Manifestation européenne contre les delphinariums

Je reconnais, c’est une petite manifestation, à peine 200 personnes ont défilé, mais leur combat est justifié et les population ne sont que trop peu informées de la réalité des parc aquatiques et des delphinariums. Ces animaux, d’une intelligence exceptionnelle ne sont pas fait pour vivre en captivité, et quelles que soient les conditions de détention, les dauphins finissent par mourir de leur condition. Pire, et là encore, peu le savent vraiment, l’origine de ces dauphins. Pour ceux qui ne l’ont pas vu, à voir absolument, le documentaire « The cove: la baie de la honte ». Il s’agit d’une baie au Japon dans laquelle les dauphins sont réunis et massacrés, les survivants qui en réchappent après avoir nagé dans une mer de sang, sont capturés et vendus aux parcs aquatiques.

© reuters.

Plus de deux cents personnes, selon l’estimation de la police de Bruxelles-Midi, ont manifesté vendredi de 15 à 18 heures place Victor Horta à Saint-Gilles, près du SPF Santé Publique, pour réclamer l’interdiction totale d’exhiber en spectacle des cétacés dans l’ensemble de l’Union Européenne.

« Liberté pour les dauphins! » « La captivité, c’est la cruauté! » Pendant ces quelques heures, les manifestants et leurs dauphins gonflables ont tourné en rond sur la place, avec des pancartes demandant, dans différentes langues, le respect des conditions de vie animales.

La Directive 1999/22/CE du Conseil de l’Europe impose d’assurer aux animaux captifs des conditions de vie proches de celles qu’ils connaissent en milieu naturel. Estimant cette règle impossible à appliquer pour les cétacés, les manifestants demandent à l’Union européenne une interdiction des delphinariums, à l’instar de nombreux pays comme la Slovénie, la Croatie ou encore le Brésil.

Ric O’Barry, ancien dresseur des dauphins Flipper et acteur du documentaire « The Cove », a rappelé, lors de l’entretien avec Eric Van Tilburg, chef du service Bien-être animal au SPF Santé publique, que le milieu nu des bassins était une maltraitance. « Ces animaux plongent à 500 mètres et parcourent 120 km par jour », renchérit Yvon Godefroird, organisateur de l’événement. « Au delphinarium de Bruges, les six dauphins ont 5 m de fond. »

Les militants ont relevé les comportements inquiétants de l’orque Morgan détenue en Espagne et ont dénoncé les massacres de Taiji, en septembre, qui alimentent les delphinariums.

Source: 7sur7.be

Quand au documentaire The cove, par souci de légalité je ne peux le proposer sur le blog même s’il est disponible en intégralité sur youtube, mais la bande annonce vous donnera peut-être un aperçu suffisant pour que vous finissiez par le regarder.

5 commentaires

  • karbonn

    Monstrueux. Je ne connaissais pas ce documentaire.

    Entre les dauphins, les baleines, les requins, il n’y a plus qu’à esperer qu’un séisme règle le problème une bonne fois pour toute (réaction sur le vif après avoir vu ce documentaire).

  • Fenrir

    Si nous pensons à ce que certains individus font subir à d’autres, alors vous pensez bien que les dauphins, au même titre que les orques, les otaries, les poulets de batteries, les porcs hors sols,……………………
    Ils s’en contrefoutent.
    Pognon, oseille, flouze, tune,…..
    Voilà l’important.
    On va pas se laisser emmerder par une bande de débiles qui se marrent toute la journée en faisant des cabrioles…
    Non mais !
    Si encore, nous pouvions les exploiter à des fins militaires…

  • seve.nz

    Je pense que pour lutter vraiment contre la captivité de ces animaux c’est de ne jamais se rendre dans ce genre de parcs, aquariums, zoos … C’est difficile pour les enfants, mais lorsqu’on leur explique les raisons ils comprennent, et y sont sensibles.
    La meilleure façon de lutter tout en restant pacifique c’est d’arrêter de donner notre argent bêtement … Coluche nous l’avait dit …