Manoeuvres russes en réponse à l’offensive ukrainienne

Les choses se confirment et s’enveniment dans cette histoire, et les risques que cela finissent en conflit important sont de plus en plus présents. Même en suivant de manière assidue l’actualité, faire un résumé des événements et relayer l’ensemble des informations sur le sujet est difficile, surtout que le nombre d’articles est actuellement important. Voici quand même une information majeure dans le suivit des événements, et également quelques liens vers des articles intéressants:

Russia_wants_War-550x400_cPetite image trouvée sur le site reseauinternational.net

L’armée russe a lancé de nouvelles manoeuvres à la frontière avec l’Ukraine en réponse à l’opération militaire lancée par les autorités de Kiev contre les séparatistes pro-russes dans l’est du pays, a annoncé jeudi le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou.

« Nous sommes contraints de réagir à un tel développement de la situation », a déclaré M. Choïgou, cité par les agences russes.

« Des exercices des unités des districts militaires du Sud et de l’Ouest ont débuté. L’aviation effectue des vols (…) près de la frontière », a-t-il précisé.


Le ministre a exprimé sa « grande préoccupation » quant à l’assaut meurtrier lancé par les troupes ukrainiennes contre les séparatistes à Slaviansk, bastion des insurgés pro-russes dans l’Est, qui a fait « jusqu’à cinq morts » dans les rangs des insurgés selon Kiev, et un soldat ukrainien blessé.

« Le rapport de force est clairement inégal »
« Le feu vert donné à l’utilisation d’armes contre les civils de son propre pays a déjà été donné. Si on n’arrête pas cette machine militaire aujourd’hui, cela mènera à un grand nombre de morts et de blessés », a dit M. Choïgou.

Il a affirmé que plus de 11.000 soldats ukrainiens avaient été envoyés pour l’opération contre les séparatistes, qui seraient eux un peu plus de 2.000, selon lui. « Le rapport de force est clairement inégal », a-t-il jugé.

Un peu plus tôt, le président russe Vladimir Poutine avait déclaré que l’opération de Kiev dans l’Est était un « crime grave » et que cela aurait « des conséquences ». Il n’avait toutefois pas précisé leur nature.

Source: 7sur7.be

 

3 commentaires

  • Maverick Maverick

    Nos chères journalopes ont « analysé » les propos de Poutine comme étant la même rhétorique que celle qui avait précédé l’intervention en Ossétie du Sud; ce qui ne veut rien dire.
    Poutine a tout intérêt à rouler des mécaniques pour attirer l’OTAN dans le bourbier ukrainien qu’elle a créé, mais surtout pas d’intervention. Une fois que la population ukrainienne commencera à percevoir l’OTAN comme une armée d’occupation au service du FMI, ça va devenir intéressant :-P

    • Lilith Lilith

      surtout que les plans d’assainissement/ redressement financier sont prèts!!, d’autre pays tel que la Slovenie, la Hongrie et la Tchekie qui connaissent de grosse difficulté auront également droit au plan de cure d’auterité.