Le survivalisme et ses faux-prophètes

Une petite mise au point trouvée sur internet et qui vaut le détour! Beaucoup sont persuadé que l’avenir n’augure rien de bon, que le chaos n’est pas loin, et que cela peut dégénérer à vitesse grand V, suite à un conflit majeur, un krach financier ou pour toute autre raison qu’il vaudrait mieux ne jamais voir arriver. Je ne les contredirai pas, l’actualité de ces 4 dernières années pousse la réflexion dans ce sens, cela va mal se terminer un jour ou l’autre…

Mais par prévention, certains ont décidé de se préparer un minimum, cherchant à accumuler les infos sur le sujet, regardant même des documentaires de « spécialistes » aux connaissances infinies, mais sont-ils réellement les meilleurs conseillers pour cela? Car il ne faut pas oublier non plus, la télévision se doit d’offrir avant tout du spectacle et des frissons, et de ce fait, ne prenez pas tout pour argent comptant, ce n’est pas devant un écran de télévision ou au travers d’un livre que l’on peut réellement devenir quelqu’un d’expérimenté… Va falloir « mettre les mains dans le cambouis »!

Je sais, le faire est parfois particulièrement difficile, et il faut oser se lancer, mais comment acquérir une véritable expérience dans le domaine sans cela?

Voilà donc un débat intéressant, en espérant que cela puisse nous guider, nous aider, nous motiver et nous faire avancer…

Survivalisme

L’été venant, beaucoup d’entre nous disposent de plus de temps pour se consacrer à certaines activités inutiles mais parfois distrayantes, comme regarder la télé par exemple…

D’autres en profitent pour essayer de perfectionner leurs connaissances dans l’attente du grand jour.

C’est ainsi, une fois la vaisselle finie et croyant bien faire, que je me suis retrouvé par je ne sais trop quels détours à regarder une vidéo de celui qui est l’exemple type du « faux prophète » dans toute sa splendeur (ou plutôt sa bêtise délirante), à savoir l’inénarrable Bear Grylls…

Dans cet épisode en particulier (voir un extrait ICI), notre « héros » se retrouve dans quelque usine abandonnée, de Pologne en l’occurrence. C’est donc pour le moins abasourdi que j’ai regardé Bear escalader et varapper les divers étages du bâtiment, avant de s’enfiler dans les conduits d’aération…


La première chose qui m’est venue à l’esprit, c’est de me dire que c’était sûrement dans l’idée de rester discret. Sinon pourquoi ne pas tout simplement passer par une porte ou une fenêtre pour pénétrer à l’intérieur ? D’autant plus que l’endroit était parfaitement désert et qu’il n’y aurait eu personne pour « l’accueillir » le cas échéant. Bref.
Puis je l’ai vu utiliser des explosifs pour souffler une porte. Rien de moins. Le « comment il a fait cela » n’était bien entendu pas montré par la caméra, réduisant ainsi à néant l’éventuel profit qu’il y aurait pu avoir à tirer de son exercice…

Pourquoi vouloir apprendre au gens comment survivre en utilisant des savoir-faire ou des compétences qu’ils ne maîtrisent pas, ou qu’il n’est pas permis de montrer ? Sans compter le fait qu’il aurait été beaucoup moins dangereux (et moins bruyant) d’utiliser une autre porte ou une fenêtre sans risquer de mettre le feu au bâtiment tout entier.

Puis je l’ai vu escalader la cage d’un ascenseur jusqu’au dernier étage, et c’est là que j’ai vraiment commencé à rire. Comme si en Pologne les escaliers n’existaient pas…

Lorsqu’on en vient à la survie, la première des règles est de ne JAMAIS PRENDRE DE RISQUES INCONSIDÉRÉS. Ceux qui ont participé au dernier stage de Survivre au Chaos m’ont sûrement entendu le dire à de multiples reprises : la conservation de son intégrité physique doit être le souci majeur du survivaliste !

Mais le « coup de grâce » fut donné en montrant Bear escalader sur une hauteur de 5 ou 6 étages des tuyaux de toute sorte, progresser ensuite sur une étroite cornière à la manière d’un funambule averti, pour finalement parvenir à un nid accroché tout en haut du plafond et contenant deux petits œufs de pigeons…

Il n’y aurait qu’un abruti pour faire une chose pareille. Non seulement une personne normale n’aurait pas couru un tel risque, mortel en l’occurrence, mais le fait est qu’elle aurait très probablement gaspillé plus de calories pour arriver jusqu’aux œufs qu’elle en aurait retiré de leur consommation. Soit au final une perte d’énergie…

Je comprends qu’il s’agisse d’une série destinée aux adolescents attardés qui regardent la télé, et le fait de voir un gugusse escalader des immeubles ou des cages d’ascenseur au péril de sa vie est plus distrayant que de le voir entretenir un feu ou nourrir des poulets. Mais cela m’a fait aussi me demander combien de gens regarderaient cela en pensant qu’il s’agit de la VRAIE façon de survivre ?

Et malheureusement, ce n’est pas la seule vidéo qui propage la désinformation dans ce domaine. Il en existe une multitude sur Youtube ou ailleurs, et autant d’articles, qui me font toujours poser la même question : « Est-ce que les gens qui les diffusent prétendent réellement faire passer de la bonne info ? »

Et il en est de même pour ceux qui se disent avertis et conseillent aux survivalistes amateurs de s’enterrer seuls avec leur famille dans une BAD au fin fond de nulle part ; Ou de prendre la tangente dans la verte avec armes et bagages et les enfants dans la poussette…

Ceux qui me lisent doivent penser que j’ai une dent contre Bear Grylls et ses sbires du même acabit. N’allez surtout pas croire cela. Mon but n’est pas de désigner des coupables en particulier (même s’il s’agit pour moi de malfaisants). Mais il faut se rendre à l’évidence, la star d’une série à succès qui essaie de montrer aux gens comment survivre et qui passe ses nuits dans les meilleurs hôtels autour du monde mérite bien quelques sérieux doutes à son sujet…

Même si je dois tout de même reconnaître que notre bonhomme a eu l’occasion de donner dans une série antérieure quelques informations et conseils tout à fait valables lors de certaines situations extrêmes.

Ce que je veux dire, c’est qu’il faut se méfier de ce qu’on voit et de ce qu’on lit, plus spécialement lorsque cela met en jeu notre sécurité en notre intégrité physique. Bernard Shaw a dit un jour que la fausse connaissance est plus dangereuse que l’ignorance. Je suis plus que d’accord avec lui.

Donc savez-vous faire la différence entre ce qui est de l’intox et ce qui est valable ? Si ce que vous voyez ou lisez sonne faux, alors il y a de bonnes chances pour que cela le soit. S’il y a des aspects qui vous paraissent conflictuels à propos d’un sujet en particulier, alors approfondissez. Creusez davantage. Ne vous contentez pas de consulter une seule vidéo, un seul article, ou un seul auteur sur la question. Tâchez de savoir qui sont les experts dans ce domaine, puis étudiez leur avis.

Faites le tour des divers blogs survivalistes francophones. Vous les connaissez sûrement, et je ne vais pas faire ici leur apologie puisqu’eux ne font pas la mienne, mais la plupart sont tout à fait valables, de même que leurs auteurs.

Lisez de véritables études de cas, je veux dire les comptes-rendus de situations réellement vécues, ainsi que les rapports officiels s’il en existe. Ils ne sont généralement pas très amusant à lire, mais peuvent représenter une bonne source d’information, ce qu’ils sont généralement.

Et même si vous maîtrisez bien un domaine, cela ne signifie pas que vous deviez en rester là. Les choses évoluent en permanence, de même que les techniques et les équipements. Presque chaque jour, de nouvelles études viennent remplacer les anciennes. Donc tenez-vous à jour sur les sujets qui vous sont familiers. On peut toujours apprendre de nouvelles choses, ou de nouvelles façons de faire les mêmes choses.

Après quoi, essayez de séparer les faits des opinions. J’ai tendance à mettre systématiquement de coté les vidéos ou les articles qui sont « dramatiques » à outrance (d’un point de vue cinéphile), ceux qui font leur auto-promotion, qui semblent avoir un but détourné, ou qui jouent sur la peur des gens ou leurs émotions négatives. Et si vous les prenez tout de même, alors faites-le avec des pincettes…

J’ai aussi réalisé que si les sites faisaient la promotion de certains articles de survie, c’est qu’ils étaient probablement rétribués pour cela. Soit directement, soit indirectement. Ce n’est pas forcément une mauvaise chose en soi, mais soyez conscient qu’il pourrait y avoir aussi quelque inconvénients, et que les articles qu’ils proposent ne soient pas forcément les meilleurs ou les mieux adaptés…

La dernière chose, et la plus importante à mon avis, est d’apprendre par soi-même. Notre propre expérience est en fin de compte notre meilleur professeur.

Vous pourriez regarder 3 ou 4 vidéos sur la façon d’allumer un feu avec une baguette et une planchette en bois, comme le font les indigènes. Vous pourriez les avoir étudiées en détail, mémorisant chaque étape jusqu’à savoir parfaitement comment faire un feu de cette manière. D’accord ?

Non.

Vous ne saurez pas comment allumer un feu avec une baguette jusqu’à ce que vous l’ayez fait par vous-même. Et ce n’est qu’une fois que vous aurez tenté l’expérience que vous constaterez que ça craint vraiment. Vous vous en rendrez compte au bout d’une demi-heure environ, après quoi vous abandonnerez, et crierez à votre baguette d’aller se faire foutre car de toute façon vous n’avez pas besoin de feu ce soir-là.

Vous saurez que même si cela ne vous prend que 10 ou 15 minutes à votre deuxième ou troisième essai, vous ne serez toujours pas un expert parce que vous aurez échoué lamentablement à l’essai suivant. Vous apprendrez aussi que parfois cela ne marche pas. Pour toute sorte de raisons, en dépit du fait que vous ayez peut-être réussi une demi-douzaine de fois auparavant. Mais ce jour-là, il se trouve que ça ne marchera pas.

Je suis loin d’être un expert dans ce domaine, mais je m’y suis risqué suffisamment pour savoir que si j’avais à fabriquer une baguette et une planchette maintenant, je pourrais ne pas être capable de faire partir un feu. Je pourrais me pourrir les mains, ou ruiner un lacet de chaussure tout neuf pour un résultat nul. Je sais par expérience que l’on ne tire que très peu d’eau d’un distillateur solaire, et que celle-ci peut avoir un véritable goût de chiottes…

Ou bien encore, dans un autre registre, qu’il est particulièrement périlleux de sécuriser en solo une pièce dont la porte est maintenue fermée par un mécanisme automatique de type Yale (ceux qui ont participé au stage savent de quoi je parle). Etc.

Je possède cette connaissance de par ma propre expérimentation, et c’est quelque chose que je NE PEUX PAS apprendre d’une vidéo ou d’un article.

Enfin, vous êtes seul responsable de votre propre sécurité et de votre intégrité. Prenez le bon sens pour guide, et comprenez bien qu’il y a plus à faire que se contenter de lire des livres ou visionner des vidéos. La meilleure façon d’apprendre et d’emmagasiner une véritable connaissance est de mettre les mains à la pâte…

 

13 commentaires

  • Super ! Il vient d’inventer l’eau chaude …

    Ce qui m’inquiète ce n’est pas que des gens prennent Bear Grylls au sérieux, c’est certains croient qu’ils sont nombreux à le faire !!!!

    En lisant cet article, je comprends mieux pourquoi la plupart des gens se foutent de gueule des « survivalistes ».

  • Pi÷2

    Chacun pour soi et Dieu pour tous, quelle belle philosophie que ce survivalisme au service du Nouvel Ordre Mondial; où la lâcheté, l’ égoïsme et le matérialisme extrêmes, se disputeraient la première place à l’ école du satanisme. Va parler d’ empathie, de spiritualité et d’ un changement de société après ça… Dur-dur d’ être crédible.

    On pourrait pourtant envisager de ne sacrifier personne, sur l’ autel de l’ eugénisme, voire de garder les même gens et les même choses mais, en supprimant l’ ennemi commun de l’ argent qui -sauf erreur et vous me rectifierez si je me trompe- serait la cause principale à tout ce chaos occidental organisé (le hasard étant en effet dépourvu de cohérence, mais faisant très bien les choses, puisqu’ il nous offrirait sur un plateau providentiel les BRICS et leur nouvelle économie: ALLÉLUIA!).

    On ferait ainsi d’ une pierre plusieurs ricochets:
    – plus de menace d’ effondrement économique,
    – plus de NOM à l’ avenir à voir venir (plus de fric),
    – plus obligé d’ apprendre le russe ou le chinois (ouf),
    – tous les oligarques auraient les manches retroussées,
    – l’ argent ne nous mènerait plus par le bout du nez,
    – on ferait le métier que l’ on aimerait faire (sympa),
    – on vivrait plus librement qu’ aujourd’hui (re-sympa),
    – la spiritualité remplacerait la croissance (mazette),
    – etc…

    Franchement, ça aurait une autre gueule, que de faire le Tarzan comme un singe, dans la glauque prairie radioactive. Mais pourquoi faudrait-il faire compliqué, quand on pourrait faire simple ? en faisant subir à l’ argent plutôt qu’ à nous-même ce: PSCHITT ! ?

    Cela dit c’ est vrai que tout ce bonheur, comme ça d’ un coup, ça fait drôlement peur car, pourrait-on vraiment s’ y habituer ?

    • paprika

      Pi, vous râvassez. Même si la monnaie s’écroule, il restera l’or et l’argent. Et c’est mal connaitre l’humain. Votre proposition est celle d’un anar qui plane à 100 miles.

  • Maverick Maverick

    Bon topo … Surtout pour ceux qui pensent qu’il faut acheter beaucoup de matériel sophistiqué et onéreux pour la survie, et se payer des stages :-)

  • Bardamu

    Il est très probable que la décroissance de notre économie, que nous subissons actuellement faute de savoir / pouvoir / vouloir la contrôler – biffez la mention inutile -, prenne une tournure dramatique dans les décennies à venir. Si c’est pas avec la contrainte carbone, c’est le trou noir libéral qui s’en chargera. Mais de là à vérifier la théorie d’Olduvai, y’a encore très loin de pense.

    Reste que savoir allumer un feu au Firesteel est très ludique même si rien ne vaut un bon vieux briquet :

    http://www.youtube.com/watch?v=XLdIBAGBKuQ

  • rouletabille rouletabille

    la meilleure survie est de garder des balles pour se tuer,soi et sa famille.
    Crever misérablement devant l’avidité est PIRE.http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif

  • paprika

    J’adore Pierre Templar. Et c’est par là que j’ai connu des sites intéressants.

  • laspirateur

    Vas cueillir des champignons comestible déjà d’est une bonne étape!

  • Bonom

    Bonjour http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif
    Peut-être que survivre près de la nature comme un village ou un hameau sera plus facile qu’en pleine ville où il n’y aura que des magasins à piller? Certaines personnes ressentent surement le besoin de s’éloigner des foules, des sons et lumières des grandes villes. Mais voilà, il faut les moyens et l’opportunité pour ça. En tout cas, le contexte dans lequel nous serons le moment venu aura de grandes incidences sur nos vies réglées en mode « survie »…
    Est-ce de notre faute aussi si le système économique incite tant à gratter la nature pour que nous puissions nous goinfrer? Et ce, quel que soit le type de gouvernement… Ah bon « on » se goinfre? Quels péchés capitaux? Rôôh t’es trop bête, arrêtes de voir le mal partout… Mouai, le mal est tellement là et banalisé qu’il prend même plus la peine de s’cacher dans l’détail…
    Et comme le dit cette formulation cool qui est de ché pas qui ni de quand: Donnes un poisson à quelqu’un et il mangera pour un jour. Apprends lui à pêcher et il mangera pour toujours… ben finalement tant que la guerre ne sera pas radioactive, merci papa.