Otan: l’Occident fera tout son possible pour intégrer l’Ukraine (expert)

Ce n’est pas une bonne nouvelle, d’autant que prendre en charge un pays complètement ruiné, ne va pas arranger nos finances. Si on regarde les bénéfices, ils seront nuls pour l’Europe, et profiteront principalement à l’hégémonie US. Il est très préoccupant que nos « marionnettes dirigeantes » continuent de nous exposer à ce danger, comme si elles ignoraient l’issue. Il serait tout aussi étonnant, que l’ours Russe accepte cette menace si proche de ses frontières. L’année qui vient s’annonce riche en menaces, et les peuples seront mis devant le fait accompli. A moins d’un sursaut de lucidité et de méditer sur cette phrase qui ne laisse aucun doute sur l’importance qu’accorde les USA à notre Europe: « L’objectif principal de la politique extérieure américaine est de procurer des avantages aux États-Unis. Quant aux effets négatifs pour les autres pays, ils n’ont aucune importance », estime le rédacteur en chef de Politics First » .

L’Occident, avec à sa tête les États-Unis, fera tout son possible pour que l’Ukraine adhère à l’Otan, a déclaré le rédacteur en chef de la revue Politics First, Marcus Papadopoulos, dans une interview à RIA Novosti.

© Photo: NATO

La Rada suprême (parlement ukrainien) a adopté mardi, à l’initiative du président Piotr Porochenko, une loi prévoyant l’abandon par l’Ukraine de son statut de pays neutre et la reprise de la politique axée sur l’adhésion à l’Otan.

Selon M. Papadopoulos, il s’agit d’une conséquence logique du « coup d’État soutenu par l’Occident ».

« Résultat de l’injection par les États-Unis de milliards de dollars dans l’Ukraine au cours d’une vingtaine d’années, ce coup d’État a détruit – au grand plaisir de Washington – les relations entre deux pays frères, l’Ukraine et la Russie », a constaté l’expert.

Selon lui, « l’Ukraine cherche actuellement à intégrer l’Otan, quitte à devenir un ennemi potentiel de la Russie ».

La Grande-Bretagne, allié historique des États-Unis, a activement soutenu les rassemblements de protestation organisés à Kiev à la fin de 2014 et au début de 2014 contre le président démocratiquement élu Viktor Ianoukovitch. Dès que ce dernier eut été renversé et qu’un gouvernement pro-occidental fut arrivé au pouvoir, les autorités britanniques ont qualifié ce coup d’État de « volonté du peuple ukrainien », a indiqué le rédacteur en chef de Politics First.

« Vu que les États-Unis n’ont jamais caché leur désir de voir l’Ukraine adhérer à l’Otan, il ne fait aucun doute que la Grande-Bretagne soutiendra l’espoir de Kiev d’être membre de l’Alliance atlantique », a ajouté M. Papadopoulos.

D’après lui, la décision « insensée et dangereuse » des autorités ukrainiennes de renoncer au statut hors-bloc va à l’encontre des tendances prévalant dans la société ukrainienne.

« Les sondages d’opinion montrent que la plupart des Ukrainiens sont hostiles à l’adhésion de leur pays à l’Otan », a affirmé l’expert.

L’intégration politique, économique et militaire de l’Ukraine dans la communauté occidentale demandera du temps et des investissements importants. Étant donné que l’économie ukrainienne est complètement ruinée, les États-Unis et l’Union européenne seront obligés de la prendre en charge, estime M. Papadopoulos.

« L’Occident considère sa politique extérieure comme une affaire commerciale: les investissements sont justifiés dans la mesure où la victoire est remportée », affirme l’expert.

« Dans le cas de l’Ukraine, l’injection de ressources financières substantielles permettra de faire en sorte que cette région très importante sur le plan stratégique soit intégrée dans l’Otan, ce qui ne tardera pas à affaiblir la Russie. Donc, le but justifie les moyens. L’objectif principal de la politique extérieure américaine est de procurer des avantages aux États-Unis. Quant aux effets négatifs pour les autres pays, ils n’ont aucune importance », estime le rédacteur en chef de Politics First.

RIA Novosti

Voir aussi:

4 commentaires