Terrorisme : la Chine obligée de faire appel à la coopération internationale [La Voix de la Russie]

La RPC a reconnu ouvertement l’existence d’un réseau terroriste international développé et se retrouve obligée de changer de tactique de lutte contre cette menace.

10 citoyens de Turquie ont été arrêtés récemment à Shanghai, alors qu’ils essayaient d’organiser le passage en Syrie, au Pakistan et en Afghanistan, d’un groupe de rebelles du Xinjiang, dans le but d’être formé par l’Etat islamique (EI). Les autorités chinoises ont évoqué officiellement pour la première fois la présence de citoyens étrangers accusés d’organisation d’un réseau terroriste clandestin.

Les Ouïghours ont été arrêtés ensemble avec des ressortissants turcs, suspectés d’avoir organisé des actes terroristes sur le territoire de cette région autonome chinoise. Ils devaient sortir du pays à l’aide de passeports turcs falsifiés, pour la fabrication desquels l’organisateur du réseau terroriste aurait facturé 60.000 yuans (près de 10.000 dollars) à chaque membre du groupe. La police a également pu établir que l’organisateur du réseau est également originaire du Xinjiang, ayant ensuite émigré en Turquie, dont il a obtenu la citoyenneté.

La présence des ressortissants turcs dans la clandestinité terroriste en Chine n’est pas un hasard. Tout comme le lieu de destination du groupe terroriste – la Syrie.

« Les rebelles armés pénètrent en Syrie par la Turquie, et c’est pas à la frontière turco-syrienne que sont fournies les armes »,explique le politologue Ajdar Kourtov. « Ankara assure un soutien politique public à l’opposition syrienne. Des réunions des forces antigouvernementales de l’opposition syrienne ont lieu à Istanbul et les autorités turques insistent toujours sur le fait que le gouvernement de Bachar al-Assad devrait être écarté du pouvoir par tous les moyens possibles ».

Jusqu’à récemment, la Chine ne voulait pas s’immiscer dans le problème du terrorisme international, n’étant pas en mesure de jouer un rôle actif pour y faire face. Les autorités chinoises se sont concentrées sur l’éradication et l’élimination du séparatisme dans le Nord-ouest du pays, dans la région autonome du Xinjiang. Et maintenant, la RPC va revoir sa tactique, estime le directeur adjoint de l’Institut d’Etudes de l’Extrême-Orient Andreï Ostrovski.

« Ce sont des maillons d’une seule et même chaîne», explique-t-il. « Ce serait naïf de considérer que les attaques terroristes au Xinjiang sont décidées par les séparatistes locaux. Auparavant, tout comme maintenant, les attaques terroristes au Xinjiang sont organisées de l’extérieur, et elles sont financées par les pays occidentaux. La situation s’est dégradée après que l’EI soit devenu plus actif dans le Moyen-Orient. Cette organisation a créé une base puissante dans de nombreux pays, et essaie d’étendre son influence au monde entier. Et étant donné qu’il existe une structure nécessaire pour les activités terroristes au Xinjiang, la Chine s’est également retrouvée dans la zone d’influence de l’Etat islamique. Pour combattre efficacement le terrorisme en Chine, il ne faut pas le combattre uniquement en Chine. Il y a un fort besoin de coordination et de coopération avec d’autres pays, qui font face à la menace du séparatisme et du terrorisme musulman ».

Il y a également une autre raison, qui force la Chine à ne pas se limiter au Xinjiang en matière de lutte contre les séparatistes. Les ressortissants des pays d’Europe, de l’Asie du Sud et de l’Asie centrale, qui ont été recrutés pour participer au djihad et combattre sur le côté de l’Etat islamique, sont en train de revenir actuellement dans leurs pays d’origine. Ces hommes ont de l’expérience et ont des liens étroits avec les réseaux terroristes internationaux. Ce sont eux qui inspirent et incitent les rebelles locaux à commettre de nouvelles attaques terroristes. La Chine, à la différence de l’Europe occidentale, est en mesure de fermer ses frontières. Mais les derniers événements démontrent que les réseaux terroristes arrivent à s’infiltrer même à travers des frontières fermées.

 

 

3 commentaires