Près de 50’000 logements saisis par les banques en Espagne en 2013

Certes, c’est beaucoup moins que le nombre de maisons saisies aux États-Unis avec le Foreclosure gate, « seulement » 50 000, mais l’arnaque reste là, et les banques ont bien compris la technique étasunienne dans le domaine. Avec la crise, les banques peuvent donc se servir à tous les râteliers, tant qu’il y a de l’argent à se faire, quelle que soit l’origine: BCE, gouvernements, citoyens, etc… Mais restons positifs, disons que c’est pour mieux relancer le marché de l’emploi, puisque suivant un rapport américain (bien évidemment), être propriétaire serait mauvais pour l’emploi!

Selon les chiffres de la Banque d’Espagne publiés lundi, 49’694 logements ont été saisis en 2013, dont près de 80% étaient la résidence principale de leurs habitants.

Les banques espagnoles ont saisi près de 50’000 logements en 2013, 11,1% de plus qu’en 2012, les propriétaires surendettés ayant dû être expulsés ou donner leurs clés pour solder leur ardoise, selon les chiffres publiés lundi par la Banque d’Espagne.

Dans ce pays frappé doublement en 2008 par la crise financière et l’éclatement de sa bulle immobilière, la banque centrale a commencé l’an dernier à publier des statistiques sur les saisies de logements, en se fondant d’abord sur une enquête auprès des banques, avant de les obliger à lui remettre ces données de manière régulière.

Article complet: Rts.ch

Un commentaire

  • En Espagne, la loi sur les hypothèques est l’une des plus drastiques et obsolètes – elle date de 1909 – d’Europe. En Espagne, toute personne se retrouvant en défaut de rembourser son crédit immobilier, perd non seulement sa maison mais est condamnée à rembourser le reste du prêt concédé par la banque, prêt qui ne fait qu’augmenter avec les taux d’intérêt variables et les pénalités pour retard de paiement.
    http://www.bastamag.net/Comment-les-Espagnols-meurent-a