Hongrie : Pécs, 120.000 habitants, se chauffe à la paille…

Donc!! si une filiale de Véolia et EDF a agi en Hongrie, ils peuvent le faire en France non? Bonne alternative au nucléaire…reste à savoir, combien de tonne de paille il faut…..

 

Pécs (Hongrie) – A Pécs, 120.000 habitants au sud de la Hongrie, toute l’électricité et le chauffage sont produits par une centrale fonctionnant au bois et à la paille, un exemple d’une ampleur unique en Europe.

La ville, distinguée par le label de capitale culturelle européenne en 2011, profite d’une énergie à moindre coût et d’une pollution réduite.

Sa centrale thermique, la plus grande d’Europe dans son genre, est gérée par le groupe Dalkia, filiale spécialisée dans les services énergétiques des français Veolia et EDF. Après 80 millions d’euros de travaux réalisés entre fin 2010 et l’été 2013, elle a remplacé un équipement construit à l’époque communiste, et qui était déjà novateur en son temps.

La centrale avait déjà pour combustible 50% de bois et 50% de gaz. Le projet consistait à remplacer intégralement la consommation de gaz par de la paille, explique Renaud Capris, le directeur général de Dalkia Energia.

Le bénéfice est d’abord environnemental. Selon l’opérateur, cette consommation de paille permet l’économie de 150.000 tonnes d’émission de CO2. Sur un plan économique, le coût de production n’est dorénavant plus dépendant des fluctuations du prix du gaz, voire d’interruptions de fourniture.

L’usine de Pécs est une centrale de cogénération, c’est-à-dire qu’elle produit à la fois de l’électricité et du chauffage à partir d’un combustible unique, en l’occurrence la biomasse. Elle se présente sous l’aspect d’un gigantesque bâtiment de briques noirci, avec une rangée de cheminées. Au lieu de l’odeur habituelle de gaz, c’est l’odeur de la paille qui prédomine autour du bâtiment. Il n’y a pas de rejet de poussières polluantes.

La centrale utilise 400.000 tonnes de copeaux de bois et quelques 200.000 tonnes de paille par an. La vapeur issue de la combustion de la paille, qui a déjà servi pour produire l’électricité, est réutilisée pour chauffer la ville de Pécs, explique Ferenc Marton, le directeur de la communication de l’usine..

[…]

Lire l’article

Source Romandie News avec ©AFP

8 commentaires

  • razec

    Il n’y a pas de solution à la surconsommation.
    Et pour la paille rappelez-vous de la pénurie de 2011, ce n’est pas si loin!
    Et si EDF coupe les forêts de France pour vendre le courant à l’étranger (ce qu’elle fait), vous trouverez ça bien?
    Il n’y a qu’une solution et ce n’est pas les industriels qui nous la proposera.

  • Clocel Clocel

    Nul!

    Dans le cadre d’une agriculture durable, nous ne devons prélever que ce qui nous est strictement nécessaire et laisser à la nature le reste.
    – Que vont manger les vers de terre si on prélève tout?
    Ils sont à la base du complexe argilo-humique, base de la fertilité naturelle des sols qui dispense de l’usage d’engrais qui rendent les plantes malades donc dépendantes de l’industrie des « cides ». Les mêmes crapules en réalité.

    Posez- vous les bonnes questions:
    – Où les sols sont-ils le plus productifs?
    En forêt, là où l’homme et ses machines ne vont jamais.

    Les sels minéraux contenus dans la paille doivent également rester sur place, éventuellement, une année sur quatre, elle peut être brûlée sur pied après récolte pour redonner au sol un bon niveau naturel de potasse. On aura également pris soin d’intercaler une autre espèce pourvoyeuse d’azote, type trèfle, luzerne.

    La paille est un matériau de construction, d’isolation fabuleux, durable, sain, facile à mettre en œuvre. Une bande de potes fabrique une maison terre/paille en quelques semaines, sans engraisser ces gros salopards de banquier.
    Mais bon, on peut préféré avoir un travail aliénant et remboursé pendant 25 ans et élever ses enfants dans un lieu de vie pollué par les COV et autres merdes dont l’industrie a le secret.

    Les solutions sont si simples, qu’il est vraiment criminel de ne pas les mettre en œuvre.

    Quand aux farceurs qui prétendent que l’agriculture raisonnée ne peut pas nourrir la planète, il conviendrait d’aller voir de plus près leur patrimoine et son origine, nous aurions alors la source de leurs arguments mortifères.

    • voltigeur voltigeur

      C’est vrai ce que tu dis, mais plutôt que de gaspiller.. il
      s’agit de faire dans le raisonné, pas dans l’outrance..et je ne sais pas
      si chauffer 65 millions de français avec de la paille serait rentable, car s’il faut
      planter des hectares pour avoir de la matière première, au niveau bio-diversité ça ne
      va pas être top.
      En Hongrie ils ne sont que 120.000 à bénéficier de cette option.
      Quand à l’inexistence de la rotation des cultures pour la majorité,
      c’est la raison de cette surconsommation d’intrants,
      en plantant la même espèces d’une années sur l’autre, l’appauvrissement des
      sols n’est que le résultât de la mauvaise gestion, qui privilégie le tonnage
      au détriment de la terre. On ne la laisse plus respirer, on la défonce de longue,
      alors qu’il faudrait lui laisser le temps de se reposer..♥♥

      • Clocel Clocel

        Commençons par concevoir des habitats bioclimatiques qui maintiennent naturellement une température de l’ordre de 14° en toutes saisons. Le terre/paille est une solution possible.
        Conquérir les 6° nécessaires au confort ne devrait alors poser aucun problème insurmontable.

        Ce n’est pas de repos que la terre a besoin, c’est d’amour.
        Pour une graine confiée, elle nous en rend 10, 100, et nous, ignorant salopards ou criminels profiteurs, on la souille, on la nie, on la détruit.

      • voltigeur voltigeur

        Je ne peux qu’être d’accord et adhérer à ta colère ♥♥
        http://lesmoutonsenrages.fr/forum/viewtopic.php?f=43&t=7630

      • Itsmie

        Tu as raison à 100% Closel!!

        Et N’OUBLIONS JAMAIS QUE chaque bouffée d’air, chaque goutte d’eau, chaque bouchée de nourriture que nous absorbons, c’est LA PLANÈTE TERRE qui nous les offre…
        Pour la plupart, nous ne sommes ni capables de nous en rendre compte, ni capables de la respecter et de la remercier pour ces cadeaux de chaque instant…

        Quelle tristesse…

  • Oui d’accord avec Clocel, sans compter que cette paille il faut bien l’emmener à l’usine d’une manière ou d’une autre et certainement dans des chars à boeufs. En outre l’usine requiert de l’entretien, des lubrifiants, des pièces détachées et ça m’étonnerait que tout ça se fasse localement. Donc encore, malheureusement, une fausse solution. En outre, « Il n’y a pas de rejet de poussières polluantes. » je n’y crois pas un seul instant. La combustion du bois produit plus de particules fines que la production des fossiles, je ne vois pas pourquoi celle de la paille échapperait à la règle. Pollution-Energie-Population, voilà nos trois véritables problèmes. Le 1er augmente, le 2ème diminue, et le 3ème augmente. C’est une équation impossible à résoudre!