L’UE a commencé à subventionner le gaz de schiste

1345724330_Recherche-de-Gaz-de-Schiste-yy-Ferrare_grandSource de l’image: Legazdeschiste.fr

Un fonds de recherche européen propose une aide de 113 millions d’euros aux entreprises qui exploitent le gaz de schiste dans le cadre du programme Horizon 2020. Le programme a en théorie vocation à encourager le développement d’énergies à faible émission de carbone.

Le programme Horizon 2020, qui court de 2014 à 2020, prévoit d’investir 80 milliards dans des technologies innovantes en Europe. Or ces fonds dédiés à l’innovation pourraient bénéficier au gaz de schiste. Le recours à des technologies innovantes pour évaluer les risques de l’exploitation du gaz de schiste ainsi que le modélisations de l’exploitation pourront en effet être concernés.

Ces financements pourraient aider des compagnies gazières, qui auraient autrement été contraintes de financer elles-mêmes ces études. Des critiques s’élèvent contre ces allocations de fonds qui entrent directement en contradiction avec les politiques européennes en matière de décarbonisation.

De l’argent public mal orienté

« La Commission a déclaré vouloir garantir une haute protection environnementale, et affirme qu’elle prend la lutte contre le changement climatique très au sérieux. Mais en même temps son fonds de recherche finance des études destinées à l’industrie d’exploitation du gaz de schiste.

Ce conflit d’intérêts ne peut être ignoré », a indiqué à EurActiv Antoine Simon, le porte-parole des Amis de la Terre.

 

« C’est particulièrement cynique puisque [ce financement] distribue de l’argent public à une industrie qui est entre les mains de quelques-unes des plus riches sociétés au monde, alors qu’il y a des priorités bien plus importantes en matière d’efficience énergétique et d’énergie renouvelable », a-t-il poursuivi.

33 millions d’euros pour 2014

La DG recherche et innovation ne dévoilera pas quels sont les groupes qui ont obtenu les fonds en question, mais a indiqué que 33 millions d’euros ont déjà été engagés pour financer ces études sur 2014

« Sur les 23 candidatures éligibles, sept ont été conviées à soumettre un projet final avant la date butoir du 23 septembre », a indiqué un fonctionnaire de la Commission à EurActiv. « Nous ne pouvons pas dire pour l’instant combien de projets seront retenus à la fin, ni non plus qui demande une aide financière puisqu’il s’agit d’un appel d’offres concurrentiel », a ajouté le fonctionnaire.

Même si la Commission aimerait limiter chaque attribution à un maximum de 3 millions d’euros, elle se dit encline à verser des sommes plus importantes, a poursuivi la même source.

Une décision rajoutée in extremis par le Conseil européen de décembre dernier permet au fonds chapeauté par le programme Horizon 2020 de contribuer à l’exploitation et à la production de gaz et de pétrole non conventionnels le cas échéant. L’appel d’offres a été publié quelques jours plus tard.

Une source d’énergie propre ?

Le gaz de schiste émettrait peu de carbone selon le programme et « pourrait contribuer à la transition [énergétique] vers une économie à faible émission en carbone étant donné que ses rejets de gaz carbonique dans l’air sont suffisamment faibles », explique un autre fonctionnaire européen. À ses yeux, ce nouveau fonds pourrait contribuer à opérer la transition énergétique de l’UE.

Un rapport britannique déposé l’année dernière par le conseiller scientifique en chef auprès du gouvernement, David MacKay, arrive à la conclusion que les émissions générées par l’exploitation du gaz de schiste étaient similaires à celles du gaz naturel liquéfié (GNL) importé du Qatar.

Selon le rapport, « le principal effet qu’aurait la production et la consommation de gaz de schiste britannique serait le remplacement du GNL importé, ou possiblement de tout gaz importé de l’extérieur de l’Europe. Les conséquences sur les taux d’émissions [en gaz à effet de serre] seraient alors certainement limitées ».

Source et fin de l’article sur Euractiv.fr

 

10 commentaires

  • Berrurier

    Et si nous mangions tous des haricots? Nous produirions aussi du gaz, qui certes serait pas très agréable, mais au moins moins polluant que le gaz de schiste. Parfois, si on ne veut pas devenir totalement dingue, il vaut mieux prendre les informations avec humour….

  • Confiture de Fmurr Confiture de Fmurr

    Le principe de précaution menacé

    Le « principe de précaution » protège les espaces, ressources et milieux naturels, les sites et paysages, la qualité de l’air, les espèces animales et végétales, la diversité et les équilibres biologiques qui font partie du patrimoine commun de la nation et constituent notre cadre et notre milieu de vie.

    Or, le Sénat a adopté, le 27 mai 2014, par 290 voix contre 44, la proposition de loi constitutionnelle présentée par M. Jean BIZET visant à préciser la portée du principe de précaution et modifier les articles 5, 7 et 8 de la Charte de l’environnement (LOI constitutionnelle n° 2005-205 du 1er mars 2005).

    http://www.senat.fr/petite-loi-ameli/2013-2014/548.html

    Or, le principe de précaution permet de réagir rapidement face à un possible danger pour la santé humaine, animale ou végétale, ou pour la protection de l’environnement (Communication de la Commission européenne du 2 février 2000).

    Comme l’écrit Maître Arnaud Gossement « la principale modification apportée à cette proposition de loi constitutionnelle concerne le principe de participation du public inscrit à l’article 7 de la Charte de l’environnement réécrit dans les termes suivants : « L’information du public et l’élaboration des décisions publiques s’appuient sur la diffusion des résultats de la recherche et le recours à une expertise scientifique indépendante et pluridisciplinaire, conduite dans les conditions définies par la loi » consacrant ainsi la suprématie des données de la science sur celle des lanceurs d’alerte.

    Principe de « responsabilité » face aux nuisances et risques potentiels, le « principe de précaution » est considéré par ses détracteurs comme un frein à l’innovation alors qu’il constitue un pilier essentiel du développement durable. L »application adaptée du principe de précaution » évoque, à n’en pas douter, « les nouvelles technologies (techniques alternatives à venir) – telles que rappelées dans la loi du 13 juillet 2011- sur l’évolution des techniques d’exploration et d’exploitation et la connaissance du sous-sol (français, européen et international) en matière d’hydrocarbures liquides ou gazeux (gaz et pétrole de schiste) et les conditions de mise en œuvre d’expérimentations réalisées à seules fins de recherche scientifique sous contrôle public », auxquelles nous nous opposons.

    Site : http://verte-influence.e-monsite.com/
    >

  • Thierry92 Thierry92

    Ils se foutent de la gueule des gens.
     » Le gaz de schiste émettrait peu de carbone selon le programme et « pourrait contribuer à la transition [énergétique] vers une économie à faible émission en carbone étant donné que ses rejets de gaz carbonique dans l’air sont suffisamment faibles », explique un autre fonctionnaire européen. À ses yeux, ce nouveau fonds pourrait contribuer à opérer la transition énergétique de l’UE.  »

    CH4 = méthane. gaz de schiste égal Méthane donc CH4. Cours de chimie de troisieme à mon époque seconde maintenant je pense

    Donc d’un coté vous avez un méchant gaz appelé méthane qui fait plein de vilénies.
    De l’autre coté vous avez un gentil gaz appelé méthane qui ne vous veut que du bien.

    Il faut arrêter de dire des conneries.

    • kalon kalon

      A mon avis, on ne produira jamais de gaz de schiste en France, trop couteux !
      Mais bon, les subsides, les frais électoraux, les aides au développement..etc. ne sont que des moyens de dépenser l’argent qu’on nous vole.
      Le vrai but de cela est de nous empêcher de nous enrichir car rendre docile une population riche, c’est impossible.
      Gérer des pauvres qui ont besoin des aides de l’état est nettement plus facile !

      • Thierry92 Thierry92

        Je ne peut qu’être de ton avis sur ce sujet . Mais quand je lis que du méthane venant du gaz de schiste est moins polluant que du méthane venant d’une autre source , j’ai la bizarre impression d’être pris pour un con. je ne mange pas du fluor en tablette saupoudré d’aluminium.