Ah bon, on est à l’os ? Ah bon, on fait ce qu’il faut ?

On l’a dit, on le répète : la situation est grave parce que l’austérité frappe la France de plein fouet, pif, paf. Partout, les élus, âpres à la dépense et conscients de leur énorme responsabilité si un déficit trop gros venait à obérer les finances publiques, font assaut d’inventivité pour tailler dans les services obèses, couper les charges indues et affûter les budgets au plus près.

Bien sûr, cela provoque de la grogne, des cris et des grincements de dents chez ceux qui sont les premiers touchés par ces mesures courageuses. Ainsi, le ministère de tout-ceci-est-parfaitement-normalla Culture a-t-il pu mesurer les difficultés à assécher les robinets d’argent public et l’impitoyable dureté des éléments se déchaînant sur le monde des Arts a même fait l’objet d’une carte dédiée. Dans les collectivités territoriales, la main ferme de l’État refuse d’ouvrir un peu la bourse publique, et les élus locaux sont donc confrontés à de douloureuses décisions et doivent faire preuve de créativité pour dégager des marges de manœuvre et faire des économies. Il faut dire que d’après la Cour des comptes, ces collectivités n’ont encore fait que peu d’efforts pour réduire leurs dépenses de fonctionnement (notamment en personnel). Serrer la vis s’impose donc avec urgence pour redresser les finances du pays.

Et les résultats sont là ! Grâce à ces mesures inédites dans un pays jadis habitué à la dépense, Christian Eckert, le secrétaire d’État au Budget, a eu le plaisir d’annoncer que la masse salariale des collectivités locales avait bondi de 4% l’an dernier après une progression de 3.1% en 2013 ce qui est très … heu… Bondi ? Quoi ? Hein ?

Vous voulez dire qu’en cette période de disette budgétaire et alors que le déficit de l’État pour cette année ne devrait pas être inférieur à 70 milliards d’euros, nos élus sont infoutus non seulement d’arrêter les embauches, non seulement n’arrivent pas à se contenter d’embaucher autant que l’année précédente, mais qu’ils sont infoutus de s’empêcher d’augmenter encore le nombre d’embauches d’une année à l’autre ?

Non ! Ce n’est pas possible. Si cela se savait, cela déclencherait, à n’en pas douter, un mouvement de grogne sans précédent chez ces Français qui payent, chèrement, ce genre de gabegies.

Et alors qu’on entend partout l’orchestre philharmonique d’instruments à vent, pipeaux et flûtes de l’Élysée, jouer sa célèbre rhapsodie « On fait 50 miyards d’économies », il est impensable de lire en parallèle que les dépenses publiques ont encore augmenté, pour atteindre 57.7% des richesses produites, un chiffre jamais atteint auparavant.

Pourtant, pourtant, rappelez-vous, on a bien dit partout que l’austérité frappe les Français ! On a même entendu, partout, sur les plateaux télé, à la radio, on a lu dans moult éditoriaux d’une presse massivement subventionnée que la crise obligeait des économies dans les services publics (que le monde nous envie) à tel point que ces services sont menacés au moment même où les Français en ont le plus besoin (bien sûr) !

Nous aurait-on menti ? Nos élus nous bobarderaient-ils le visage sans vergogne ? Ne se foutrait-on pas un petit peu de notre gueule ?

Oh, ce serait du populisme que dire ça. Il semble évident que, derrière les masses ventripotentes qui siègent à l’Assemblée et au Sénat se cachent des hommes et des femmes respectueux des Français et de leurs finances, qui n’ont à cœur que le bien-être du contribuable si souvent mis à mal. D’ailleurs, c’est précisément pour cela que jamais, ô grand jamais, ces élus ne voteraient, en pleine crise, une loi pour augmenter encore (encore !) les indemnités de certaines catégories de hauts fonctionnaires.

Jamais.

Ah tiens, si.

bonification-indiciaire

Apparemment, même en période de crise, on peut être élu de gauche, qui pense au peuple qui trime, ou de droite, qui fait attention aux deniers publics, et voter dans une belle décontraction une augmentation pour des hauts fonctionnaires alors qu’il est plus que temps que toute augmentation, toute nouvelle embauche soit parfaitement et totalement proscrite.

Article en intégralité sur H16free.com

 

10 commentaires

  • BA

    Mercredi 4 mars 2015 :

    Subprimes, Saison 2.

    Aux Etats-Unis, l’argent coule à nouveau à flots. Tout se passe comme si les leçons de 2007-2008 étaient oubliées. Sous couvert de l’euphorie retrouvée se prépare le prochain choc systémique mondial. Pire que le précédent.

    Préparez-vous pour la « saison 2 » des « subprimes » quelque part entre 2016 et 2018 : il y a quinze jours, l’institut américain Equifax, mesurant les crédits à la consommation américains, révélait que 40 % de ces crédits (près de 200 milliards de dollars sur 800) étaient souscrits par des emprunteurs « subprime », c’est-à-dire dont le profil de risque est très en dessous de la moyenne. Aux Etats-Unis, l’argent ruisselle effectivement pour les pauvres. Mais sous forme d’emprunt.

    « Same player, shoot again. » Pour avoir vécu de très près cet effondrement du système financier mondial et pour constater aujourd’hui le retour à grande vitesse des pires pratiques du monde financier, avec la passive complicité des gouvernements, il y a quelque chose de désespérant à voir les mêmes causes produire les mêmes effets.

    Après l’euphorie du moment, nous allons donc connaître un nouveau choc systémique mondial. Par rapport à celui de 2008, il aura deux différences majeures : il sera beaucoup plus soudain et plus profond, notamment du fait de l’automatisation massive des flux de marchés ; et cette fois-ci, nous serons à court de munitions monétaires et budgétaires pour l’absorber.

    Je me risque à une seule prédiction pour cette après-crise-là. Elle amènera au pouvoir, des deux côtés de l’Atlantique, des personnalités et mouvements politiques très éloignés de ceux qui se sont couchés face à ce que Franklin Delano Roosevelt appelait dans son discours à Madison Square Garden le 31 octobre 1936 : « les vieux ennemis de la paix – le monopole industriel et financier, la spéculation, la banque véreuse… ceux qui… avaient commencé à considérer le gouvernement des Etats-Unis comme un simple appendice à leurs affaires privées ».

    Après cette crise-là, exacerbée par la remontée des tribalismes et nationalismes partout dans le monde, nous aurons donc, pour le pire, Podémos et/ou les Colonels en Espagne, Syriza ou les colonels en Grèce, la Ligue du Nord et/ou les fascistes de CasaPound en Italie. Le Ukip en Grande-Bretagne. Le Front national en France.

    Ou pour le meilleur, les futurs Franklin Roosevelt, américains ou européens, qui ne sont pas encore identifiés. Mais en attendant, il faut hélas composer avec les héritiers de Herbert Hoover ! Celui qui croyait tant au laisser-faire qu’il a laissé faire la grande dépression de 1929, et ses conséquences pour la paix dans le monde.

    http://www.lesechos.fr/journal20150304/lec1_idees_et_debats/0204195087712-subprimes-saison-2-1098621.php?AKmrujgZhEohkJpV.99

  • Planete bleu Planete bleu

    Et pendant ce temps là des retraités non toujours pas touché leur retraite et j’ai l’impression que ce n’est pas près de s’arranger. Honteux! Il prétende qu’il a trop de dossier, mais a mon avis il n’y a plus de sous pour les payer. Si l’état à encore de l’argent à dépenser, qu’il les donne à ses retraités qui sont dans une grande précarité au lieu de les donnés à ces grassouillets de haut fonctionnaire

    Retard de paiement pour 10 000 retraités : que fait Marisol Touraine ?

    http://www.contrepoints.org/2015/02/26/199297-retard-de-paiement-pour-10-000-retraites-que-fait-marisol-touraine

    55% des Français pensent que les complémentaires retraite feront faillite d’ici 5 ans

    http://www.boursorama.com/actualites/55-des-francais-pensent-que-les-complementaires-retraite-feront-faillite-d-ici-5-ans-be1791518987389112d131524065e173

    Le si discret naufrage des retraites

    http://h16free.com/2015/02/18/37208-le-si-discret-naufrage-des-retraites

    Et il y en a qui vont raller

    Les impôts des retraités vont augmenter en 2015 !

    http://blog.seniorenforme.com/scoop-les-retraites-avec-plus-de-1400e-vont-payer-plus-dimpots/

      • Planete bleu Planete bleu

        Bonsoir Volti,

        Moi sa m’énerve de voir ça, ceux qui ont une petite retraite comment vont-t’il faire? Mes parents ont travaillé dur dans leur vie, pour touchez des clopinettes à la retraite (500 euros pour ma mère et 700 euros pour mon père). Si de tel proposition passe, il lui restera quoi à celui qui survivra? Ces salauds du MEDEF, sa ne les dérange pas de mettre des milliers de personnes encore plus dans la précarité avec leur proposition scandaleuse. S’ils veulent vraiment faire des économies qu’ils diminuent les retraites mirobolante de certain et à commencer par eux même. Chaque personne devrait touchée une retraite qui lui permette de vivre décemment

        Retraites chapeaux : combien touche un patron du CAC 40

        http://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/0203999972618-la-fidelite-a-lentreprise-recompensee-pour-les-patrons-du-cac-40-1075361.php

      • Le veilleur

        Pour ma mère c’est idem, 700 euros de retraites et elle est seule, alors elle se fait ses conserves de légumes pour compenser le manque. Je n’ai jamais cru à la retraite et mon intuition se confirme surtout quand ils nous disent qu’ils ne savent pas comment ils vont payer les retraites en 2017.

        Nos politiciens s’en mettent plein les poches tant qu’ils le peuvent et après moi le déluge, parce qu’évidement, ils ne comptent rien changer à rien, ni à leur train de vie et ne feront rien pour nous permettre de vivre décemment.

        Nous sommes les sacrifiés d’un système qui se mort la queue, les emplois actuel ne permette plus de payer toutes les retraites, il va pourtant bien falloir qu’un jour ils arrêtent leurs dépenses compulsives ou se sera la grogne dans les rues.

      • Planete bleu Planete bleu

        L’avenir est morose, ma grand-mère à eu de la chance de bien vivre chez elle jusqu’à ces 100 ans, je n’ai pas envie de vivre dans ce monde aussi longtemps que ma grand-mère, vu l’avenir qui nous attend, en temps que personnes âgées, dans 50 ans j’aurais 98 ans. Dans quel état sera le monde si j’atteins cette âge et dans quelle condition je vivrais?

      • Le veilleur

        C’est la question que je me pose aussi si rien ne change, il y a quand même des valeurs humaines en ce monde, c’est vers cela qu’il faut aller, vers cette humanité qui souvent en silence fait de bonne chose pour la nature, les animaux, les humains.

        Combien d’anciens m’ont dit: vous les plus jeunes ont vous plain.

        Mais dans l’avenir on verra de grand changement, surtout au niveau de notre société. Toutes les civilisations avant la notre sont arrivées à un jour leur apogée , la notre ne saurait durer encore longtemps mais nous survivrons et nous reconstruirons un monde nouveau sur de nouvelle base comme l’on fait nos ancêtres.

      • Tyr

        La bonne question à te poser est: qu’est ce que je devrais faire maintenant pour ne pas avoir à le regretter demain (ou dans 50 ans)?

        Ton avenir est dans tes mains, aujourd’hui et maintenant.
        Être passif et accepter ce qui se passe maintenant, c’est se créer larmes et regrets pour demain.

      • Planete bleu Planete bleu

        Oui mais Tyr on ne peut pas tout prévoir, la nature se dégrade de plus en plus vite sur notre planète, dans quel état sera notre planète dans 50 ans et à mon avis les guerres vont se généraliser un peu partout dans le monde, à cause du manque de ressource et si on est là dans 50 ans se sera très dure pour nous. Et ceux qui peuvent faire des économies pour leur vieux jour, pas sure qu’ils puissent utiliser cette argent quand ils en auront besoin, l’argent aura t’il encore de la valeur dans 50 ans?

      • Balou

        L’argent métal oui, mais il ne faut jamais oublier que la plus sûre des valeurs c’est l’amour..http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_rose.gif