Boris Nemtsov, ennemi de Poutine, a-t-il été tué par la CIA?

Depuis le début des problèmes en Ukraine, Vladimir Poutine est resté de marbre, un geste de travers aurait été le prétexte idéal pour déclencher un conflit de grande ampleur. Le soulèvement en Ukraine? Organisé par les Etats-Unis qui s’emparent morceau par morceau du pays. Les très (trop) nombreuses sanctions décidées par les Etats-Unis (toujours…) sont contre-productives, nombre de pays d’occident perdent des sommes colossales, et après certains s’étonnent que la Russie refuse d’importer des produits européens ou américains… Les défilés à la frontière russe de véhicules armés américains, là encore pure provocation, et Vlad qui reste de marbre… La propagande va si loin qu’il a été expliqué que Poutine était autiste, voire même qu’il a été aidé par des extra-terrestres, du grand n’importe quoi servi aux foules!

La situation aurait pu se calmer en Ukraine, les militaires nationalistes ont été armée par les USA et l’Angleterre. Alors pensez-vous que Poutine aurait pu commettre un geste aussi insensé et dangereux pour la stabilité actuelle de son pays avec un acte aussi radical et visible? Pour l’instant, nombre d’articles sur internet pointent la CIA du doigt, reste à voir ce qu’il en est réellement…

Quand aux grands chefs d’états qui se prétendent démocrates, tous ils condamnent l’assassinat en glissant entre les lignes que le coupable idéal n’est autre que Poutine. Cherchez simplement à voir à qui profite le crime, juste cela, pour bien comprendre les enjeux…

L’opposant russe et ancien vice-premier ministre Boris Nemtsov a été tué par balles en plein centre de Moscou, devant le Kremlin, dans la nuit de vendredi à samedi, « un assassinat qui a tout d’une provocation », selon le président Vladimir Poutine.

Boris Nemtsov se promenait avec une jeune femme sur le Grand Pont de pierre, juste à côté du Kremlin, quand « vers 23h15, une voiture s’est approchée d’eux, quelqu’un a tiré des coups de feu, dont quatre l’ont touché dans le dos, causant sa mort », a déclaré une porte-parole du ministère russe de l’Intérieur, Elena Alexeeva, à la chaîne de télévision Rossia 24.Une « provocation », selon Poutine
« Poutine a déclaré que cet assassinat brutal portait les marques d’un meurtre commandité et avait tout d’une provocation », a indiqué aussitôt son porte-parole, Dmitri Peskov.


Boris Nemtsov, 55 ans, avait été premier vice-Premier ministre du président Boris Eltsine à la fin des années 90 pendant un an et demi. Après l’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine en 2000, il était devenu l’un des principaux opposants au Kremlin.

Un responsable du Comité d’enquêtes, Vladimir Markine, a indiqué de son côté que « pas moins de six ou sept coups de feu ont été tirés sur Boris Nemtsov par un inconnu circulant en voiture ». « Devant moi, je vois le corps de Boris. Il y a beaucoup de policiers autour », a déclaré à l’agence Ria Novosti un proche de M. Nemtsov, l’opposant Ilia Iachine, arrivé rapidement sur les lieux. Rossia 24 a montré des images du corps de Boris Nemtsov allongé par terre sur le pont. Des traces de sang étaient visibles.

« Le prix à payer »
Plusieurs personnes ont été témoins de l’assassinat et la jeune femme qui accompagnait Boris Nemtsov a été interrogée par les enquêteurs, a précisé la police, citée par les agences russes. Aussitôt la nouvelle connue, des Moscovites sont venus déposer des fleurs près de l’endroit ou l’opposant a été tué.

La Maison Blanche à Washington a condamné « le meurtre brutal » de Boris Nemtsov et appelé « le gouvernement russe à rapidement mener une enquête impartiale et transparente », alors qu’à Moscou les réactions atterrées se multipliaient. « C’est une terrible tragédie pour tout le pays », a réagi aussitôt l’ancien ministre des Finances de Vladimir Poutine, Alexeï Koudrine.

Article intégral sur 7sur7.be

 

32 commentaires