L’escroquerie du travail le dimanche ou le totalitarisme marchand

Excellent éditorial de Charles Sannat ce matin, qui se révèle particulièrement en forme. Il dénonce l’idéologie du totalitarisme marchand. Ainsi chaque nouvelle « liberté » conquise par le marché se fait au détriment de notre propre liberté et au prix d’un nouvel asservissement…

Vous savez très bien qu’en fonction de la façon dont on pose une question, il est assez facile d’orienter la réponse. Par exemple, si je vous demande si vous seriez prêt à travailler le dimanche si c’est la seule possibilité pour vous de trouver un boulot… alors 90 % des sondés risquent fort de dire « oui » car nous avons tous besoin (et pas forcément envie) de travailler.

Le débat sur le travail dominical en France est une escroquerie intellectuelle et une crétinerie économique qui confine évidemment à la fausse promesse.

Pourquoi vous reparler aujourd’hui du travail le dimanche ? Tout simplement parce que vous allez le constater très rapidement, ce sujet va refaire surface avec une belle offensive du Medef sur ce thème et une « réforme » phare pour le nouveau ministre de l’Économie Macron ainsi que la volonté de donner des gages de réformes dites « structurelles » à nos gentils amis du FMI et de la Commission européenne qui ne sont pas là pour veiller à l’intérêt des peuples mais à la rentabilité des grandes multinationales.

Le totalitarisme marchand

Nous vivons dans une période de totalitarisme marchand. Sans l’idéologie « communiste » (qui fut un échec, telle n’est pas la question) pour servir de doctrine alternative et donc de contre-pouvoir, le capitalisme ne pouvait que renouer avec ses mauvaises habitudes qui avaient d’ailleurs mené à la crise de 1929. Toujours plus de dettes, toujours plus de finance, de spéculation et d’accumulation des richesses dans des mains à chaque fois de moins en moins nombreuses.

Ce totalitarisme marchand, qui est en pleine expansion sous vos yeux, vise à détruire tous les acquis sociaux (sous prétexte de compétitivité). Mais il veut également aller bien au-delà en faisant également baisser les salaires, en privatisant l’ensemble des secteurs économiques, rien ne doit pouvoir échapper aux marchés.

Marx parlait à très juste titre du « salaire de subsistance » qui est le montant minimum permettant aux gens de tout juste survivre. Les capitalistes n’ont pas besoin de nous verser plus qu’un salaire de subsistance et lorsque vous regardez ce qui se passe en Grèce, en Espagne, en Italie, bientôt en France, alors nous devons tous comprendre que l’idéologie du travail le dimanche n’est rien qu’une petite bataille dans une immense guerre faite aux intérêts des peuples. Nous avons été prospères parce qu’il y avait un partage des richesses. Nous serons prochainement tous pauvres car ceux qui encaissent la richesse (pas forcément ceux qui la créent) ne souhaitent plus les partager équitablement puisque plus rien ne les y contraint.

Le travail dominical est déjà une réalité pour des millions de Français !

Revenons, après cette digression au sujet du totalitarisme marchand, sur le travail dominical qui est une réalité pour des millions de Français qui pratiquent un métier où il y a ce que l’on appelle « la continuité de la vie sociale ».

Hôpitaux, trains, polices, services de secours, restauration, hôtel, autant de secteurs qui fonctionnent 24h/24h, 365 jours par an… y compris avec des fonctionnaires ! Le travail le dimanche est donc une réalité profondément ancrée dans notre vie et nous en avons besoin. Pour autant, le travail le dimanche doit-il être étendu ?

La réponse est humainement non, et nous verrons qu’économiquement cela ne change pas grand-chose, pour ne pas dire rien du tout.

Humainement, cela veut dire que si l’on travaille le dimanche, alors il faut aussi prévoir des modes de garde pour les enfants le dimanche, ouvrir les crèches et les centres de loisir, il faut accepter la disparition du lien social unissant les familles et la possibilité d’un temps partagé pour se retrouver ensemble. Ce temps, qui pour certains peut être religieux et qui pour l’immense majorité sera consacré à emmener les enfants jouer au foot ou à la piscine, ou simplement faire du vélo.

Travailler plus, pourquoi pas mais franchement… pour quoi faire ? Gagner plus ? Je suis navré de devoir l’écrire mais gagner plus n’est pas une fin en soi, l’accumulation d’argent lorsque cela devient compulsif révèle plus un problème de stabilité psychologique et une faille de personnalité qu’une valeur morale supérieure. Alors pour quoi faire, tout en sachant que l’écrasante majorité, les 99 % que nous sommes, ne sera jamais millionnaire et encore moins milliardaire.

Travailler pour vivre certes, mais pas forcément vivre pour travailler.

Enfin, et c’est essentiel, le travail le dimanche n’a rien à voir avec la compétitivité de notre pays pour la simple et bonne raison qu’il concerne avant tout les commerces et les magasins qui vendent leurs produits ici, dans notre pays. Ce débat n’a rien à voir avec les délocalisations ou l’industrialisation de la France.

Ouvrir ou pas le Bricomachin de la zone de Tintouin-les-oies ne changera rien à la compétitive globale de notre pays.

Internet versus magasin

Le véritable enjeu pour les commerces en réalité c’est la lutte contre les ventes en ligne. Ce qui est bien en ouvrant le dimanche, c’est que les magasins vont tabler et viser les achats d’impulsion, l’achat immédiat, celui qui ne peut pas attendre, que ce soit un pot de peinture, l’encaissement d’un chèque dans votre agence bancaire qui finira par être ouverte le dimanche, jusqu’à l’achat de votre dernière tablette Apple que vous voulez là, maintenant, tout de suite.

Pourtant, là encore, il est indispensable de rappeler la dimension humaine de l’homme. L’homme ne doit pas être réduit à sa dimension de consommateur. L’homme n’est pas qu’un consommateur. De la même façon nous ne devons pas accepter que la perception de notre liberté ne soit réduite qu’à la liberté de consommer.

La consommation c’est la négation de l’homme et de sa dimension humaine, de sa capacité d’intelligence et de création. L’homme est capable de gratuité, de courage et d’abnégation. Il est capable de générosité et de dons. Ce sont ces valeurs-là que nous devons encourager, pas celles qui se développent actuellement et qui ne peuvent qu’aboutir à notre asservissement le plus complet.

Il faut donc maintenir un temps de consommation réduite où les individus doivent pouvoir faire autre chose que de se rassembler une fois de plus dans ces temples modernes et sans âme que sont les super et les hyper-bidules, immenses hangars de zones périphériques aussi laides que déprimantes.

Ouverture dominicale : premier bilan mitigé chez Bricorama

Et justement, toute cette histoire du travail dominical apparaît bien de plus en plus comme une escroquerie à la croissance économique. Cela va créer de l’emploi, on ne peut pas se passer d’emploi actuellement, et donc cette remarque justifierait tout, même l’injustifiable.

C’est en tout cas ce que montre cet article de France Info où globalement, malgré le travail et l’ouverture le dimanche, le chiffre d’affaires de Bricorama prend une claque… Le bilan est mauvais. Et l’exemple de Bricorama, fer de lance pour le travail dominical, montre bien qu’il n’y a aucun lien systématique. À ce rythme, Bricomachin finira par faire faillite et à licencier tout le monde, y compris ceux qui bossent le dimanche.

Économiquement, ceux qui ont 100 euros de pouvoir d’achat disponible dépenseront 100 euros. Peu importe qu’il le fasse en 1 fois 100 euros le dimanche à 15h ou en 5 fois 20 euros du lundi au vendredi dans les heures d’ouverture traditionnelles de 9h00 à 19h00. Ils dépenseront 100. Assureront 100 euros de CA et pas un de plus. Lorsque tout le monde sera ouvert le dimanche, ce sera, pour toutes les entreprises, un jeu à somme nul (ce qui n’est pas le cas si je suis le seul ouvert le dimanche).

Macro-économiquement, le travail dominical ne peut être que marginal. En terme de création d’emplois, on déplacera juste les effectifs. Presque personne les lundi, mardi, mercredi et jeudi et tout le monde sur le VSD (vendredi, samedi, dimanche)… Voilà la réalité évidente, mais nous aurons déstructuré un peu plus la société et fait un pas de plus vers encore davantage d’avilissement à la consommation.

Le bonheur ne réside pas et ne peut pas résider dans la consommation. L’homme est un « animal » social et il a besoin de l’autre.

Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez  bien !!

Charles SANNAT

Source : le contrarien matin

24 commentaires

  • pierre doute

    le dimanche ,le jour du Seigneur « la dernière pierre de la chrétienté » balayer par la secte franc-maçons
    la destruction de la famille avec le mariage de la pédale de gauche et la l’ABCD des pédophiles d’oligarchies apatrides néo-coloniales attacher éternellement a l’apartheid d’Israël.

  • dreadcast

    J’aurais aimé trouver du taff le dimanche quand j’étais étudiant. J’avais le choix : McDo, Quick ou Pizzahut.

    Après mes études, j’ai trouvé du taff, mais je n’avais que peu de temps pour claquer mon pognon : c’était le samedi ou rien.

    Maintenant, vive le e-commerce : ça me permet d’assouvir mes pulsions consuméristes depuis mon canapé plumard.

    • Bardamu

       » J’aurais aimé trouver du taff le dimanche quand j’étais étudiant. J’avais le choix : McDo, Quick ou Pizzahut.  »

      —>

      L’étudiant à longtemps été  » l’ennemi  » du travailleur. Pensant que son précariat était temporaire, le temps de décrocher son diplôme, il était près à accepter n’importe quel job à n’importe quelles conditions. J’observe qu’avec la crise qui s’enracine, les comportements son en train de changer et même, s’inverser. Les employés Mac Do n’ont jamais été aussi vieux.

      • dreadcast

        >>> J’aurais aimé trouver
        Je voulais dire que j’aurais vraiment aimé trouver du taff le dimanche, c’est à dire le jour où je me faisais potentiellement chier… avec salaire majoré !
        Sauf que la convention collective hôtelière est en-deçà du droit du travail et que le travail de nuit, les jours féries ou le dimanche est rémunéré comme un jour normal.
        Il était donc compliqué de trouver quelque chose de décent.

  • Bonjour les moutons. Excellent Sennat que je découvre à mon retour de Montmirail où le dimanche n’est pas chômé, mais pour d’autres raisons. A moins que tout cela ne suive pas la même logique…
    Caillasse du Jour : Impressions sur l’expo de M art’ IN à Montmirail

    • sceptique

      et tu as lu la suite?:
      http://www.lecontrarien.com/trois-quarts-des-chefs-dentreprises-ont-des-difficultes-a-recruter-23-09-2014-entreprise?
      son commentaire sur l’incompétence des DRH est parfaitement juste et vérifiée; le pire, c’est que ce n’est pas avec des clones et des ânes savants formatés que l’on forme une société, une civilisation, ou même un entreprise efficace.

      Cela rejoint ce constat d’un patron de PME sur le site de Jovanovic:
       » Le dénominateur commun est une nouvelle génération qui prend les manettes. Ils n’ont aucun talent, aucune capacité à se projeter, ne voient que le gains rapides et leurs stats perso, ils ne laissent derrière eux que chômage et désolation. Ils transfèrent des lignes d’un fournisseur à l’autre sans préavis, ni procédure de fin de stock, et tuent des PME à la chaîne. C’est catastrophique.

      La crise, qui, jusqu’ici ne nous touchait que partiellement est en train de nous tuer pour de bon. Pour moi, la raison est l’incompétence, l’inconscience, l’absence totale de morale élémentaire, la génération Y (la mienne) est aux manettes et c’est une pure catastrophe. Nos anciens nous laissent les infrastructures, mais nous ne sommes pas capables de les faire tourner… et au rythme ou ça avance, il me reste 4 mois avant de déposer »
      lien:http://www.jovanovic.com/blog.htm; LETTRE D’UN PATRON DE PME A QUI IL RESTE QUELQUES MOIS AVANT DE DEPOSER LE BILAN
      Comme je l’ai déjà dit, nous avons remplacé des gestionnaires intelligents et conscients de leurs responsabilités sociétales et familiales (l’avenir de leurs enfants!) par des pillards nomades cupides ne voyant pas plus loin que leurs primes de fin d’année, qui n’en ont rien à faire de leur entreprise et de leurs subalternes; la responsabilité morale n’est pour eux que responsabilité juridique; ils sont des « winners » uniquement préoccupés de leurs propres intérêts; même leur entreprise n’est qu’un outil de plan de carrière! Alors, la société, les valeurs morales et civilisationnelles, penses-tu! Ces gens-là ne sont que des prédateurs, des chiens de garde des oligarques globalistes. PCR rapporte même que les exécutifs des transnationales empruntent de l’argent aux banques pour racheter les actions de leur entreprises et faire monter les cours (en endettant leur entreprise) pour verser les dividendes des actionnaires et surtout toucher leurs boni faramineux!
      http://www.paulcraigroberts.org/2014/09/22/rigged-gold-price-distorts-perception-economic-reality-paul-craig-roberts-dave-kranzler/

      • kalon kalon

        Ce n’est plus une crise économique, pour autant que cela l’ai jamais été.
        C’est une crise morale dans laquelle nous plongeons, la dénatalité ne vient pas seulement que d’une raison, elle en a d’autres dont la principale est:
        Avoir un enfant aujourd’hui est ‘ce être responsable, ou….coupable de son avenir ?

      • kalon kalon

        Etant évident que la notion de « couple » sans celle de constituer une « famille » ne peut exister !
        Hors, la cellule familiale est la base de toute civilisation car sans elle, aucune civilisation ne peut exister !
        La cellule familiale est le fondement sur lequel une société peut fonctionner, et sans elle, cette même société s’auto détruit.
        Ce que nous constatons aujourd’hui !http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif

  • ConscienceU12 ConscienceU12

    _ Et en plus ils nous prennent vraiment pour des gros neuneus chez Auchan http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif : http://www.alterinfo.net/notes/Auchan-nouvelle-tromperie-sur-la-marchandise_b7012906.html

    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_sad.gif BOYCOTT AUCHAN http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif

  • marco marco

    meme qu’il y aurait dix fois plus de magasins ou de dimanche, le peuple dépensera pas plus pour autant!
    il va prendre l’argent ou?

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/09/21/97002-20140921FILWWW00061-ouverture-dominicale-pas-plus-de-clients-en-2013-pour-bricorama.php

    le travail du dimanche, une belle fumisterie dans la meme lignée que de détruire la famille

    pour ceux qu’on pas de boulot, c’est toujours la meme bonne excuse!
    pour la restau et les secours je dis rien,
    mais si on écoute médef, c’est n’importe quel métier, alors que déjà pleins de gens attendent du travail la semaine.

    • Grand marabout Grand marabout

      24h/24h
      7jours /7
      au même tarif,sans majoration sans primes et moins de charges sociales,j’oubliais
      la flexisécurité pour la compétitivité dans l’innovation
      http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gifhttp://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif

    • pierre doute

      détruire les cultures pérennes aux PROFITS du nomadisme,instabilité es une des formes de l’esclavagisme !
      Pierre qui roule n’amasse pas de mousse .

  • xeos839

    Bonjour
    Je fait partie de ces gens qui bosse le dimanche cuisinier de métier depuis bientôt 20ans alors bosser les week end et jour fériés je connais par contre se que je connais mal ces ma famille mes amis les relations social alors a tout ceux qui veule bosser les dimanche allez y faite mais le jour au vous remarquerez que vous connaissez mieux vos collègue de travail que votre propre famille ça seras trop tard !!le dimanche étais le seul jour ou on pouvais tous être ensemble mais les relations social on s’en fou le fric ces mieux bhêêêêê

    • sceptique

      je plussoie: j’ai expérimenté aussi; bravo aussi la présence parentale pour les enfants; idem pour les mini-jobs type loi Hartz: quand tu n’es pas là pour t’occuper de tes enfants, que se passe t-il? Drogue, prostitution? Les gosses de cadres sups qui préfèrent leur carrière à leurs gosses ne sont pas mieux lotis…
      Évidemment, personne ne chiffre économiquement ces coûts-humains et économiques-là, ils n’entrent pas dans le compte d’exploitation, ils sont « externalisés » (PCR dit « sociétalisés »); idem pour les vaccins, les OGM, les gazs de schistes,…, qui ne sont rentables que parce que les coûts réels ne sont pas supportés par les acteurs, ce qui par ailleurs est anti-libéral (notion « d’irresponsable institutionnel ») et anti-capitaliste; mais cela, les libéraux sont trop hypocrites pour le relever!

      • pierre doute

        bonjour sceptique,en Afghanistan après l’installation du pipeline par l’oligarchie mondialiste:
        http://www.laprogressive.com/wp-content/uploads/2012/02/Afghanistan-Pipeline.jpg
        et la multiplication par 5 des plantations opium ,la plaque tournante le Kosovo,servant les intérêts des mercenaires sionistes entraîner pour massacrer les populations mondiales via des révolutions colorées ou entrainer les sicaires de l’empire « de sombre crétins gavés aux opiacés durant leurs formations de zombies camés « regarder les ils sont tous secs et utilisent les mêmes méthodes enseigner par la CIA.
        le captagon pour payer les camés mercenaires,l’héroïne pour maquer les prostitués occidentale et la jeunesse désœuvrées des bollandistes.
        les pervers sont des parasites apatrides ,le revers ,les enfants ont toujours étés leurs proies favorites pour détruire la société civile !

  • Philippe30

    Même si le travail du dimanche est une fumisterie qui n’apportera rien en terme d’activité , ni de pouvoir d’achat , ni pour les étudiants qui mettent péril leur futur pour payer leur logement et leur nourriture.

    Le but du travail du dimanche est de désacralisé ce jour pour ne plus le payer double et rendre les salariés malléables à souhait.

    Philippe

  • Michele

    Moi je dis que c’est de l’hypocrisie, vous ne voulez pas du travail le dimanche, mais ça ne vous dérange pas d’aller là où les autres travaillent le dimanche.
    Je parle pour tous ceux qui vivent dans le sud près de l’Espagne ou de l’Andorre et qui s’empressent de passer la frontière pour y faire un tour et des achats parce que tout y est ouvert!!!!
    Moi je m’en fous, ça fait rentrer des thunes dans mon pays, mais ce ne serait pas mieux qu’ils dépensent leur fric chez eux et que nous on puisse aussi avoir un jour de congé hebdomadaire pour tous et en même temps ????

  • berenice

    Mais, si tout le monde travaille le dimanche, qui c’est qui ira dans les magasins ????????????