Europe : Euthanasie, manque de soins « Les plus pauvres peuvent crever ! »

Peut-on réellement croire que le bas de la pyramide soit aussi peu importante pour que certains puissent ainsi souhaiter la mort des plus pauvres? Cela ressemblerait à s’y méprendre à un « complot illuminati », un génocide programmé de longue date et rendu possible grâce au mépris des uns, et à l’insouciance des autres…

Pas ou plus les moyens de se soigner? Reste la mort… Dire que cela aurait pu n’être qu’une simple théorie conspirationniste, malheureusement, cela va bien au delà, c’est dans les discours de certains politiques, bien plus inquiétant donc…

Les pauvres, c’est sale, ça pue, ça coûte cher et ça peut se révolter  ! DÉBARRASSONS-NOUS EN !

Non, ce n’est pas la citation d’un aparachik nazi quelconque  que l’on aurait sorti des archives.

C’est ici et maintenant, c’est dans notre merveilleuse l’Europe !

————————————————————

 « l’euthanasie est une bonne solution aux problèmes, pour les couches faibles de la société, n’ayant pas les moyens de se payer les soins médicaux« .

Faut dire qu’elle a une bonne tête, cette ministresse. Une sorte de Boutin du Grand Nord. Et puis elle sait tergiverser.

Le ministre de la santé de la Lituanie Rimante Salaseviciute, qui a prêté serment en juillet de cette année a déclaré dans une interview à « radio informations » :

« l’euthanasie est une bonne solution aux problèmes, pour les couches faibles de la société, n’ayant pas les moyens de se payer les soins médicaux« .

Cette déclaration a été reprise le jeudi 14 août, par le journal lituanien en ligne 15min.Cettedéclaration scandaleuse a été faite lors du débat sur la légalisation de l’euthanasie en Lituanie qui, selon la ministre, n’est pas un État social avec une aide médicale gratuite et accessible à tous, et, pour elle, l’euthanasie peut devenir une solution pour les personnes qui « ne veulent pas déranger les membres de leur famille témoins de leurs propres souffrances ».

Il faut souligner que cette déclaration est le fait de la ministre d’un État-membre de l’union européenne, dont il faut rappeler qu’il verse des pensions aux anciens combattants des unités de supplétifs nazis, alors qu’il les a coupées aux combattants de l’armée rouge.

La Lituanieredevient donc adepte de la « solution finale » pour ses citoyens malades et pauvres. Il y a des filiations qui ont la vie dure !

En 2013, Rimante Salaseviciute reconnaissait que les services sociaux norvégiens n’avaient pas la même appréciation que leur équivalent lituaniens à propos de la protection des enfants. Elle pensait que si les services norvégiens inspectaient les familles où les enfants ne sont pas bien traités, ils les embarqueraient tous pour la Norvège.

On vit à la dure dans ce pays qui a pourtant beaucoup souffert….

Bernard Gensane

Je vous transmets ce commentaire  de l’article qui s’intitule :

En Grèce aussi:

«Je me suis souvent demandé pourquoi le gouvernement agissait ainsi : par incompétence, par souci réel d’économie ? soupire Giannis Vichas, cardiologue de 51 ans. Mais tous ces malades qui ne sont plus soignés, tous ces nouveaux risques de contagion ou d’épidémie faute de vaccins auront forcément un coût. Il n’y a donc qu’une seule explication, et elle est idéologique : les plus pauvres peuvent mourir.»

(le ministre de la santé) Georgiadis s’est fait connaître dans le passé comme éditeur de livres antisémites et ardent défenseur de la dictature.

http://www.liberation.fr/monde/2014/05/21/a-athenes-les-plus-pauvres-peuvent-mourir_1023635

http://solidaritefrancogrecque.wordpress.com/2014/03/28/grece-quand-le-gou%C2%ADver%C2%ADne%C2%ADment-regarde-les-malades-crever/

Par  Théo Tymen

———————————————————————-

 

 

 

10 commentaires