Que quelqu’un d’autre intervienne en Syrie !

Quelqu’un devra intervenir en Syrie pour que le pays s’engage sur la voie de la paix, estime le chroniqueur américain. Mais ce ne seront pas les Etats-Unis qui se souviennent trop bien de l’expérience irakienne.
"On ne peut pas faire grand chose pour la Syrie..." "On est déjà occupés à ne rien faire pour la Corée du Nord." Dessin de Chappatte pour International Herald Tribune. « On ne peut pas faire grand chose pour la Syrie… » « On est déjà occupés à ne rien faire pour la Corée du Nord. » Dessin de Chappatte pour International Herald Tribune.

Le président Obama a raison de se montrer prudent au sujet de Damas. Nous nous sommes déjà brûlé les doigts en Irak et en Afghanistan, et avons considéré avec une anxiété croissante la situation en Libye, en Tunisie et en Egypte au lendemain des révolutions.

Nous avons été les témoins d’assez de transitions arabes pour en tirer quelques leçons cruciales quant aux mesures à prendre pour veiller à préserver les bénéfices du changement dans ces pays. Si nous ignorons ces leçons, c’est à nos risques et périls, en particulier la leçon irakienne, que tout le monde préfèrerait simplement oublier alors qu’elle est des plus pertinentes.



La Syrie, une jumelle de l’Irak

La Syrie est la jumelle de l’Irak : un Etat artificiel, né lui aussi de la Première Guerre mondiale, et dont les frontières ont été tracées par des puissances impériales. Comme en Irak, les communautés qui la constituent n’ont jamais demandé à vivre ensemble. Par conséquent, comme l’Irak, la Syrie a été gouvernée, durant l’essentiel de son histoire moderne, soit par une puissance coloniale, soit par un autocrate implacable.

En Irak, d’aucuns espéraient qu’une fois que nous aurions éliminé le dictateur impitoyable, le pays connaîtrait une transition stable vers une démocratie pluriconfessionnelle et pluripartite.

On prend aujourd’hui conscience des énormes différences entre l’Europe de l’Est en 1989 et le monde arabe en 2013. Dans toute l’Europe orientale ou presque, la chape de plomb de l’autoritarisme communiste jugulait les aspirations à la démocratie, aussi répandues que profondément ancrées. Dans le monde arabe, en revanche, la chape de plomb de l’autoritarisme pesait sur des aspirations sectaires, tribales, islamistes et démocratiques.

Il faut un Nelson Mandela

Donc, quand elle s’est volatilisée, les quatre ont fait surface en même temps. Mais c’est la tendance islamiste qui s’est montrée la plus énergique — aidée et inspirée non par l’Union européenne, mais par les mosquées et les organisations caritatives islamiques du golfe Persique —, la tendance démocratique s’avérant la moins organisée, la moins financée et la plus fragile.

Comme je l’ai dit, nous espérions, et avec nous les courageux démocrates arabes à l’origine de toutes ces révolutions, que ces pays arabes passeraient de l’autocratie à la démocratie sans s’enliser dans l’intégrisme ou l’anarchie. Mais pour cela, il leur faut soit une médiation extérieure, susceptible de jouer les arbitres entre toutes les communautés, soit leur propre Nelson Mandela. Autrement dit, une personnalité locale à même de les guider et leur servir de source d’inspiration tout en mettant au point une transition qui les rassemble.

Je pense que si l’on veut mettre un terme à la guerre civile syrienne et engager Damas sur la voie démocratique, il est nécessaire qu’une force internationale occupe le pays dans son ensemble, prenne le contrôle des frontières, désarme toutes les milices et accouche d’une transition vers la démocratie. Une opération horriblement longue et coûteuse, sans que le résultat soit garanti.

Quelqu’un interviendra, mais pas nous

Mais en l’absence d’un dirigeant syrien capable de panser les plaies de toutes les communautés au lieu de les diviser, rien, selon moi, ne pourra fonctionner à défaut d’une intervention extérieure qui rebâtira le pays à partir de la base. Puisque aucun Etat ne se porte volontaire (et je ne suis certes pas en train de pousser Washington à le faire), je suppose que les combats continueront jusqu’à l’épuisement des deux camps.

Article complet: Courrier international

11 commentaires

  • Pourquoi intervenir dans un pays qui n’a rien demandé ?????

  • Pourquoi intervenir dans un pays qui n’a rien demandé ?????
    Il suffit de demander aux autorités actuelles de donner petit à petit plus de liberté !
    C’est ce qu’elles ont commencé à faire après les premières grandes manifestations !!!!

    • yoyo

      grandes manifestations manipulées,organisées, téléguidées, concoctées, par l’occident pour casser la Syrie et laisser le champ libre à nos belles multinationales, diminuer le potentiel risques des états « amis » de l’occident criminel, mettre à genoux un état qui résiste à la dictature démcratique coloniale urinaire, pardon, humanitaire, du 21ème siècle!

  • en passant

    Sous couvert d’un article pseudo analytique publié par un média de « référence », on veut nous faire passer des vessies pour des lanternes. En fait la prose s’apparente plus à un mauvais compte des faits qu’à une transcription de la réalité. Soit ! L’Irak et la Syrie sont deux états artificiels créé de toute pièce avec l’aide de l’occident, cela ne signifie pas pour autant que l’on puisse au grès d’opportunisme partisan, s’immiscer dans la conduite intérieure de ces états. Mais bon tout ceci n’est que du vent de l’enfumage. Pour preuve écoutez ce que déclarait le général Wesley Clrak lors d’une conférence donnée à San Francisco le 3 octobre 2007, au sujet des objectifs fixé par des néocons américains concernant le moyen orient. : http://www.dailymotion.com/video/xlp2d6_le-plan-us-post-11-9-envahir-7-pays-dont-l-irak-la-lybie-la-syrie-et-l-iran-selon-le-general-us-wesl_news?start=11
    Nous sommes bien loin des sois disant préoccupations moralistes qu’affiche, selon le « journaleux », l’administration américaine et leurs vassaux européens aidé par l’état voyou régional. Au passage on peut noter que ce dernier a été également fondé artificiellement sur un territoire où vivait une population établie depuis des lustres ! Après en avoir chassé la majeure partie, à l’encontre de ceux restant, il se conduit de la manière la plus abjecte en n’hésitant pas commettre les pires exactions et au besoin utiliser des A.D.D.M. Cela dure depuis plus de 60 ans, sans qu’on trouve à redire ! En dernier lieu, selon moi, si les usa n’interviennent pas c’est tout bonnement parce-qu’ ils n’en ont plus les moyens financiers.
    « Le manipulateur est un dealer, il vous livre ses doses, vous rend dépendant et s’enrichit en vous méprisant. » J. Eldi

  • karbonn

    « La tendance islamiste qui s’est montrée la plus énergique. »
    On se demande grâce à qui… Entre littéralement pulvériser l’Irak et L’afghanistan, paupériser des millions de gens, exacerber les haines latentes à l’égard de l’Occident, les ricains se demandent pourquoi l’islamisme gagne tous les pays arabes ? Sans parler des financements des autres états voyous de la région tels que le Qatar, l’Arabie Saoudite le Yemen…

    Bah ils s’en foutent, un océan les sépare de l’enfer dans lequel ils ont plongés la région… Ces mecs là devraient être virés de toute négociations internationales. Enfin, ca, c’est si le monde tournait rond..

  • Povtach

    mais oui et la marmotte elle met pas le chocolat dans le papier alu.

  • Syrie: les rebelles ont utilisé du gaz sarin, selon Carla del Ponte, membre de la Commission d’enquête de l’ONU sur les violations des droits de l’homme en Syrie. l’ONU dément: http://www.huffingtonpost.fr/2013/05/06/syrie-rebelles-utilise-gaz-sarin-carla-del-ponte_n_3221105.html

  • Christiane

    @ VOLTIGEUR : Gaz SARIN mais il a aussi été signalé dans la presse locale et TV : du Gaz MOUTARDE – c’est le Gaz qu’ont connu les combattants dans les tranchées lors de la 1ère Guerre Mondiale de 1914-1918. Gaz MOUTARDE : un Gaz redouté.
    Dimanche, le 5 mai, ils avaient signalé 2’000 tués suite aux bombardements Israéliens puis, tout-à-coup, que 300 tués… (Mensonges, car les morts ne calculent plus) !
    ——————————————————-
    Mardi, 7 mai 2013. Les États-Unis et leurs Alliés procéderont à un Exercice Naval dans le Golfe.
    Les Etats-Unis et leurs alliés se préparent à des exercices navals dans le centre d’exportation d’énergie du Golfe, qui inclura des opérations de déminage et l’escorte de navires commerciaux dans une région où l’Iran est considérée comme une menace pour le commerce et la sécurité.
    Quarante-et-un pays participeront à deux semaines d’ Exercices conjoints. Source :

    http://uk.news.yahoo.com/us-allies-stage-naval-exercise-gulf-energy-shipping-142441551.html#iGn1els

    par Isabelle, Québec – 1 commentaire : Anonyme 7 mai 2013 –
    ça tombe bien, si cette foutue Guerre contre la Syrie et l’Iran démarre ce mois-ci, les équipements militaires sont déjà en place et de simples exercices, ils passeront en manoeuvres réelles. Les Généraux de Tsahal le savent bien et je pense qu’ils ont intégré dans leur dispositif offensif cet état de fait, nous propulsant tous ensemble dans la WW3, la fleur au fusil dans une offensive courte et joyeuse. On sait ce que cela donne ensuite…
    ——————————————————
    – Guerre Mondiale et Nucléaire SI les RUSSES et la CHINE s’en mêlent, c’est prévisible !
    **Le sous-sol de la SYRIE renferme du GAZ qu’ISRAEL, en priorité, convoite d’exploiter, « avais-je LU ». Les guerres ont un intérêt…

    • Christiane

      Sieur Bachar al ASSAD a une présentation à l’Européenne – costume, chemise, cravate. Il est marié, a trois fils. A fait ses études en Grande-Bretagne – a un Doctorat Ophtalmologue – son frère est Chef des Armées et son autre frère Chef des Services Postaux. Je ne sais vraiment pas, ce qu’il ont après cet homme, Président. Il est « Alaouite » de religion. J’avais même déjà lu que les Alaouites ne sont pas des Musulmans – (moi, je n’en sais rien) !
      – Ils veulent quoi ? il est indiqué : « Placer un ISLAMISTE CHARIA (intégriste) dans les fonctions qu’il occupe ».