Transcendance: l’avenir selon Google raconté dans un film?

Y’a-t-il réellement une différence entre la « transcendance » décrite dans le film du même nom et l’avenir que nous réserve Google? Car ce film enfin disponible en DVD nous mène sur les pistes du transhumanisme, d’une manière poussée à l’extrême, certes, mais qui justifie les nombreuses questions que nous pourrions nous poser quand à l’évolution de la technologie. Quelles en seront les limites réelles? L’humain va-t-il finir grâce aux technologies par devenir immortel ou se régénérer? Et surtout, qui contrôle l’autre? L’homme vit-il actuellement grâce à la technologie ou est-ce l’inverse? Quel stade avons-nous réellement atteint? L’intelligence artificielle est une réalité, maintenant, des drones militaires sont même en mesure de décider d’eux-même s’ils doivent ouvrir le feu ou non sur leur cible… Il ne manque que la conscience… Nous ne sommes qu’énergie, la conscience n’est elle-même qu’énergie, et avec l’avenir, tout semble possible, même la transcendance?

Dans un futur proche, un groupe de scientifiques tente de concevoir le premier ordinateur doté d’une conscience et capable de réfléchir de manière autonome. Ils doivent faire face aux attaques de terroristes anti-technologies qui voient dans ce projet une menace pour l’espèce humaine. Lorsque le scientifique à la tête du projet est assassiné, sa femme se sert de l’avancée de ses travaux pour « transcender » l’esprit de son mari dans le premier super ordinateur de l’histoire. Pouvant désormais contrôler tous les réseaux liés à internet, il devient ainsi quasi omnipotent. Mais comment l’arrêter s’il perdait ce qui lui reste d’humanité ?

Source: Fiche Allociné du film

Leader du transhumanisme, la société Google qui va déjà très loin dans le domaine, et qui ne s’arrêtera pas de sipeu, tant que rien ne leur empêcher d’avancer…

Le transhumanisme est encore quasi inconnu en France. Le terme « transhumanisme » remonte aux années 1950, mais sa popularisation date des années 1990. C’est à cette période que les chercheurs commencent à cerner les promesses de la convergence NBIC. Les nanotechnologies (N), la biologie (B), l’informatique (I) et les sciences cognitives (intelligence artificielle et sciences du cerveau) (C) progressent et convergent, en ce sens que les découvertes dans un domaine servent aux recherches dans un autre. Cette synergie décuple la puissance de la recherche et permet des avancées spectaculaires.

Dans ce contexte, les transhumanistes soutiennent une vision radicale des droits de l’humain. Pour eux, un citoyen est un être autonome qui n’appartient à personne d’autre qu’à lui-même, et qui décide seul des modifications qu’il souhaite apporter à son cerveau, à son ADN ou à son corps au fil des avancées de la science. Ils considèrent que la maladie et le vieillissement ne sont pas une fatalité. La domestication de la vie pour augmenter nos capacités est l’objectif central des transhumanistes. Selon eux, l’humanité ne devrait avoir aucun scrupule à utiliser toutes les possibilités de transformation offertes par la science. Il s’agit de faire de l’homme un terrain d’expérimentation pour les technologies NBIC : un être en perpétuelle évolution, perfectible et modifiable jour après jour par lui-même.

L’homme du futur serait ainsi comme un site Web, à tout jamais une « version béta », c’est-à-dire un organisme-prototype voué à se perfectionner en continu. Cette vision pourrait sembler naïve. En réalité, un lobby transhumaniste est déjà à l’oeuvre, qui prône l’adoption enthousiaste des NBIC pour changer l’humanité. Ce lobby est particulièrement puissant sur les rives du Pacifique, de la Californie à la Chine et à la Corée du Sud, soit – et ce n’est pas un hasard – à proximité des industries NBIC, qui deviennent le coeur de l’économie mondiale. L’entrisme des transhumanistes est impressionnant : la NASA et Arpanet, ancêtre militaire américain d’Internet, ont été aux avant-gardes du combat transhumaniste.

Aujourd’hui, Google est devenu l’un des principaux architectes de la révolution NBIC et soutient activement le transhumanisme, notamment en parrainant la Singularity University qui forme les spécialistes des NBIC. Le terme Singularity désigne le moment où l’esprit humain sera dépassé par l’intelligence artificielle, censée croître exponentiellement dès les années 2045. Ray Kurzweil, le « pape » du transhumanisme, dirige en personne cette université. Ce spécialiste de l’intelligence artificielle est convaincu que les NBIC vont permettre de fairereculer la mort de façon spectaculaire dès le XXIe siècle. Il a été embauché par Google comme ingénieur en chef pour faire du moteur de recherche la première intelligence artificielle de l’histoire.

Google s’intéresse également au séquençage ADN au travers de sa filiale 23andMe, dirigée par la femme de Sergei Brin, le cofondateur de Google. Sergei Brin a appris qu’il avait de très fortes chances de développer la maladie de Parkinson – car il est porteur de la version mutée du gène LRRK2 – en faisant analyser son ADN par sa filiale. De quoi accentuer son intérêt pour les NBIC ! On aura compris que Google nous emmène vers une civilisation transhumaniste.

Laurent Alexandre (Chirurgien urologue, Président de DNAVision)

Source: Le Monde

Nous pouvons lire sur le site français spécialisé dans le transhumanisme sa lettre du mois de Septembre 2014: « La mort de la mort »?

La technologie nous mène-t-elle vers l’immortalité? Ou du moins vers celle de ceux qui pourront se l’offrir?

https://www.youtube.com/watch?v=cteL0h03XVM

Où vont s’arrêter l’humanité et la technologie? Et qui dominera réellement l’autre dans l’avenir?

7 commentaires

  • Bardamu

    Je l’ai vu, bien foutu avec de bons effets spéciaux, ça questionne le spectateur mais ça n’en reste pas moins un nanar dans la veine du genre : le progrès nous a foutu dans la merde mais le progrès va nous sauver. Idem Interstellar.

  • Prune

    En résumé: extermination des humains par les robots, dirigés par la minorité de l’ombre.

    Lucien Cerise – Octobre 2014
    https://www.youtube.com/watch?v=VrS6euWQtNY

  • walter kurtz walter kurtz

    Petits films pour la soirée :
    http://www.voirfilms.net/transcendance.htm
    celui ci avec banderas http://www.voirfilms.net/automata.htm je le trouve encore mieux !
    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif

  • nous ne savons pas vraiment à quel niveau l’intelligence artificielle en est arrivée. Par contre, c’est une certitude que la nanotechnologie existe déjà depuis longtemps et que les scientifiques ont déjà réussi à créer des particules bioniques qui se régénèrent comme dans le film.

    Un ordinateur quantique, quoique perfectible, existe déjà et devinez qui en a fait l’acquisition ? Google et la NASA. Google qui, au fur et à mesure de ses acquisitions, démontre ses ambitions: la robotique avec Boston Dynamics, l’intelligence artificielle avec la société Deep Mind acquise cette année qui travaille sur « des éléments informatiques permettant à un réseau de neurones artificiels d’apprendre sur le modèle du cerveau humain » et l’énergie solaire avec un projet pharaonique de panneaux solaires dans le désert américain (tiens, tiens comme dans le film). IBM a également inventé dernièrement un processeur liquide alimenté par ce qu’ils appellent du « sang électronique » . Leur objectif : créer un super ordinateur avec la taille d’un morceaux de sucre. Bref, les scientifiques qui travaillent dans ce domaine ont la folie des grandeurs.