En 2014, les traités de libre-échange n’ont pas connu la crise

Durant l’année 2014, les États-Unis, et surtout les financiers qui gouvernent réellement le pays, ont pu continuer en toute tranquillité la mise en place de leur « nouvel ordre mondial », une espèce de monstre économique où le profit est la seule valeur qui les importe vraiment. Ces accords de libre-échange n’ont qu’un seul but: faire sauter toutes les normes, protections et alternatives pour faire toujours plus d’argent sur notre dos. Concrètement, si beaucoup ne le voient pas encore, nous avons dépassé les limites de l’horreur absolue avec un tel traité qui est en train de s’imposer à l’ensemble des pays de la planète qui ne dépendent pas des BRICS.

Une nouvelle fois, je remet en avant ce sujet sur les élections européennes qui explique en détail avec vidéos et preuves à l’appui ce que nous allons devoir affronter.

Fuck nwo

Quelques petits exemples que vous pourrez retrouver sans problème sur le blog avec une petite recherche, liens officiels à l’appui:

  • Le TISA va imposer aux états-membres la privatisation du maximum de services publics, la SNCF est en cours de démantèlement, les hôpitaux de France sont voués à la privatisation poussés par l’endettement provoqué, les caisses de retraites et les mutuelles vont elles aussi finir par être gérées par de grands groupes, la politique grecque dans le domaine appliquée à l’ensemble de l’Europe. Au final, le TISA va faire exploser le chômage contre lequel les gouvernement ne peuvent plus lutter, quand à l’accès à certains services, cela sera uniquement pour ceux qui peuvent payer…
  • Vous souhaitez toujours vous soigner avec des alternatives naturelles? Oubliez cela, cela ne rapporte rien aux financiers du médical. Nous sommes déjà confrontés au problème en France avec la plupart des maladies (voir également ici), dont le cancer qui n’est plus qu’une vaste arnaque au niveau soins, il suffit de regarder la conférence du Dr delépine pour s’en convaincre, mais pas que… Une maladie doit rapporter, ne vous attendez pas à pouvoir vous soigner vous-même à l’avenir sans risque d’être dénoncé.
  • Votre alimentation risque de changer. Fini les petits exploitants puisque ceux-ci sont actuellement en train d’être étouffés sous les charges et les contraintes pour laisser la voie libre aux gros-exploitants comme avec la ferme des 1000 vaches. « L’élevage à l’américaine » est ce qui rapporterait le plus aux financiers, quitte à ne plus prendre en compte les besoins des animaux ou à revoir à la baisse la qualité de la viande.

    Le problème de telles exploitations, c’est que la viande fini souvent saturée en médicaments, et que l’impact environnemental est cataclysmique. Il suffit de regarder la qualité de la viande américaine pour en être convaincu…

  • Les nouvelles formes d’énergies pourront envahir le marché, comme le gaz et le pétrôle par fracturation, une abomination environnementale qui ravage les paysages, pollue les nappes phréatiques, intoxique la faune et la flore (et nous par la même occasion). Et cela risque de se confirmer avec le prix du baril à 20$ et le krach pétrolier aux USA qui est de plus en plus redouté…
  • Et si un pays refuse, il pourra être attaqué devant un tribunal dédié à cela, avec de grandes chances de perdre, puisque le seul but, c’est le profit. Les règles de l’OMC doivent être transcendées à chaque pays, chaque nation au profit des financiers des Etats-Unis.

Cauchemardesque? Oui! Impossible? Il vous suffit de vérifier chaque information donnée plus haut, tout est vrai, tout est réel, et cela se passe dans le plus grand silence. Nos politiques ne connaissent plus le sens des mots « nation » ou « patriotisme », ils continuent la vente de nos pays sans nous en parler le moins du monde, nous faisant croire que la lutte contre le chômage (qu’ils ne combattent en fait pas), contre les discriminations sont prioritaires….

TAFTA, TPP, APE, autant d’abréviations obscures qui donnent envie de ne surtout pas s’y intéresser. Et pourtant, derrière ces sigles barbares se cachent des traités commerciaux de libre-échange qui risquent de nous changer la vie. Durant l’année 2014, ils n’ont pas connus la crise. « Marianne » vous propose ainsi, en quelques cartes, un tour du monde de ces accords pensées le plus souvent pour le bonheur des grandes firmes.

TAFTA (traité de libre-échange transatlantique) lien ici

Doit être signé entre l’Union européenne et les Etats-Unis courant 2015.
29 pays concernés

Marché de 800 millions de personnes, représentant 45,5% du PIB mondial.

L’accord vise à abolir la majorité des droits de douane entre les deux zones, mais aussi à abaisser les « barrières non-tarifaires ». Les pays signataires devront s’engager à une « mise en conformité de leurs lois, de leurs règlements et de leurs procédures » avec les dispositions du traité.

L’accord visait également à l’origine à permettre aux entreprises d’attaquer un État devant un tribunal arbitral international.

AECG (Accord économique et commercial global) lien ici

Fin des négociations : 26 septembre 2014
29 pays concernés

Comme pour le traité transatlantique, l’objectif est de réduire les barrières au commerce, notamment en éliminant les droits de douane et en harmonisant les réglementations et les normes. L’accord couvre pratiquement tous les secteurs d’activité, autant les biens industriels que les biens agricoles et les services.

Selon la Commission européenne, le PIB de l’UE va augmenter de 12 milliards d’euros par an. Pour le Canada, le traité devrait lui permettre d’accéder à un marché de plus de 500 millions de consommateurs.

Point de frictions : Les ISDS (Investor state dispute settlement), mécanisme d’arbitrage des différends entre Etats et investisseurs qui permettent à des entreprises privés d’attaquer des Etats souverains qui menaceraient leurs investissements. L’Allemagne est montée au créneau mettant son veto dans la balance.

APE (Accords de partenariat économique) lien ici

Signature : 10 juillet 2014
44 pays concernés
L’accord vise, dans le cas de l’Afrique de l’Ouest, à supprimer 82 % des droits de douane sur les importations venant de l’UE.

Manque à gagner pour les pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) : près de 10,6 milliards d’euros.

Les produits exportés d’UE en Afrique concernent notamment les céréales, viandes et produits laitiers.
Pour les produits exportés d’Afrique à l’UE, il s’agit essentiellement de poissons, café, cacao, ananas, bananes, haricots, bois, textiles et vêtements.

TPP (Accord de partenariat transpacifique) lien ici

Début des négociations : 2005
Douze pays concernés
Un marché de 800 millions de personnes.

Le traité couvre pratiquement tous les échanges de biens,les règlements de litiges, l’application des mesures phytosanitaires, les échanges de services, la propriété intellectuelle, les contrats gouvernementaux et les politiques liées à la concurrence.

Fin 2014, ce traité a connu un nouveau coup de frein.

Lire aussi sur Marianne.net : 
>>> Traité transpacifique : un partenariat « mort-né » ?
>>> TPP : comment les Américains vont aussi bouffer le PacifiqueSource : www.marianne.net via Démocratie réelle