« L’Ukraine utilise des armes interdites et tue des enfants »

Un haut responsable du ministère russe des Affaires étrangères a accusé jeudi les forces ukrainiennes de recourir à des armes « interdites » dans l’est du pays, après que des médias publics russes ont affirmé que des bombes incendiaires avaient été utilisées. La Russie a d’ailleurs demandé une enquête urgente sur ces informations, selon les déclarations du ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, qui déplore « l’absence d’un quelconque progrès » dans la désescalade. La Garde nationale ukrainienne a aussitôt démenti ces accusations, qualifiées d' »absurdes » dans un communiqué.

« Les forces ukrainiennes et les néonazis utilisent des armes interdites contre les habitants de Slaviansk, tirent sur les civils en fuite, tuent des enfants », a écrit Konstantin Dolgov, le délégué aux droits de l’Homme du ministère russe des Affaires étrangères sur Twitter. « Kiev multiplie les crimes humanitaires contre la population civile du Sud-Est, il doit y avoir des enquêtes et les coupables doivent être punis », a-t-il ajouté.

L’agence publique Ria Novosti, citant les insurgés prorusses de l’Est de l’Ukraine, a affirmé que les forces ukrainiennes avaient utilisé des bombes incendiaires dans le village de Semenovka près de la ville de Slaviansk, un bastion prorusse.

La Russie n’a cessé ces dernières semaines d’accuser les forces ukrainiennes de recourir à des moyens disproportionnés dans leur opération armée contre l’insurrection dans l’est du pays.

« Les informations sur l’emploi par les forces ukrainiennes de bombes incendiaires et d’autres types d’armes non sélectives suscitent une inquiétude particulière. Ces informations nécessitent une vérification urgente », a déclaré M. Lavrov, cité par Itar-Tass.

La Russie constate l’absence d’un « quelconque progrès » dans les efforts promis par le pouvoir ukrainien pour une désescalade sur le terrain, a en outre déploré le ministre russe des Affaires étrangères, indiquant que la Russie allait déposer un projet de résolution au Conseil de sécurité de l’ONU.

Source: 7sur7.be

 

3 commentaires