La BRI tire la sonnette d’alarme: la hausse du dollar menace la montagne de dettes internationales

La situation est de plus en plus critique, nous frôlons la catastrophe quoi qu’en disent certains médias. Si vous ajoutez à cela le nombre croissant de banques centrales qui tentent de rapatrier leur or, ce que les USA ne peuvent que difficilement faire puisqu’ils ont tout claqué, détourné, dépensé et escroqué… La dernière en date est la banque centrale de Belgique, et coïncidence complètement dingue, dans la longue liste des banquiers décédés parfois de manière étrange (sans citer pour autant les haut-financiers), le dernier en date est un belge! Le 36ème de la liste…..

Gold bullion on dollar bills

Dans sa revue trimestrielle, la Banque des règlements internationaux (BRI, en anglais Bank for International Settlements ou BIS), suggère que la domination du dollar constitue une véritable menace pour les pays émergents.

La hausse du cours du dollar affecte en effet les pays qui se sont largement endettés dans cette monnaie, ce qui pourrait déclencher un véritable désastre sur les marchés financiers internationaux, et avoir en retour « un impact profond sur l’économie mondiale ».

Les transactions transfrontalières en dollars ont triplé au cours de la dernière décennie pour atteindre 9 000 milliards de dollars, dont 7 000 exécutées hors des Etats-Unis, indique la BIS, aussi surnommée la banque des banques centrales. Dans les pays émergents, les entreprises se sont endettées à hauteur de 2 600 milliards de dollars dans cette devise. En outre, des Etats souverains se sont aussi endettés en dollars : la Chine, le Japon, le Royaume-Uni, et la Russie, parmi d’autres.

La hausse de la parité du dollar menace donc toutes les économies avec une monnaie plus faible, une situation qui n’est pas sans évoquer ce qui s’est passé en Amérique Latine dans les années 1980, ou en Asie dans les années 1990.

De plus en plus de pays prennent des mesures pour réduire leur dépendance au dollar, réduire les emprunts à l’étranger, et mettre en place des réserves tampons auprès de leur banque centrale pour éviter une répétition de ces désastres.

Mais la BIS a également constaté que, bien que le PIB des Etats-Unis ne représente plus qu’à peine un quart du PIB mondial, les réserves mondiales en dollars détenues à l’étranger ont à peine été réduites, et représentent encore aujourd’hui près des deux tiers (61%) des réserves mondiales, contre 66% en 1978. Comment expliquer cet écart ?

La banque explique que le montant de réserves en dollars qu’un pays décide de constituer est directement lié au poids de la devise par rapport au dollar, ce que les économistes de la BIS ont appelé le « poids de la zone dollar ».

Les banques centrales des pays dont le cours de la monnaie est très stable par rapport au cours du dollar peuvent décider de stabiliser la valeur de leurs réserves de change en monnaie locale en constituant des réserves en dollars. Les économistes ont déterminé que le PIB de ces pays, qu’ils appellent « zone dollar », combiné avec celui des Etats-Unis, représente 50 à 60% du PIB mondial, et correspond donc à peu près à la proportion des réserves mondiales en dollars.

Les pays d’Amérique Latine, en particulier le Pérou et l’Uruguay, font partie de ces pays qui détiennent d’importantes réserves en dollars. En Europe, la plupart des banques centrales détiennent des réserves plus modestes en dollars.

La Russie est particulièrement affectée par la hausse du cours du dollar. Depuis le début de cette année, le rouble a perdu plus de 40% par rapport au billet vert. Or, la majeure partie des 715 milliards de dette de la Russie est exprimée en dollars.

Source: Express.be

 

15 commentaires

  • GROS

    Soyez tranquille. L’effondrement n’est pas pour demain.

  • Wolf-Spirit Wolf-Spirit

    quand ça baisse c’est pas bon quand ça monte c’est pas bon…. faut savoir ce qui veulent ces glandus

  • Les peakoilistes ont prévenus … la baisse du pétrole si elle se prolonge risque de provoquer des cascades de faillites …
    Les QE successifs ont gonflés des montagnes de dettes et la déflation, c’est pas bon.

    Notez que a l’inverse, si les prix montent, c’est la récession et c’est pas non plus.

    Pourquoi ?

    Parce que le problème n’est pas financier. Le problème c’est le manque de ressources. On peut jouer comme on veut sur les manettes financières et monétaires, ça ne fabriquera pas plus de pétrole « pas cher » et du reste …

    Mais bon … vu que le mainstream ne parle pas du pic pétrolier … personne n’en parle. Et on fait comme si on n’était pas déjà dans le mur.

    • Quand je dis « manque de ressources » il faut comprendre « manque relatif de ressources bon marché » …
      oui, le pétrole à baissé … mais pas ses coûts de productions qui ont explosés.

  • BA

    Mardi 9 décembre 2014 :

    ALERTE – La Bourse d’Athènes clôture sur une chute de 12,78%, sur fond d’incertitude politique.

    Déjà en très forte baisse depuis l’ouverture mardi matin, la Bourse d’Athènes s’est effondrée de 12,78%, alors que le Premier ministre grec Antonis Samaras venait de confirmer à la télévision le nom du candidat du gouvernement pour l’élection présidentielle, l’ancien commissaire européen et ministre des Affaires étrangères, Stavros Dimas.

    Si 180 députés sur 300 ne parviennent pas à se mettre d’accord sur son nom avant la fin de l’année, – alors que la coalition droite-socialistes au pouvoir ne parvient pas à réunir plus de 155 députés pour l’instant – il y aura des législatives anticipées, dont le parti de gauche radicale anti-austérité Syriza est favori, une perspective de changement de pouvoir qui est redoutée par les marchés.

  • Patrick De Rijk

    Chaqun sort ses oeufs du panier, Marlbrough s’en va-t-en guerre…

    • wozo

      Salarié d’une agence bancaire, même directeur de l’agence, n’est pas être banquier mais employé de banque.

      L’abus de langage c’est fou !

      Dire qu’on est des moutons est une violente insulte à mes amis ovidés !

      • paprika

        Rien ne dit qu’il n’était que « employé de banque ».
        D’abord, il était friqué :
        « The £3million fourth floor property from which he fell is next door to one which used to be owned by Beatles drummer Ringo Starr. »
        Ensuite, j’imagine que les gens tués avaient des postes divers ! De plus, je viens de lire un article que le type de mort le prolixe pour les assassinats, c’est justement un immeuble et un vide de « 60 feet », afin d’être sûr que la personne claque. Nous vivons dans un de ces mondes !

  • paprika

    Sur ce site, ça bargeotte sur le cours de l’argent et de l’or… si qq les a cru, nous en serions à plus de 4000 dollars l’once ! Et à 100 pour l’argent. Voyez où nous en sommes.
    http://www.silverdoctors.com/
    La Bourse de Grèce a prix un pet de – 13 pour 100…