Gaza: Hollande annonce à Abbas le versement de huit millions d’euros d’aide ….

Dans ce conflit qui dure depuis des décennies, il faudra être sur que cet argent, dont beaucoup de français auraient plus que besoin (et qui manque parait il, d’où les sacrifices qui nous sont demandés ), ira bien à la population meurtrie de cette prison à ciel ouvert qu’est Gaza. A l’heure où nos compatriotes sont saignés à blanc par le fisc, où les chômeurs sont virés de Pôle Emploi (qui porte bien mal son nom), où beaucoup se débattent pour obtenir le droit élémentaire à pouvoir se nourrir, où les tracasseries administratives n’en finissent plus, où on nous dit et redit qu’il n’y a plus d’argent, qu’il faut se serrer un peu plus la ceinture, où des PME/PMI mettent les clefs sous la porte, faute d’aides pour sortir de l’ornière etc….. Aider OUI mille fois OUI, mais une fois payés les intérêts de la dette pharaonique de notre pays, d’où vient l’argent ?  Attention! nous ne refusons pas l’aide à Gaza, nous voulons juste savoir, si cet argent (que nous n’avons pas) va bien aller à la population. Cet article prend prétexte de cette aide à Gaza, ça aurait pu être ailleurs, pour mettre en lumière l’utilisation qui est faite de l’argent public. Notre générosité et notre solidarité ne doivent pas être remise en cause, mais pourquoi ne demanderait on pas aux destructeurs de ce pays, de mettre la main à la poche? Il y a bien les pollueurs/payeurs (soi-disant payeurs) Vos avis sont comme toujours les bienvenus….

Img/France-bleue-Bourgogne

Le Président français a téléphoné à son homologue palestinien…

François Hollande a annoncé ce lundi à son homologue palestinien Mahmoud Abbas, lors d’un entretien téléphonique, le versement par la France d’une première tranche d’aide budgétaire de huit millions d’euros en faveur de la population de Gaza, en proie à un conflit sanglant.

«Il l’a informé que la France allait procéder au versement d’une première tranche d’aide budgétaire de 8 millions d’euros à l’Autorité palestinienne», a déclaré la présidence française dans un communiqué.

Appel au cessez-le-feu

Cette somme «s’ajoutera à l’aide humanitaire exceptionnelle de trois  millions d’euros déjà débloquée pour la population de Gaza», a précisé la présidence française.

Le président français avait annoncé le déblocage par la France de ces onze millions d’euros d’aide humanitaire à Gaza, recevant jeudi des ONG à l’Elysée.

François Hollande a également «réitéré la pleine mobilisation de la France en faveur d’un cessez-le-feu» à Gaza «dans le prolongement de la réunion internationale qui s’est tenue samedi à Paris».

«Alors que la situation sécuritaire et humanitaire observée à Gaza appelle la mobilisation de toute la communauté internationale», selon l’Elysée, le président français a insisté «auprès de M. Abbas (sur) la nécessité de soutenir les démarches entamées pour obtenir une trêve durable».

«Trêve durable»

Pour l’Elysée, il s’agit de répondre «aux besoins légitimes des Palestiniens en matière de développement économique et de protection des civils comme des Israéliens en matière de sécurité».

Le président a également «souligné la nécessité d’associer pleinement l’Autorité palestinienne aux efforts menés en ce sens sur la base de l’initiative égyptienne».

Selon François Hollande, «seules des négociations crédibles entre Israéliens et Palestiniens pourraient permettre la signature d’un règlement juste et définitif, établissant deux Etats vivant côte à côte dans la paix et la sécurité».

Depuis le début du conflit, le 8 juillet, et selon un bilan des secours locaux, quelque 1.050 Palestiniens sont morts. Israël a perdu de son côté 43 soldats, le bilan le plus lourd depuis la guerre contre le Hezbollah libanais de 2006. Au moins sept civils ont également été tués par des tirs de roquettes ou d’obus de mortier.

Source 20Minutes

Les aides de l’état en 2013

 SOURCE

Suivez l’aide au développement au Mali sur le site transparence.ambafrance-ml.org

La France en route vers le Tiers-Monde ? (intéressant article de Mars 2013)

Vrais chiffres chômage juin 2014, 23700 chômeurs de plus malgré 303500 radiations ce mois

« Les très mauvais chiffres du chômage français… »

L’argent des partis politiques Révélations sur les pratiques occultes (ou légales) des élus. Marchés publics truqués, dessous de table, rétro-commissions… Le renforcement de l’arsenal juridique n’a pas mis fin aux pratiques illicites des partis, bien au contraire ! (Mai 2014)

les dépenses de l’Etat qui nuisent à la France

Les épargnants sont les prochaines victimes (Edito Marc FIORENTINO 10/10/2013)

 

 

9 commentaires

  • fabemma

    La France figure parmi les principaux contributeurs à l’aide destinée aux Territoires palestiniens. Elle y a consacré 43 M€ en 2013 (350 M€ sur la période 2008-2013), répartis de la manière suivante :
    a) Une aide budgétaire directe de 19 M€ en 2013 (125 M€ sur la période 2008-2013) qui contribue au paiement des salaires des fonctionnaires, notamment dans les secteurs de l’éducation et de la santé en Cisjordanie et à Gaza ;
    b) Une coopération mise en œuvre par l’Agence française de développement (AFD) de 13 M€ en 2013 (117 M€ sur la période 2008-2013), concentrée dans trois secteurs principaux : eau et assainissement, développement local et municipal (soutien au programme multi-bailleurs de financement des municipalités, station de traitement des déchets solides à Gaza notamment), secteur privé (zone industrielle de Bethléem, soutien au secteur privé – reconquête du marché intérieur et ouverture à l’export).
    c) Une action portée par le SCAC, d’un montant de 2,3 M€ en 2013, autour de quatre axes sectoriels :
    culture et médias : réseau dense organisé autour de l’Institut Français de Jérusalem, qui dispose de 5 antennes : Jérusalem Est (Chateaubriand), Jérusalem Ouest (Romain Gary), Gaza (la France est la seule présente à Gaza, où la construction d’un nouveau centre culturel est en cours), Naplouse et Ramallah (Centre culturel franco-allemand), auxquelles on peut ajouter les structures associatives de Bethléem (Alliance française) et d’Hébron (Association d’échanges culturels Hébron-France) ; lancement du Fonds de solidarité prioritaire (FSP) « Préservation et valorisation du patrimoine » en novembre 2010, dont l’un des principaux projets est la création d’un musée d’histoire de la région de Bethléem ; un accord de coproduction cinématographique entre le Centre national du cinéma (CNC) et le ministère palestinien de la Culture a été signé en septembre 2013.
    enseignement du français : clôture fin 2012 du FSP « Appui à l’enseignement de la langue française dans les TP » (700.000€) qui a permis de réaliser trois actions principales : introduction du français dans les écoles publiques, formation des enseignants, développement du français dans les universités ; présence d’un département de français au sein des universités de Birzeit, An-Najjah à Naplouse et Al-Aqsa à Gaza ; enseignement du français en mineure dans les universités d’al-Azhar (Gaza), al Quds (Jérusalem/Abu Dis), Bethléem, Hébron (ouverture prochaine d’une double majeure français-anglais).
    coopération universitaire et institutionnelle : important dispositif de bourses (environ 50) à l’attention des étudiants palestiniens, cofinancé en partie grâce à des partenariats avec des collectivités locales françaises et des universités palestiniennes et qui répond à la priorité de formation des élites du futur Etat palestinien ; soutien à la recherche scientifique (démarrage des activités de l’Institut Français du Proche-Orient en 2010) ; FSP consacré à l’appui à la réforme des institutions de l’AP (800.000 €) et centré notamment sur la création d’une école nationale d’administration palestinienne.
    coopération humanitaire et sociale : droits de l’Homme ; protection de l’enfance, jeunesse et sport ; appui à la coopération décentralisée. Dans le cadre du « Fonds social de développement » (FSD) (500 000 euros ont été engagés pour le nouvel FSD qui a débuté en 2013), plusieurs projets sont axés exclusivement sur les zones prioritaires : la zone C, Jérusalem Est, Gaza, et les camps de réfugiés.
    d) Une aide humanitaire et aux réfugiés de 8,5 M€ en 2013 (environ 49 M€ sur la période 2008-2013).
    La France et l’Autorité palestinienne accordent par ailleurs une attention particulière au développement de leurs relations économiques. Le projet de Zone Industrielle de Bethléem est emblématique de la volonté des autorités françaises et palestiniennes d’appuyer le secteur privé. Il s’agit à ce jour du seul projet de ZI dans les Territoires palestiniens à connaître des avancées concrètes. Il existe en outre entre la France et l’AP un protocole de don (« French Grant ») financé par le ministère des Finances (10 M€), visant à soutenir l’acquisition, par des PME palestiniennes, de matériel industriel français, ainsi qu’un projet de création d’un institut de finances publiques.
    La coopération décentralisée est par ailleurs en pleine expansion (volume d’aide estimé à 1,5 M€ en 2012) : on dénombre environ une centaine d’accords entre collectivités locales. A cet égard, le Forum des collectivités locales européennes pour la Palestine « Dunkerque +10 » s’est tenu les 28 et 29 novembre 2013 à Dunkerque.

    Mise à jour : 03.03.14
    http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/israel-territoires-palestiniens/la-france-et-les-territoires/

  • ConscienceU12 ConscienceU12

    De l’argent foutu par les fenêtres oui http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif, … puisque de l’autre coté il continue à soutenir Israël dans son droit à la guerre contre le Hamas http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif; …c’est à croire que c’est juste pour se donner bonne conscience quoi ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif

  • confucius

    Bonjour,

    D’autant plus que de toutes façons, si Gaza veut acheter quoique ce soit, c’est Israël qui décide si la marchandise peut être livrée.
    Hé oui ! Gaza est devenue une enclave d’Israël.
    Donc cette aide est sous condition d’acceptation par Israël de la traversée de « son » territoire.
    Certes, si ces marchandises sont des productions israéliennes, les chances de livraison augmenteraient-elles ?
    Bref, notre aide aux palestiniens serait-elle une aide indirecte à l’économie israélienne ?

  • Pierre L

    Nous lisons : « Aider OUI mille fois OUI, mais une fois payés les intérêts de la dette pharaonique de notre pays, d’où vient l’argent ? »

    D’où vient l’argent ? Comme la logique constitutionnelle impose en principe de consulter les représentants du peuple, Hollande va sûrement le sortir de sa poche. Ne serait-ce pas un détournement des fonds publics autrement ?

    • voltigeur voltigeur

      La question constitutionnelle est « Y a t-il
      encore un peuple à consulter en France »??
      Il va encore emprunter pour tenir sa promesse,
      ça on peut en être surs.
      Comme pour toutes les dépenses, c’est l’argent du peuple qui
      est utilisé et s’il n’y en a pas, on emprunte, les abrutis paieront
      puisqu’ils ne sont bons qu’à ça.. :( ♥♥

      • kalon kalon

        Depuis le temps que l’on sait que ce système d' »aide » aux pays en difficulté, tout comme les financements des campagnes électorales n’est qu’une méthode comme une autre de « noircir » de l’argent officiel, je me demande si cela vaut encore la peine d’en parler ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif

  • probe

    C est comme pour la libération d otages français en Afrique, on fait comme si la négociation du paiement d une rançon était un secret de polichinelle, alors que c est un moyen légal de financer le terrorisme.

  • KOLERE

    Ma crainte: dés que la « masse » française sera informée de cette aide, ce sera le feu aux poudres dans notre hexagone.