Le FBI s’insurge contre la politique de chiffrement des données…

On pourrait penser à un poisson d’Avril, mais non. Selon 01.net, le directeur du FBI, James Comey, a sévèrement critiqué la nouvelle politique de chiffrement des données mise en place par Apple et Google afin de mieux protéger les données personnelles de leurs utilisateurs des agences de renseignement. Ce dernier a notamment déclaré :

« Je crois profondément en la loi mais je crois aussi que personne dans ce pays n’est au-dessus des lois. Ce qui m’inquiète ici c’est que des entreprises puissent délibérément faire la promotion de quelque chose qui mette les gens au-dessus des lois »

Ainsi la protection de la vie privée est directement assimilée à un délit dans l’esprit des cadres du renseignement US. Les simples citoyens qui cherchent  à préserver leurs données personnelles des intrusions de la NSA ou du FBI se considéreraient en effet comme « au dessus des lois » pour ces agences, ce qui en dit long sur l’état des libertés civiles dans ce pays.

Suite aux révélations d’Edward Snowden concernant le système d’interception massif des données électroniques mis en place par la NSA, mais également sur la collaboration des principales firmes du secteur des télécommunications et d’Internet avec les agences de renseignement, comme Yahoo, Google, Facebook ou Microsoft par l’intermédiaire du programme PRISM, qui offraient un accès direct à leurs données aux agences de renseignement américaines, ces dernières ont tenté de se racheter une image, et surtout une éthique auprès de leurs utilisateurs et clients dont les données privées étaient jusqu’alors systématiquement violées.

Notons au passage qu’en France la DGSE possède également un accès direct au flux de données du principal opérateur, Orange, d’après une enquête de Jacques Follorou, journaliste au Monde, basée sur des leaks d’Eward Snowden. Ce dernier affirme ainsi :

« [La DGSE] dispose surtout, à l’insu de tout contrôle, d’un accès libre et total à ses réseaux et aux flux de données qui y transitent. »

Google a entre autres annoncé en mars que toutes les communications entre ses data center seraient désormais cryptées afin d’éviter de se faire siphonner ses flux de données comme par le passé. Yahoo ! avait lui aussi pris la décision fin 2013 de chiffrer toutes les données échangées par ses utilisateurs, notamment sur les boites emails, mais également sur son réseau interne. Plus récemment c’est Apple qui s’est fendu d’un message pour expliquer sa politique de confidentialité. Et là aussi, selon la firme à la pomme, tout serait crypté, aussi bien pendant les communications avec le cloud, que sur les serveurs eux-même, ce qui rendrait la firme incompétente à collaborer avec les services de renseignement comme l’annonce son PDG Tim Cook :

« Il nous est donc techniquement impossible de répondre aux demandes et mandats du gouvernement pour l’extraction de données« 

On ne peut toutefois que rester dubitatif devant ses bonnes paroles et chapelets de bonnes intentions, sachant que Yahoo ! comme Google avaient pris pour habitude de lire les emails de leurs utilisateurs afin de proposer de la publicité personnalisée à leurs annonceurs. Si la firme se réserve le droit de lire  dans votre correspondance stockée encore en clair sur ses serveurs, on ne voit pas ce qui empêcherait une agence de renseignements de faire de même. Quant à Apple, la société exploite les données personnelles de ses clients, notamment les méta-données de géolocalisation des iphones, afin soit disant de « fournir des services personnalisés » tout en stipulant que les données demeuraient « stockées sur l’appareil » et n’étaient pas envoyées aux serveurs de la firme. Cependant, à partir du moment où elles sont partagées et utilisées par des applications tierces, elles se retrouvent bel et bien dans la nature…

10 commentaires