Réjouissant : Areva s’effondre financièrement en France et dans le monde à -52,03 % fin 2014. C’est la chute finale…

nuclear_clown_cloud_by_insertwordhere-d6lhn12

Areva (groupe nucléaire public-privé) s’effondre et finit son année boursière en chute de -52,03% (le cours de l’action n’est plus qu’à 9,12 euros fin 2014). C’est le résultat de difficultés financières nées de gabegie et d’acquisitions-spéculations hasardeuses, de fiascos techniques à répétition (EPR Finlandais, EPR de Flamanville notamment), de la régression du marché de la destruction atomique avec aussi l’arrêt du « marché japonais » depuis la catastrophe nucléaire de Fukushima. Toute la presse économique et financière s’inquiète, et l’Etat avec elle, de ce « grand bond en arrière ». Pour les citoyens qui luttent contre les passéistes de l’atome, c’est une bonne nouvelle qui devrait conduire à l’abandon immédiat de cette aberration criminelle.

__

 » Le titre du géant français du nucléaire Areva s’effondre mercredi matin à la Bourse de Paris après l’abandon d’un de ses objectifs 2014 et la suspension de ses perspectives financières pour les deux années à venir.

 » : les journaux financiers ne peuvent que constater, ce 19 novembre 2014, l’effondrement d’un mythe savamment entretenu depuis cinquante ans par les pouvoirs en place avec la complicité des élus et des médias. C’est qu’à la clôture de la Bourse, Areva vient d’annoncer officiellement qu’elle abandonnait ses perspectives financières pour au moins les deux années à venir (2015 et 2016). La gestion prévisionnelle de l’une des plus grandes organisations de destruction humaine a du plomb dans l’aile.

Et d’avouer ce que les antinucléaires conséquents disent depuis plusieurs années :  » les retards, à la fois de l’EPR de Flamanville, mais aussi du projet vitrine à l’international du groupe: l’EPR finlandais » (l’Expansion du 11 novembre 2014 ) illustrent l’entêtement idéologico-capitaliste de la secte du « corps des mines » qui dirige et noyaute la politique française depuis des décennies. Précision aussi apportée dans un communiqué de presse par le chef de file de la destruction atomique Areva : « … la suspension de nos objectifs est motivée par « le glissement du redémarrage des réacteurs japonais, la révision des hypothèses de calendrier de lancement de nouvelles constructions de réacteurs, l’atonie persistantes du marché des services à la base installée, y compris en France… »

Mauvaises nouvelles pour les investisseurs, bonne nouvelle pour les peuples : le titre du groupe plongeait il y a un mois après l’ouverture: -18,49% (09h34) à 9,83 euros, soit son plus bas niveau depuis juin 2012.  Et Areva contraint de préciser ne plus pouvoir garantir pour 2014 son objectif d’un cash flow opérationnel « proche de l’équilibre ».  Le pot aux roses est découvert et l’Etat actionnaire ayant débarqué le président du conseil de surveillance, Pierre Blayau, peu après le départ pour maladie du président du directoire Luc Oursel, nomme l’ancien patron du groupe automobile PSA Philippe Varin à la tête du futur conseil d’administration du groupe et un changement du « mode de gouvernance ». Un choix cornélien se pose alors : on en profite pour tourner la page, sortir du conservatisme, se tourner vers l’avenir, tenter d’assurer la protection sanitaire du pays et de sa population, lancer un grand plan de formation-reconversion des salariés et créer des milliers d’emplois ou bien on ponctionne encore les français pour renflouer la gabegie de quelques entêtés en col blanc et poursuivre le crime sanitaire ?

L’année 2014 d’Areva se termine sur un beau – 52,03% de perte de son action boursière. Les spéculateurs n’auraient-ils plus eux-mêmes confiance dans cette monstruosité ?

Un air de décrépitude flotte sur les cocottes-minute nucléaires au son d’une mélodie internationale de circonstance :  » c’est la chute finale… » .

Mais attention la bête blessée peut n’en être que plus dangereuse. Et si l’arrêt immédiat du nucléaire peut ouvrir la porte à une transition énergétique, l’inverse n’est pas vrai : une transition énergétique n’est pas une garantie de l’arrêt du nucléaire. Aux citoyens conscients et dignes, qui refusent les compromissions libérales de couloirs et la complicité dans le crime sanitaire, de ne pas baisser la garde et d’accentuer leur engagement pour arrêter immédiatement la main des criminels. Sans leur laisser aucun répit.

Source: Coordination-antinucleaire-sudest.net

 

47 commentaires

  • robertespierre

    2014 AREVA s’EFFONDRA
    2015
    AREVA
    CREVAhttp://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.gif

    • robertespierre

      5.1 à Vancouver
      C’est la faute à http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gifEagle!

      • robertespierre

        Quand un 7 secouera nos centrales
        On ira chercher les Proglio et Cie par la peau du cul
        et on les internera dans les centrales
        pour les faire crépiter

    • robertespierre

      Les réjouissances:
      Vous avez le choix
      mais vous ne le voyez pas
      1ère solution
      GREVES GENERALES ILLIMITEES
      2ème solutions
      Laissez-les faire
      Ils dépiotent TOUT
      Hier Alsthom….vous avez déjà oublié
      Aujourd’hui AREVA
      Demain les fond de tiroirs
      Et vous irez CUL NU
      Mais C’EST VOTRE CHOIX
      alors
      Je me marre http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gifhttp://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gifhttp://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

  • Thierry92 Thierry92

    Hélas il n’y a rien de réjouissant la dedans car c’est westinghouse et général electrics qui va se retrouver a remporter les marchés avec des sécurités moindre.
    Le recherche sur l’élimination de la radioactivité ne feront pas de grande avancées avec ces rois de l’arnaque US.

  • samlours94

    Ne jamais oublier que quand un gros se casse la gueule, ce n’est jamais par hasard….
    Se réjouir peut se faire …si on ne réfléchit pas :)

  • Si areva s’effondre, on fait quoi des 54 réacteurs nucléaires déjà très vieux sur notre territoire ?

    Rajoutons a cela que la dissuasion nucléaire est en passe d’être abandonnée.

    On est vraiment en train de devenir un pays du tiers monde a tout point de vue. On est déjà une république bananière dans les faits. On s’appauvrit vitesse grand V. Violence, criminalité, tensions sociales, gouvernement illégitime, etc…

    Si ça fait plaisir a 3 écolos, tant mieux pour eux, mais moi, je ne crois pas qu’il faille faire la fête.

    La facture va être hyper salée quand l’électricité va doubler ou tripler …
    On est un pays qui est quasiement basé sur l’électricité pas chère. Certains se chauffent grâce à ça, l’industrie (ce qu’il en reste) en dépends en partie, etc…

    Je me demande s’ils se rendent compte de ce qu’ils racontent dans cet article.
    Et je n’ai pas parlé de la dette au 3/4 détenue par les étranger qui vont venir nous demander des comptes.

    Je ne suis pas pro nucléaire, mais avec tous les autres problèmes qu’on a … on va en chier grave !!!

    Je crois qu’il faut se préparer aux larmes et au sang.

    • engel

      Ah bon!
      L’énergie nucléaire n’est pas cher …????

      On jugera de cela quand on aura:
      – Démantelé les centrales actuelles.
      – Essayé de retraité les déchets.
      – Indemnisé toutes les victimes et toutes les entités collectives des dégâts dus à l’atome (Kychtyn, Chalk River, Windscale, Tchernobyl, Fukushima , etc…, plus les autres à venir!).

      Il est vrai que pour les « court-termistes »(pour rester poli):

      « La politique de la terre brûlée ne coûte qu’une allumette. »

      • yannick511

        L’humanité a vécu 100.000 ans sans centrales nucléaires. Sa plus grosse erreur est de vivre avec depuis 50 ans.
        Dans l’idéal la technique pourrait accomplir des choses merveilleuses si elle était utilisée avec une sagesse qui croîtrait simultanément. Hélas on voit bien que plus la technique devient énorme plus les problèmes associés le deviennent eux aussi.
        C’est tout le système industriel qui pèse lourdement sur l’humanité, et qui n’est pas là pour elle mais pour lui-même.
        « La possession de merveilleux moyens de production n’a pas apporté la liberté, mais le souci et la famine. » Albert Einstein

      • Dante GT

        Et l’humanité a vécu 99 800 ans sans électricité…

      • c’est précisément ce que je dis.
        L’énergie nucléaire n’est pas chère parce qu’on n’a compté que certains coût.
        Ce qui fait que l’électricité en France est 2X moins chère qu’ailleurs. Elle n’est pas cher, c’est un fait.
        Mais, on ne sait pas traiter les déchets, on ne sait pas démanteler, et on n’est pas indépendant en uranium.
        Le coût a été baissé par des aides fiscales.

        Mais la, va falloir passer à la caisse. En tout cas, je pense que le coût va finir par monter pour rattraper tout ça, surtout dans un contexte européen ou l’aide de l’état est interdite maintenant.

  • GROS

    Si vous en mesuriez toutes les conséquences (économiques, sociales, et géopolitiques), vous ne diriez pas que c’est réjouissant.

    Quelle pauvreté d’analyse…

    • leonidas

      Mais oui!
      ça fait plaisir de voir qu’il n’y a pas que des primates qui réagissent au lieu de réfléchir…

    • voltigeur voltigeur

      Je suis anti nuk depuis toujours, mais je suis
      d’accord avec toi sur le fait que ce n’est pas une
      bonne nouvelle, il va falloir:
      Soit financer pour éviter la faillite (donc ++++ d’impôts)
      Payer beaucoup plus cher l’électricité (ce qui va plomber les plus fragiles)
      Se tourner vers d’autres sources d’énergie, ce qui a été balayé au
      profit du nucléaire.. (on est loin d’être prêts au changement)
      Sans compter les pertes d’emploi des travailleurs des centrales.
      Leur mauvais état présage de sérieuses difficultés à venir..
      Alors « réjouissant » n’est pas vraiment le mot adapté, si on réfléchi
      aux conséquences..

      • A ceci près qu’il n’y a pas d’alternatives écologique / peu couteuse …

        Ces imbéciles d’écolo n’ont même pas compris que si tout le monde se met au solaire ou aux éoliennes, on devra dévaster la planète pareil pour les fabriquer, c’est une question de « scalabilité » : dès qu’on est trop nombreux à faire un truc, ça crée des problèmes de ressources premières.

        Exemple : pour faire de l’éolien, on doit avoir des super aimants en néodyme. Et bien sûr le néodyme ne se fabrique qu’avec des composants relativement rares (les terres rares) et il faut soit, dévaster des regions entières pour le produire, soit, le payer très cher et le laisser réservé aux plus riches.

        Le même raisonnement est valable pour toutes les formes de production d’énergie.

        Le seul qui pourrait y échapper c’est la fusion, la fusion froide, et quelques autres techo exotiques pour lesquelles on n’a aucune certitude de débouché, et qui, de toute manière ne résolve pas le problème de la pénurie d’eau portable, de terres arables, de phosphore, etc…

      • voltigeur voltigeur

        Tu soulèves un point crucial, c’est pourquoi je ne suis
        pas d’accord avec les soi disant écolos qui ne réfléchissent
        pas assez à mon avis, sur les conséquences à long terme.
        Je déplore le manque d’intérêt pour la recherche d’autres
        énergies. Car il faut bien le dire, on a privilégié le tout nucléaire,
        avec ses dangers non maîtrisables, et les déchets tout autant dangereux,
        qu’envahissants et ingérables.
        Les pistes sont ouvertes pour autre chose, encore faut il qu’on
        les mette en avant.

      • A moins d’une rupture technologique, il n’y a pas d’alternative pour l’instant.

        C’est aussi simple que ça.

        Je sais qu’annoncé aussi brutalement ça fait prétentieux, mais j’ai passé quelques années à chercher …
        Je sais qu’il y a plein d’effet d’annonces, mais quand tu creuses, c’est toujours un gus qui cherche des crédit et qui passe dans les journaux pour nous dire « ça y est on a résolu la crise qui n’existe pas du pétrole ».

      • voltigeur voltigeur

        Moi j’appellerai ça de la manipulation… giggle

      • engel

        L’atome,
        C’est comme la monnaie fiduciaire. Quant elles s »emballent, elles font beaucoup de bruit et de victimes.

        Un peu de patience; et l’humanité post-moderne va pouvoir en juger de façon concomitante et mondialisé! ;((

      • Balou

        Pas d’alternative ? Les japonais prouvent le contraire depuis bientôt 4 ans..

      • Balou

        Non, tous les réacteurs sont arrêtés depuis, bien que le gouvernement fasse tout pour en redémarrer le plus possible.

        Comment font les japonais sans énergie nucléaire depuis bientôt quatre ans ?

        Ce n’est pas mourir de froid ou revenir à l’âge de pierre qui les guette..

        Pros Nuke : « Le nucléaire ou la bougie ! »

        Le problème est que depuis Fukushima, il n’y a plus le moindre doute que le nucléaire n’en vaut pas la chandelle..

    • Tolosan

      En effet! Comme l’a écrit « GROS », quelle pauvreté d’analyse!! Il faut être inconscient pour se réjouir de l’effondrement possible d’AREVA, et ce pour trois raisons:
      1) Du point de vue du poids du nucléaire dans le monde, AREVA s’effondre non pas parce que le nucléaire régresse, mais parce que la société perd pied dans la compétition internationale après ses échecs technologiques. Si j’ai bien lu sur internet, les russes placent des centrales en Turquie, en Inde, en Amérique du Sud… en Chine.. Donc, je ne vois pas pourquoi les anti-nuks se réjouiraient.
      2) Du point de vue de la géopolitique, cela est lié à la perte d’influence de la France, car le choix d’un constructeur de centrale est un acte éminemment politique. La France n’est porteuse d’aucun message en politique internationale, elle n’a plus de politique indépendante, plus rien à dire avec les tarés qui nous dirigent.
      3) Quand AREVA se sera totalement effondrée et qu’il faudra passer à la caisse, ce sont des dizaines de milliards d’euros qu’il faudra payer avec nos impôts, sans compter la perte de la maîtrise technologique dans un secteur stratégique et les milliers d’emplois détruits.
      Donc vraiment, quel aveuglement pour titrer  » Réjouissant : AREVA s’effondre financièrement en France et dans le monde « … bien au contraire.

  • Maverick Maverick

    Encore un truc qui va être renfloué avec nos impôts … Et la mère Lauvergeon n’est pas près de se retrouver au chômage ou en prison.

  • Si vous voulez vous payer une bonne tranche de rire pour bien commencer l’année :

    FONT & VAL : La centrale nucléaire

    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif

  • Je reconnais que cela n’annonce rien de très bon, et qu’il ne s’agit pas ici d’une si bonne nouvelle que cela, j’ai juste repris l’info et le titre tels quels. Fallait juste que je le précise…

    • engel

      De tout façon. S’en réjouir ou pas, il est trop tard!

      On peut aussi comprendre la « joie » de certains activistes face au difficultés du  » créateur de foyer du diable ».

      Certains choix sont lourds de conséquences faudra de tous façons les assumer;

  • marco marco

    sortons d’urgence du nucléaire civile et militaire.
    se sont des bombes à retardements.

    le nucléaire y a des solutions qui existe pourtant!

    pour ceux qu’on pas vu la vidéo, je la remet,car elle vaut son pesant d’or, JP Petit, astrophysicien, ex directeur CRNS nous donne les solutions,

    à partir de 1H12 pour ceux qui sont pressés
    remplacer le nucléaire par de la tole!
    http://www.youtube.com/watch?v=TKRx2OrrQUY

  • Balou

    Et ce qui devait arriver Areva

    Alors que le réacteur n°3 de la centrale du Fukushima Daiichi, qui contenait du MOX (combustible à base d’uranium et de plutonium) (*) produit par AREVA, se trouve toujours dans une situation alarmante et que plusieurs accidents nucléaires majeurs sont toujours en cours, l’entreprise poursuit son partenariat contre-nature avec la Fédération Française d’Athlétisme. Cette année encore, elle finançait le meeting AREVA, aux frais du contribuable.
    Des militants du Réseau « Sortir du nucléaire » ont tenté de dénoncer sur place le financement de l’athlétisme français par AREVA. Ce qui n’était malheureusement pas au goût de la police française, au service du grand champion de la pollution radioactive.
    La police à la solde d’AREVA – Quand la liberté d’informer devient un délit

    Les militants s’étaient donné rendez-vous dans l’après-midi à la mairie de St Ouen, ils se sont séparés en petits groupes pour éviter de se faire contrôler et de se faire confisquer le matériel. Malheureusement des policiers en civil étaient déjà présents à St Ouen et ont rapidement identifié les équipes se dirigeant vers le Stade de France. Quelques instants plus tard un cordon de CRS a immobilisé une partie des militants et ils se sont immédiatement mis à les fouiller alors que le tractage n’avait même pas commencé.

    http://www.sortirdunucleaire.org/Et-ce-qui-devait-arriver-AREVA

  • Natacha Natacha

    En 2015, on va avoir de fâcheuses surprises atomiques.
    Décroissons … au plus vite !

    • GROS

      La décroissance est contre nature, elle ne se produira pas.
      On ne décroit pas : on décrépit et on s’éteint.

      La nature vivante nous le montre en permanence, et l’entropie en physique nous le formalise.

      • Balou

        C’est plutôt la croissance qui est contre nature, vu les dégâts irréparables que l’homme a commis en son nom.

        « La nature vivante nous le montre en permanence, et l’entropie en physique nous le formalise. »

        bla bla bla…

  • Balou

    Tokyo : 170 000 personnes disent non à l’insulte nucléaire

    Des nouvelles de l’énorme manifestation antinucléaire qui s’est tenue à Tokyo ce lundi 16 juillet 2012, par l’intermédiaire du blog de Iori Mochizukitraduit par Mimi Mato.

    [Ajisai Revolution] 170 000 personnes à la manifestation de Tokyo « Nous ne mourrons pas insultés. »

    170 000 personnes (selon les organisateurs) à une nouvelle manifestation contre le redémarrage de Ohi.
    [cf. http://fukushima-diary.com/?s=ohi&x=0&y=0%5D

    Les manifestants se sont rassemblés au parc Yoyogi de Tokyo qui se trouve en face du siège de NHK (major de la presse). Ils se sont séparés en 3 groupes pour marcher dans Tokyo.

    La police fait état de 75 000 personnes. M. Oe Kenzaburo (lauréat du prix Nobel de Littérature en 1994),
    M. Setouchi Jakucho [cf. http://fukushima-diary.com/2012/05/90-years-old-nun-joined-hunger-strike-to-be-against-restarting-ooi-nuclear-plant/%5D et M. Sakamoto Ryuichi (musicien japonais) ont parlé à la foule.

    Oe Kenzaburo :
    « Nous vivons dans le mépris. Nous devons faire tomber les mauvais objectifs du gouvernement et nous pouvons y arriver. Je crois que nous pouvons vivre sans la menace et les insultes de la politique nucléaire. Battons-nous. »

    Sakamoto Ryuichi :
    « Pourquoi devons-nous exposer nos vies à un tel risque juste pour de l’électricité? Nous devons protéger nos enfants. Nous devons protéger notre pays. »

    ——————————-

    En savoir plus :

    Reportage d’Arte : http://www.arte.tv/fr/La-revolution-des-hortensias/6816264.html

    Source, vidéo et liens : http://fukushima.over-blog.fr/article-tokyo-170-000-personnes-disent-non-a-l-insulte-nucleaire-108225673.html

  • Balou

    Fukushima : des entreprises nucléaires accusées de négligence

    S’adressant au ministre de l’Économie du Japon, Brian Victoria revient sur le procès intenté à Tepco par des « marines » américains, pour avoir été irradiés durant l’opération humanitaire menée au large de Fukushima après la catastrophe du 11 mars 2011.

    Des entreprises nucléaires accusées de négligence dans une cour américaine à propos des retombées de Fukushima

    Au ministre de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie, M.Yoichi Miyazawa,

    Monsieur le Ministre,

    Comme vous le savez peut-être, un juge fédéral américain a décidé récemment qu’une action collective pouvait être engagée par quelque 200 marins américains contre Tokyo Electric Power Company et d’autres défendeurs à qui ils attribuent la responsabilité de maladies provoquées par l’exposition à la radioactivité suite à la fusion des réacteurs nucléaires de Fukushima n° 1.

    Les marins allèguent qu’en toute connaissance de cause et par négligence, Tepco a donné au public, en particulier la marine américaine, des informations fausses et trompeuses sur la véritable situation de la centrale nucléaire de Fukushima n° 1. Ils allèguent en outre que Tepco savait que les marins de l’USS Ronald Reagan seraient exposés à des taux de radiation dangereux, parce que l’opérateur était au courant que trois des réacteurs nucléaires de la centrale avaient déjà fondu (1).

    À cet égard, l’action en justice indique que le 14 décembre 2013, Naoto Kan, Premier ministre au moment de la catastrophe, a déclaré à un groupe de journalistes en parlant de la première fusion : « Les gens pensent que ça s’est passé le 12 mars, mais la première fusion a eu lieu en fait cinq heures après le séisme. »

    Les marins concernés participaient à l’Opération Tomodachi, une mission d’aide humanitaire engagée pour répondre aux demandes d’assistance du gouvernement japonais. En accord avec le Traité de sécurité États-Unis-Japon, ces marins ont littéralement risqué leur vie pour venir au secours et protéger la population japonaise.

    Les marins ont neuf motifs de réclamation de dommages et intérêts ; ils accusent notamment Tepco de négligence et de manquement au devoir d’avertir des dangers et des défauts de conception dans la construction et l’installation des réacteurs. À ce jour, les marins souffrent de maladies – leucémie, ulcères, cancer du cerveau, tumeurs au cerveau, cancer des testicules, saignements utérins anormaux, maladies de la thyroïde, problèmes d’estomac – et toutes sortes d’autres affections inhabituelles chez des adultes aussi jeunes.

    L’une des questions principales qui doivent être décidées par ce procès est de savoir qui paiera les traitements médicaux actuels et peut-être les traitements à vie des marins. Non seulement il va falloir faire face à des maladies spécifiques, mais il faudra aussi financer à l’avenir le suivi médical des marins eux-mêmes et de leurs enfants, pour surveiller notamment les risques de mutations génétiques radio-induites. En effet, certaines des particules radioactives inhalées par les membres de l’équipage ont des demi-vies longues, allant de six à 50, voire 100 ans.

    Suite : http://www.fukushima-blog.com/2014/12/fukushima-des-entreprises-nucleaires-accusees-de-negligence.html