ne change pas les prix mais on diminue les quantités ! Incroyable mais vrai. Une association de consommateur en Allemagne conserve une copie de tous les produits vendus en grande surface.

Résultat des courses ? De nombreux paquets de biscuits, de dosettes de café, de sauce diverses voient leur emballage perdre quelques grammes pour le même prix.

« Moins j’y vais, mieux j’me porte ! »

A n’en point douter ! Vous devez être convaincu que le profit est le seul et unique objectif de ces enseignes et de ces actionnaires. Tout y est fait, étudié, analysé pour vous tromper, vous mentir et vous faire consommer les produits les plus addictifs, les plus chers et les plus dangereux pour votre santé.

Il est grand temps de vous rendre compte quand on vous enfile proprement, sans rien dire et en plus, c’est vous qui dites merci.

La grande distribution, les supermarchés doivent être fuis au maximum. Il convient de chercher des alternatives alimentaires plus saines et durables, comme les marchés, les AMAP et bien d’autres.

Voilà 5 bonnes raisons d’agir, dans le bon sens.

Source: Dur-a-avaler.com

Et finissons avec une petite touche d’humour (assez acide), celui du « monde magique des caissières » qui subissent la mauvaise humeur des gens, le manque de politesse, les regards dédaigneux, et bien d’autres horreurs pas trop mises en évidence…

ob_7aadfb_2015-02-15-06-39-21

8 commentaires

  • Graine de piaf

    Alors là je plussoie à 1000% !
    je ne vais plus dans les hyper que pour des choses bien spécifiques comme le papier toilette par exemple ou un article de bricolage, voire autre chose du même genre.Sauf, et je le confesse, du poisson à l’Hyper U dans le Var car il est super frais et il y a un très grand choix du + au – cher ! j’y suis obligée car il n’y a pas de poissonnier en ville !
    Mes commerçants sont donc Bio*monde, et Bio*coop. Là je trouve tout ce qu’il me faut, comme dans une grande surface, mais de très bonne qualité bio. J’évite cependant tout ce qui est estampillé AB – une grosse triche – et encore plus, portant le sigle européen ! alors il reste Nature et Pro*grès, et Bonne*terre qui sont fiables.

  • Quelle affiche cynique !
    Il est facile pourtant de dire un petit mot à la caissière, un merci. J’aime bien plaisanter avec elles, des bêtises sans doute, mais de quoi détendre un peu. C’est un boulot vraiment difficile et elles ont souvent une pression de dingue.

    On n’a pas toujours le choix en matière de sources d’alimentation, sauf à en payer le prix. Cependant, il est vrai que, entrer dans un super ou hypermarché pour y faire des courses… correctes, tient du parcours du combattant !

    – Regarder les produits tout en bas du rayon: ils sont souvent moins chers que ceux juste au niveau des yeux.

    – Eviter les produits élaborés. Je suis estomaquée quand je vois: élaboré en France. OK, mais les matières premières viennent d’où ?
    Ils sont de plus bourrés de saletés, trop gras, trop salés…

    – Choisir le bio de préférence. C’est vrai, le bio des supermarchés est souvent truqué, mais…
    Et bien vérifier car il arrive qu’un produit bio soit moins cher ou à prix égal avec un autre non bio.

    – Lire les étiquettes, produits bio ou non. Ceci pour les OGM (lécithine de soja, amidon de maïs transformé, E ceci et E cela…). Vous avez sûrement vu l’étiquette d’une simple tarte aux fraises ? A frémir !!

    – Comparer comme il est dit dans cet article, vérifier les promos ou les gros contenants. Il y a souvent des surprises en effet.

    – Pour le poids des fruits et légumes en barquette, je n’ai pas eu de surprise jusque là.

    – Vérifier aussi si un produit est irradié ou non. C’est rarement marqué, mais on sait que les fruits secs et les champignons en barquette par exemple, le sont.

    – Idem pour les légumes comme les betteraves cuites, qui sont OGM le plus souvent.

    – Enfin, qui dit bio ne dit pas non irradié pour autant.

    Certes, ça prend du temps, mais …

  • Graine de piaf

    je ne vais rien mettre concernant l’irradiation des aliments car il y aurait trop à dire et j’en ai déjà parlé sur mon blog ( je ne peux pas quand même faire sa promotion!http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif )mais à ce qu’a indiqué Biquette il faut ajouter aussi les oignons, l’ail, les échalottes…,les avocats, ainsi que les bananes qui, après avoir été cueillies vertes, sont trempées dans des bains pour ralentir leur mûrissement, puis irradiées afin d’assurer le transport et la conservation !

  • PhildeFer

    Une astuce si vous ne pouvez vous passer de faire vos courses en super/hypermarché..
    N’achetez que des produits « 1er prix » de l’enseigne, ceux qui ont une emballage « horrible » au point que bon nombre de consommateurs auraient honte de passer en caisse avec…

    Et pour vérifier que vous vous êtes « faits avoir » le moins possible, comptez le nombre de points ou de remises que vous avez acquis sur votre carte de fidélité lors de chacun de vos passage en caisse: c’est simple, plus vous obtenez de points ou ristournes sur votre carte, plus vous vous êtes faits avoir… et inversement… ;-)

    Pour ceux qui croient encore que plus c’est cher, plus c’est forcément de meilleure qualité…

    http://www.quechoisir.org/alimentation/produit-au-rappel-lentilles-carrefour-grand-jury-et-premier-prix

  • gnafron

    quand on vit dans une grande agglomération, on a le choix des hypers…
    suis-je le seul à avoir un désagréable sentiment de malaise dans
    les hyper « carrefour », au niveau de la surveillance des clients « voleurs potentiels » ???

  • yann

    Et finissons avec une petite touche d’humour (assez acide), celui du « monde magique des caissières » qui subissent la mauvaise humeur des gens, le manque de politesse, les regards dédaigneux, et bien d’autres horreurs pas trop mises en évidence…

    Côtoyant des caissières , ce que tu dis est vite un raccourci.

    C’est comme dans un stade de foot ou tu as 50 personnes qui foutent le bordel sur 30 000 spectateurs.

    Dans une grande distribution ou tu as 5 000 clients , si tu as une vingtaine de personnes qui sont comme ca , ce sera déjà beaucoup pour une journée .
    Les caissières aiment leur travail , le contact avec les clients, surtout les personnes âgées de l’ouverture du magasin , qui vivent seules , pas d’entourages amicaux , familiaux .
    C’est comme partout , y en a beaucoup qui ne sont pas satisfait de leur boulot .
    Personnellement quand je passe en caisse , j’entend et je vois toujours les clients dire bonjour avec un minimum de rictus sur leur lèvre http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif

    Apres ce sont nos moyens financier qui nous permettent de pouvoir aller faire des courses , tout le monde aimerai acheter des produits meilleurs pour la santé . Quand je vois dernièrement 1 kg de carotte a 1.26 euros et le bio a coté a 2,40 euros , pour certaines personnes c’est tout vu , tu as 2kg pour 2.52 euros.

  • Tu as raison, Yann, le bio en supermarché n’est pas souvent bon marché. Mais on a parfois de bonnes surprises.

    Les caissières aiment leur boulot ? Je ne sais pas. Mais elles ont en tout cas bien du courage car elles travaillent dans un bruit continue et font des gestes répétitifs qui provoquent des tensions. De plus, selon les magasins, l’ambiance est plus ou moins bonne.

    Après, comme tout le monde, elles ne sont pas toujours bien lunées, c’est normal.