Des observateurs de l’ONU confirment la collaboration israélienne avec l’Etat Islamique sur le plateau du Golan [AlManar]

Après le pouvoir syrien, ce sont les observateurs onusiens qui prouvent la collaboration des rebelles syriens avec les forces d’occupation israéliennes déployées dans le Golan syrien occupé.

Cette collaboration remonte à un an et demi, selon plusieurs rapports onusiens rédigés par des observateurs de l’Onu installés dans le plateau du Golan syrien occupé.

Et de révéler: l’armée d’occupation israélienne y a installé un camp d’accueil pour les miliciens de l’opposition.

Selon les mêmes sources, les forces d’occupation ont mis en place un hôpital de fortune en mars 2013 pour soigner des blessés de la rébellion, et transféré d’autres à des hôpitaux au nord de Tel-Aviv.

L’armée d’occupation avait au début prétendu qu’elle s’occupait des blessés civils et ne menait aucun contact avec les rebelles de l’opposition.

Des allégations démenties par les rapports de l’Onu qui confirment la présence de contacts directs entre les hommes armés de la rébellion syrienne et l’armée israélienne.

Les rapports onusiens publiés sur le site officiel de l’Onu, le 10 juin 2014, font état d’une coordination entre les miliciens et l’armée israélienne. Les observateurs onusiens ont constaté un nombre de soldats israéliens dans la partie occupée du Golan en train de fournir de grandes boites en carton aux miliciens.

Ils ont également précisé qu’il y a eu un entretien entre les soldats israéliens et les rebelles le 27 septembre 2014.

Et d’expliquer: les soldats israéliens avaient ouvert la porte du Golan occupé aux miliciens. Les observateurs n’ont pas fait état de blessés.

Ce rapport a poussé le représentant de la Syrie, Bachar Jaafari a adressé un message à Ban Ki-moon dans lequel il affirme que le camp érigé par les Israéliens a pour objectif d’accueillir les terroristes syriens, et non pas pour accueillir 70 familles syriennes, comme le prétendent les Israéliens.  Jaafari a exhorté l’ONU de démanteler le camp. Faute de quoi, il sera un objectif pour l’armée syrienne.

6 commentaires