Une ado forcée de faire une chimio dont elle ne veut pas

Par ce qu’elle est mineure, cette jeune fille américaine n’a pas le droit de refuser un traitement chimiothérapique. Bien sûr, autre pays autres lois, puisqu’il s’agit des Etats-Unis, mais ne croyez pas que sous nos cieux il en soit réellement différent, il suffit de regarder du côté du Docteur Nicole chemotherapy-448578_640Delépine et de sa conférence pour en être convaincus, voire du côté du Docteur Martine Gardénal lorsqu’elle expliquait qu’en cas de refus d’un traitement chimiothérapique, les médecins doivent dénoncer le patient. Pour en revenir à cette jeune fille, un garde se tient devant la chambre de la jeune fille pour éviter qu’elle ne s’échappe, et son téléphone portable lui a été confisqué pour ne pas qu’elle entre en contact avec sa mère qui la soutient. Nous en revenons au cercle vicieux: une maladie, un protocole, et toutes les alternatives sont proscrites, et pourtant, dans le cas du cancer, il y en a…. Il suffit juste de chercher

Une adolescente de 17 ans souffrant de la maladie de Hodgkin, une forme de cancer du système lymphatique, ne souhaite pas subir de chimiothérapie. Cassandra, qui a appris sa maladie en septembre dernier, ne veut pas qu’on lui injecte du « poison » dans le corps. Sa mère, Jackie Fortin, soutient sa décision.

La justice en a pourtant décidé autrement. Mineure, Cassandra ne peut prendre, seule, des décisions pour sa santé. La Cour suprême du Connecticut a annoncé jeudi qu’elle devra faire de la chimio contre sa volonté.

Avec une chimiothérapie, les chances de survie de Cassandra sont de 85%. Sans cela, elle mourra dans les deux ans.

Pas assez mature
La cour pense que Cassandra n’est pas encore assez mature pour prendre ce genre de décision. Selon des témoignages présentés devant la justice, mère et fille ont raté « plusieurs rendez-vous en oncologie ainsi des examens ». « Cassandra ne parle pas pendant les rendez-vous médicaux. Ce qui, pour une jeune fille de 17 ans, est assez inhabituel. Sa mère semble tout gérer. L’enfant est clairement dans l’ombre de sa mère. »

Source et fin de l’article sur 7sur7.be

 

 

6 commentaires

  • suzanna

    Les mineurs en bonne santé, le système s’en occupe aussi, c’est consternant.

    http://youtu.be/C-3W9auLzvY0

  • Le veilleur

    Depuis quand la Cour suprême se soucie du bien être d’autrui ? pourquoi ne condamne-elle pas Monsanto qui nous impose d’avaler des pesticides cancérigènes sans aucun état d’âme et en toute impunité. Chacun devrez être libre de choisir pour sa vie à n’importe quel âge, se serait là, un début de démocratie.

  • Michele

    Avec le cancer elle a des chances de vivre 2 ans ou beaucoup plus, avec la chimio comme ils font elle vivra combien de temps??? 5 ans??? le résultat sera le même, et ensuite ???
    pour moi cette médecine là et le nazisme c’est du pareil au même, rappelez-vous IG Farben!!!!
    ce sont des monstres sanguinaires, je ne vois pas d’autres mots, d’ailleurs les médecins je ne peux plus les voir ni en peinture!!! ils me font gerber

  • Yanne Hamar

    Pour commencer, arrêter d’aller chez le toubib;

  • Louis

    Ma conjointe est touchée par le cancer du sein. Elle a fait le choix de la médecine alternative. Un parcours courageux de sa part et difficile à cause des pressions venant des médecins allopathiques. Elle n’a pas fait de chimios, de mammo ou de biopsie. On nous prend pour des inconscients et irresponsables. Son cancer déclaré en juillet 2014, on nous disait qu’en 3 mois la tumeur aurait doublé… Aujourd’hui sa tumeur a diminué ainsi que ses ganglions axillaires. Elle va bien malgrês quelques coups de fatigue. Nous gardons espoir avec le traitement non agressif qu’elle a débuté en Allemagne dans une clinique privée. On ne meurt pas de son cancer mais des radiations et des chimios recues.