En France, les crèches sont interdites dans les lieux publics, mais pas au parlement européen

En France, nous sommes en pleine polémique quand aux crèches situées dans les lieux publics dont dans les mairies. Jean-Paul Brighelli, enseignant et essayiste français auteur et co-auteur de nombreux ouvrages, a d’ailleurs eut droit à une tribune sur le sujet que certains considèreront comme virulente, tribune que vous trouverez en intégralité dans le journal Le Point. Selon lui, toute cette histoire ne serait qu’un stratagème des pseudo-laïcards pour mieux imposer le multiculturalisme:

Nativity_tree2011

Les pseudo-laïcards qui s’offusquent des crèches dans les lieux publics souhaitent en réalité éradiquer nos traditions pour imposer le multiculturalisme.

Oh, comme ils sont malins ! Ils se drapent dans les oripeaux de la laïcité pour mieux imposer une société multiculturaliste ! Ils prétendent agir au nom de la loi de 1905, quand leur agenda personnel a l’ambition d’ouvrir la France au communautarisme, dont l’avènement rampant marque la dilution de notre société ! Ils font mine de s’en prendre à un symbole de la chrétienté (un faux symbole en fait) afin de promouvoir l’égalité des religions, et de se faire les propagandistes d’un islam qui est tout de même très loin d’être majoritaire. Et de l’autre côté, certains élus s’arcboutent sur des traditions religieuses qui ne sont en fait que des traditions populaires : l’aveuglement partout. Alors faisons le point. sic…

Nous y voici. La répression des crèches témoignerait en fait d’une laïcité agressive, révélée par l’interdiction du voile islamiste. Alors que c’est exactement le contraire. Interdire les crèches, qui ne sont jamais que des manifestations de « traditions locales culturelles » et populaires, comme l’a d’ailleurs souligné l’Observatoire de la laïcité, c’est affirmer qu’il n’y a plus en France de tradition majoritairement chrétienne, que tout se vaut, et qu’il faut respecter non la laïcité, mais toutes les croyances. Ce sont moins les athées militants qui applaudissent cette interdiction que les multiculturalistes rampants.

Mathieu Bock-Côté, dans un article du Figaro, rappelle qu’au Québec déjà en 2009, on était passé de « Joyeux Noël » à « Joyeuses fêtes », puis à un curieux « Joyeux décembre », afin de ne choquer aucun des sectateurs de l’islam : « Les symboles de Noël ne sont pas attaqués d’abord en tant que symboles religieux, mais en tant que symboles identitaires de la « majorité chrétienne » dont il faudrait contester les privilèges symboliques. C’est en fait la querelle du multiculturalisme qui se révèle (…) On veut déconstruire la culture nationale pour mieux accueillir ceux qui arrivent. »

Tribune complète sur Le Point

Il ne s’agit pas ici de s’en prendre aux musulmans puisque la grande majorité ne s’expriment pas ou à peine sur le sujet, sans oublier le fait que le plus grand mouvement musulman du pays, c’est à dire l’Islam de France, est financé avant tout par le Qatar qui lui n’est ni laïque, ni tolérant. Ne nous trompons pas de sujet non plus…

Là où cela devient réellement intéressant par contre, c’est que si le débat existe en France, il ne concerne pourtant pas le parlement européen qui pourtant est censé représenter la politique en général de ses pays membres…

Mgr Bernard Fellay, le supérieur général de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X est venu mardi 9 décembre 2014 inaugurer et bénir la crèche de Noël installée dans le hall d’entrée du Parlement Européen de Bruxelles. Ecoutez des extraits des discours vigoureux de Mario Borghezio, Alain Escada, et une interview exclusive de Mgr B. Fellay.

Les offusqués de la laïcité ne semblent pourtant pas dérangés par ce fait…

 

12 commentaires