La France occupée : Bruxelles exige de nouvelles réformes ambitieuses [Euractiv]

La loi Macron à peine adoptée par le gouvernement sans débat parlementaire, Bruxelles impose déjà à la France un nouveau programme détaillé de réformes dites « structurelles », entendez par là un train de mesures de libéralisation économique et de destruction des mécanismes de protection sociale supplémentaires, pour le mois d’Avril. La loi Macron constituait déjà une attaque sans précédent contre le droit du travail, il semble que cela ne soit considéré que comme une première étape vers la paupérisation et la précarisation massive des salariés par les instances néolibérales de l’UE. Notre pays est définitivement sous occupation, pour ceux qui en doutaient encore, et la capitulation en rase campagne du parti grec anti-austérité Syriza doit faire prendre conscience qu’il n’y a pas d’alternative possible à ces politiques de régression sociale sans un recouvrement de la souveraineté nationale et la sortie de l’UE…

Moscovici a annoncé un nouveau délai pour que la France ramène son déficit sous la barre des 3%

La Commission européenne attend de pied ferme un nouveau programme détaillé de réformes structurelles de Paris d’ici avril, malgré l’adoption récente de la loi Macron.

Paris a deux ans supplémentaires pour ramener son déficit public sous la barre des 3%, soit d’ici 2017. Mais devra en contrepartie engager très rapidement des réformes ambitieuses de son économie, a tranché la Commission européenne le 25 février.

Annonçant les décisions prises sur les budgets nationaux de la France, de l’Italie et de la Belgique, trois pays en délicatesse avec les règles du Pacte de stabilité et de croissance, la Commission a épinglé Paris au tableau de mauvais élèves sur le front des grands déséquilibres macro-économiques, tout en laissant davantage de temps au pays pour réduire son déficit public.

Des réformes attendues

Le message de la Commission est clair : les réformes structurelles engagées par Paris, et notamment la loi Macron ne sont pas suffisantes. « Nous avons monté la France d’un cran dans l’échelle de responsabilité sur le plan des déséquilibres macro-économiques » a précisé le commissaire français  Pierre Moscovici, en charge des affaires économiques.  Sur les 6 niveaux que comporte l’évaluation de Bruxelles, la France se trouve maintenant au 5ème pallier.

>>Lire : L’Eurogroupe demande davantage à Paris et Rome sur les déficits

« La France a déjà annoncé plusieurs réformes, qui vont dans la bonne direction [….] Nous attendons qu’elle présente un programme national de réformes ambitieux et plus détaillé au mois d’avril » a déclaré l’ancien ministre de l’Économie français.

Les propositions françaises de réformes seront de nouveau réévaluées au mois de mai. Mais sans amélioration, la Commission passera à l’étape suivante, c’est-à-dire la demande d’un plan de réforme « correctif ».

Un défi de taille

Le défi est de taille pour Paris, qui vient de faire passer en force devant les députés la loi Macron, sensée relancer l’économie française. Et  le gouvernement doit maintenant aller plus loin avec une majorité de plus en plus fragile. Un exercice d’équilibriste périlleux.

>>Lire : Le gouvernement tente le passage en force sur la loi Macron

 « Il ne m’a pas échappé que le vote de la Loi Macron n’a pas été simple à l’Assemblée nationale » a concédé le commissaire français Pierre Moscovici.

Déficit budgétaire

Si la Commission a serré la bride sur le front des réformes, Paris s’en sort mieux sur la question du déficit public en obtenant un nouveau délai de 2 ans afin de repasser sous la barre des 3%.

«  Nous allons proposer au conseil une nouvelle recommandation afin de reporter la date butoir de 2015 à 2017 pour la France » a souligné Valdis Dombrovskis, le vice-président de la Commission en charge de l’euro.

Le pays avait déjà obtenu en 2013 un report de deux ans de son objectif de réduction du déficit public à 3% du PIB. Mais depuis des mois, à Paris comme à Bruxelles le deuil est fait du respect de l’échéance de 2015.

Fermeté

Afin d’éviter que ce nouveau délai ne sape la crédibilité du Pacte de stabilité et de croissance, l’exécutif a pris garde de faire montre de fermeté.

« Pour 2015, nous recommandons un effort structurel de 0,5% du PIB » a expliqué Valdis Dombrovskis. La France s’était engagée à la réduction de son déficit structurel à hauteur  de 0,3% et l’effort supplémentaire de 0,2% demandé au gouvernement français, soit environ 4 milliards d’euros d’économie supplémentaires,  fait figure de condition sine qua non. Un rappel nécessaire alors que plusieurs pays du nord de l’Europe auraient souhaité une ligne plus dure sur la question du déficit français.

>>Lire : La France réclame un nouveau délai pour réduire son déficit

« L’effort budgétaire structurel demandé à la France doit être absolument respecté » a insisté le commissaire français. « C’est important pour la crédibilité de la Commission, mais aussi de la France » a-t-il rappelé.

Une condition que la France a immédiatement réaffirmé vouloir respecter. « La France respectera ses engagements d’un ajustement 2015 de ce niveau » a souligné le ministre des Finances Michel Sapin.

Le suivi de l’engagement français devrait être renforcé. « Nous ferons une nouvelle évaluation de cet objectif 3 mois après que soit adoptée la nouvelle recommandation au Conseil » a détaillé Valdis Dombrovskis.

Autres mauvais élèves

La France n’est pas la seule à avoir fait l’objet de recommandations de la part de la Commission. Au total, 16 États membres ont été épinglés au titre des déséquilibres macro-économiques, dont l’Allemagne pour son manque d’investissement dans les secteurs privé et public.

source : Euractiv

18 commentaires

  • laspirateur

    Mais oui les français sont américains et seront tous contents de l’apprendre une fois le couteau sous la gorge!

  • Grand marabout Grand marabout

    le déficit a de beaux jours devant lui..
    tant que les politiciens seront bien nourris

    les vieilles dindes jouent les figurants,les poussins du couvoir font semblant d’être acteurs

    les clébars vont encore cusser dans la niche full hd..

    la société du spectacle peut se jouer,à guichet fermé

  • philippeflorin

    Faudra-t-il attendre la prochaine génération qui elle n’a rien à perdre… pour un soulèvement général?

  • Norbert

    LA Seul solution realiste a ce jour c’est d’adherer ou et de soutenir en masse l’UPR d’Asselineau et de voter pour l’UPR lors des prochaines elections.
    L’UPR sera present dans 14 circonscriptions.

    Tout autre sujet tout autre bla-bla est nul et non avenu.
    Car il n’existe aucune autre alternative immediate et credible.

    Sinon demontrez moi le contraire et je serais le 1er a m’y rallier.Je ne veux que du concret et de l’actuel,
    Pas de place pour la croyance,la reverie ou l’illusion.
    UNIQUEMENT DE L’ACTION TOUT DE SUITE,CHAQUE INSTANT COMPTE.

    AGIR C’EST SOUTENIR L’UPR SANS FAILLIR JUSQU’A LA SORTIE DE L’UE,DE L’EURO ET DE L’OTAN ET DONC PAR RICOCHET DU TAFTA.
    LIBERONS LA FRANCE ET LES FRANCAIS DU CARCAN EURO-ATLANTISTE,c’est maintenant ou jamais.

    • samlours94

      Pas d’autre solution en effet. même si je ne suis plus adhérent à ce parti, il reste la meilleure alternative réelle et sans surprise possible à la dictature européenne !
      Puissent les gens éviter le piège du FN qui ne fera pas mieux que Syriza et ne sortira en aucun cas de l’€.
      Avec l’UPR, c’est la sortie ASSURÉE et sans aucun doute possible. Le FN ne propose pas de sortir …il veut demander aux gens s’ils le veulent(et encore, on ne connait même pas la question de ce futur référendum) ! Complètement différent!
      L’UPR élu, enclencherait DE SUITE la sortie de l’UE, de l’€ et de l’OTAN pour une raison toute simple : C’EST DANS SON PROGRAMME de manière clairement détaillée !
      Alors, mobilisons nous car cette fois, la Patrie est vraiment en danger !

      • voltigeur voltigeur

        Vu comment ce parti est ostracisé par les merdias aux
        ordres, il faut bien le faire connaitre,
        pour le programme de sortie de toute cette mélasse.
        C’est peut être le signe que c’est possible, mais
        qu’il ne faut surtout pas que cela soit connu.
        Si la suite est logique, le mouvement sera dissout
        une fois l’objectif atteint..
        La suite est expliquée dans le programme…

  • Grognard

    Il arrive que lors de mouvements sociaux les organisations syndicales ne contrôlent plus leurs bases comme on dit.

    Au vu de la tournure que prennent les événements nous allons vers quelque chose de gratiné.

  • Thierry92 Thierry92

    Le temps de l’action est celui de la pensée.

    Je vous donne le lien sans rever. peu de vous regarderont.
    https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=JKsHPiLkeFE
    Ce n’est pas du junk brain storming.
    en clair pas du fast food de la pensée.

    • Nez

      Merci, c est très intéressant, car avec une autre logique, Emmanuel Todd arrive à des conclusions similaires à celles de beaucoup de moutons enragés : la toute puissance de l Allemagne, la guerre avec La Russie, la sortie de l Euro, le destin de la France qui se rapproche de celui de la Grèce ….. Il le fait sans avoir à passer par des « complots » (volontés politiques malveillantes)… mais justement n arrive pas à trouver de logique dans certains événements… et est alors ou dans le questionnement ou dans la contradiction. En tout cas les habitants de Montluçon ont bien de la chance d avoir de telles conférences … si cela pouvait faire prendre conscience aux gens de gauche de la nécessité de s opposer au gouvernement en place …. comment avoir toutes les manettes du pouvoir et faire une politique inverse de ses convictions tout en étant soutenu par son parti est le grand questionnement.

      • boco

        « comment avoir toutes les manettes du pouvoir et faire une politique inverse de ses convictions tout en étant soutenu par son parti est le grand questionnement. »

        texte vers image