Volcan Bardarbunga : Où en est-on ?

Commençons par le plus soft : Pour la chaîne Météo  qui se veut rassurante quant à l’évolution actuelle ( – il ne faudrait pas créer de panique, n’est-ce pas ? – )  Cette question posée dans l’article est tout de même à prendre en considération : « Une bombe à retardement ? ». Vous noterez que la démonstration conclut que ces volcans islandais sont « moins dangereux que l’Etna ou le Vésuve ». Pourtant, nous avons eu la preuve en 2010 des conséquences possibles  pour l’Amérique du Nord et l’Europe lors de l’éruption de l’Eyjafjol…

CONCLUSION  : LE PIRE EST POSSIBLE MAIS PAS CERTAIN.

Volcan Bardarbunga : coulées de laves et nuages de fumée

Une nouvelle éruption du volcan Bardarbunga a commencé dans la nuit de samedi à dimanche, avec l’apparition d’une nouvelle fissure d’1 kilomètre de long entre le glacier du Dyngjujokull et la caldeira d’Askja, d’où s’échappe de la lave. Pour le moment, aucune cendre n’a encore été détectée en altitude mais les autorités de l’aviation civile surveillent de très près l’évolution de la situation.

De vendredi matin à dimanche soir, la situation du volcan a nécessité de relever le niveau de l’alerte au rouge, avec ainsi l’interdiction de survol de la zone du volcan en avion. L’alerte comportait alors une interdiction de tous les vols en dessous de 1800 mètres d’altitude dans un rayon de 18 kilomètres autour du volcan.  Cela n’a eu toutefois aucun impact sur l’aéroport de Reykjavik qui est resté ouvert durant le weekend. Actuellement, en raison de l’absence de cendre dans les rejets volcaniques, le niveau d’alerte a été rabaissé au orange.

Une bombe à retardement ?

Le Bardarbunga est un volcan sous-glaciaire (voir notre article) : on ne voit pas le cratère car l’activité volcanique est située sous une épaisse calotte glaciaire, de 150 à 400 m d’épaisseur. Mais de la fumée est détectée depuis samedi dernier. Le danger serait une éruption massive qui propulserait des panaches de cendres et de vapeur d’eau (liée à la fonte du glacier) dans l’atmosphère. Néanmoins, indiquons que les volcans d’Islande ne sont pas « explosifs » comme l’Etna ou le Vésuve en Italie, donc moins dangereux.

L’Europe menacée ?

Si un nuage de cendres se forme, les conditions météo joueraient alors un rôle primordial, comme ce fut le cas au printemps 2010 avec l’éruption de l’Eyjafjol (plus de 100 000 vols annulés et 6 jours de paralysie total du trafic aérien européen). En cas de nuage de cendres volcaniques, le trafic aérien ne serait pas impacté en raison d’un flux de sud-sud-ouest (voire notre vidéo sur la direction des vents actuels). Les cendres volcaniques sont, dans ce cas, rejetées vers le Groenland et non vers le reste de l’Europe. Au passage de la dépression fortement pluvieuse  » Cristobal », les vents s’orientent au sud. Ce vent de sud à sud-ouest se maintient toute la semaine , sous l’effet d’un puissant anticyclone qui gonfle sur le centre de l’Atlantique et qui rejette le courant perturbé vers le Groenland. Ces conditions météo ne devraient donc pas avoir d’influence sur le trafic aérien de la zone Nord Atlantique.

 

SOURCE DE L’ARTICLE : http://actualite.lachainemeteo.com/actualite-meteo/2014-09-01-12h58/volcan-bardarbunga—coulees-de-lave-et-nuage-de-fumee-26119.php

PLUS HARD !

01/09/2014…Islande: Éruption du Bardarbunga: «La situation est inédite», selon le volcanologue Alain Bernard

Bardarbunga eruption

La situation du volcan islandais Bardabunga a évolué ces derniers jours avec notamment l’ouverture d’une faille de près d’un kilomètre de long et l’entrée en éruption. 

« La fissure s’est ouverte en dehors du glacier. » précise Alain Bernard, volcanologue à l’ULB. « Cette ouverture va permettre à la lave de s’écouler d’autant que le magma du volcan est très fluide. 

Le risque d’une éruption explosive sous le glacier produisant un gigantesque nuage de cendres se réduit. Il faut cependant rester prudent puisque l’éruption du Eyjafjallajökull en 2010 avait commencé aussi innocemment. »

Les prochaines heures seront cruciales

« Cette éruption revêt un caractère particulier puisque le magma s’est déplacé en sous-sol sur une distance de 40km. C’est tout simplement la première fois depuis l’utilisation des instruments de mesure qu’une telle progression est observée. Cela dit, la direction prise est très inquiétante puisque le tunnel de magma fonce droit vers l’Askja, un autre volcan très actif dans la région. L’apport de chaleur pourrait suffire à provoquer une éruption explosive de grande ampleur comme en 1875. 

La progression a ralenti au cours des dernières heures. L’évolution de la situation peut aller soit vers une éruption effusive classique via la faille ou alors vers une prolongation du déplacement vers l’Askja. Ce qui serait plus problématique. »

Le spectre de 1875

Le volcan Askja est célèbre pour une éruption monumentale en 1875 dont les retombées atteignirent la Suède et la Norvège. De nombreux Islandais avaient dû fuir leur pays.

La situation aujourdhui


Après une limitation du trafic aérien au-dessus du volcan, le niveau d’alerte a été ramené à «orange» au bout de quelques heures…

L’Islande a élevé à «rouge» pendant plusieurs heures dimanche le niveau d’alerte près du volcan Bardarbunga après une nouvelle éruption dans un champ de lave adjacent, entraînant une limitation du trafic aérien au-dessus du volcan. Le niveau d’alerte a été ramené à «orange» au bout de quelques heures.

L’éruption s’est produite peu avant 6h (8h, heure française), dans la même zone qu’une précédente éruption survenue vendredi, a indiqué l’Institut météorologique islandais, chargé de la surveillance de l’activité volcanique. L’alerte rouge entraîne une interdiction de tous les vols en dessous de 1.800 mètres d’altitude dans un rayon de 18,5 kilomètres autour du volcan.

Troisième alerte rouge en une semaine


L’imposition de ce niveau maximal d’alerte n’a pas eu pour conséquence la fermeture d’aéroports islandais, car aucun ne se trouve à proximité immédiate du volcan. La décision de ramener le niveau d’alerte à «orange» a été prise après qu’il eut été constaté que la nouvelle éruption n’avait pas provoqué la diffusion de grandes quantités de cendres volcaniques dans l’atmosphère.

C’est la troisième fois en une semaine que l’Islande émet une alerte rouge en raison des activités sismiques près du Bardarbunga. Par ailleurs, la protection civile islandaise a indiqué dans un communiqué qu’une tempête de sable dans la région du Bardarbunga avait contraint les scientifiques surveillant le volcan à quitter la zone.

Le Bardarbunga, immense volcan culminant à environ 2.000 mètres et situé sous le plus grand glacier d’Islande, est entré en activité le 16 août, provoquant chaque jour des centaines de secousses. Plusieurs centaines de personnes ont depuis été évacuées de cette région peu peuplée, mais prisée des randonneurs, campeurs et chasseurs durant l’été. Une éventuelle éruption du Bardarbunga pourrait perturber le trafic aérien dans le nord de l’Europe et l’Atlantique-Nord, à l’instar du volcan Eyjafjallajökull en 2010.

ARTICLE ORIGINAL sur Naturealerte.blogspot.fr via les Brindherbes

 

 

14 commentaires