Danger imminent ! La semence dans tous ses états…

Mais que font nos politiques?? .. Ils déclarent leur patrimoine, comme si la possession ou la non possession de biens, était un gage de compétence ….. S’ils travaillaient pour le bien des français, la moindre des choses serait d’agir, au lieu de se mettre à genoux devant les lobbys.

Les paysans n’ont plus le droit d’utiliser leur propres graines. Les hybrides F1 et les OGM deviennent la norme imposée par l’agro-industrie…

L’association Kokopelli agit pour préserver et distribuer les semences anciennes et non brevetées.

Mais récemment la cour européenne a encore sanctionné son travail… 

Sommes nous tous cobayes de ce système ?

Plus d’informations sur www.fotosintesia.com.
Pour en savoir plus cliquer ICI

 

Une vidéo de Christophe Guyon, publiée par dailymotion.com, dénichée par Claire C. et relayée par Jacques pour SOS-planete

Note de Jacques:

nous pensions que notre combat contre les OGM maintenait à distance la voracité délirante de l’industrie agroalimentaire. Or il se joue en arrière-plan une manipulation scandaleuse permettant à cette même industrie d’envahir la planète de plantes mutantes et par la même occasion de devenir propriétaire du bien commun le plus précieux, les semences !

Que font nos de politiques, à part l’inventaire de leur patrimoine ? Une chose est certaine, ils ne sont pas prêts de muter, eux !

 

57 commentaires

  • klaus

    J’aime bien le proverbe de la petite pancarte de la vidéo « Le grain de semence se donne ou se vole ». On se demande alors pourquoi kokopelli s’obstine à les vendre…
    Pour rappel les semences sont toujours libres, on a le droit de les donner, les semer, les multiplier, sans qu’elles soient inscrites au catalogue officiel. Le commerce lui est réglementé (et là encore il suffit d’aller dans la jardinerie du coin pour voir que le choix de semences non hybrides est très large).

      • klaus

        « les semenciers libres subissent des atteintes à la liberté par les visites réitérées des agents de la Répression des Fraudes ».

        La répression des fraudes n’atteint pas aux libertés, elle fait respecter les règles du commerce. Il y a divers autres semenciers, petits, moyens ou gros, qui commercialisent dans le cadre légal des semences « anciennes », sans avoir de problème, ni faire tout ce foin. Nous en avons déjà parlé ici (biaugerme, germinance, baumaux, vilmorin, gondian …)

        Si kokopelli veut diffuser des variétés non inscrites au catalogue officiel, elle est libre soit de les faire inscrire (il existe un catalogue dédié aux semences anciennes, aux modalités plus abordables) ou de les donner, comme le font d’autres associations de défense de la sauvegarde de la biodiversité ancienne.

      • klaus

        « harcelée par les agents de la Répression parce qu’une grande partie des semences de plantes potagères qu’elle distribue sont des semences de variétés anciennes »

        remplacer « distribue » par « vend » et cela clarifie bien les choses. Kokopelli donnerait les graines, qu’elle n’aurait aucun ennui.

        « Il conseille à ceux qui possèdent un jardin et aux petits cultivateurs indépendants de semer impérativement de plus en plus de semences interdites, de les donner, les échanger, et produire de jeunes plants de variétés interdites afin de les distribuer autour d’eux et aux pays les plus pauvres »
        Cela est tout à fait possible légalement. Ces semences ne sont pas interdites au don et à l’échange. Seule l’acte de commerce est concerné.

        etc, etc .

      • morpheus morpheus

        Oui, le commerce seul est interdit, autrement dit si tu habites en ville, si tu n’as pas assez d’argent pour acheter de la terre, et ben tu ne peux pas faire autre chose que manger de la m–de!
        COOL!
        Alors si kokopelli et les autres donnaient des graines au lieu de les vendre, ça serait bien…
        Oui, ok, mais ils vivraient de quoi? des aides de l’état?
        Du RMI? De l’argent de papa et maman?
        Tout travail mérite salaire!
        Et produire des semences, crois moi, c’est un sacré boulot!

      • klaus

        on en avait déjà débattu ici, le système pelliti (sans argent) en Grèce se débrouille très bien et est un vif succès. il existe multiples sites internet de troc de graines. Nous avons la plus grande des tolérances quand au don de graines non certifiées, il serait dommage de ne pas en profiter et faire ses stocks.

        et si kokopelli veut vendre, rien n’empêche d’investir le bénéfice de ses ventes dans des inscriptions de nouvelles variétés au catalogue officiel, tels le font d’autres semenciers.

      • morpheus morpheus

        D’autres semenciers… ceux pour qui tu bosses, par exemple?

      • Bidule

        Ouais…. je pense aussi!!

      • klaus

        Simple jardinier client de plusieurs semenciers.
        Sans doute pas le cas de tout le monde ici…

      • Bidule

        Non, je ne fais pas vivre ces chacals!

      • klaus

        Pourquoi dites vous cela? Il y a des petites et moyennes entreprises qui font du bon travail sur de la semence ancienne?

      • Bidule

        Oui oui, je parlais des semences F1 bien sûr!

    • Bidule

      « Le commerce lui est réglementé (et là encore il suffit d’aller dans la jardinerie du coin pour voir que le choix de semences non hybrides est très large). »

      ÇA RISQUE DE NE PAS DURER !!!

      • klaus

        « ÇA RISQUE DE NE PAS DURER !!! »
        Pourquoi pas, raison de plus pour profiter de la tolérance exceptionnelle dont nous bénéficions avec les semences pour se faire du stock.

      • klaus

        Tu n’as d’ailleurs peut-être par tord concernant le futur (don de graines):

        La réforme dite «Better Regulation» (Proposition non officielle de règlement européen sur la commercialisation et la production en vue de la commercialisation de matériel reproductif de plantes )

        http://www.semencespaysannes.org/bdf/docs/actualit_s_juridique102012fin.pdf

        « Obligation pour les agriculteurs ou amateurs désirant échanger des semences de variétés non inscrites d’appartenir à un « réseau associé à une banque de gènes»

        Si cela s’applique, là je suis d’accord pour parler de non liberté des semences. Mais à ce jour, il y a une grande liberté.

      • Bidule

        Klaus
        Faire des stock OK mais les graines ne gardent pas indéfiniment leur pouvoir de germination… c’est mieux de cultiver et récolter les graines des plus beaux fruits plutôt que de stocker….

      • Gwendoline

        D’accord avec Bidule.
        De plus il me semble que Kokopelli vend en Europe mais distribue gratuitement dans le tiers monde. Ce qu’il vend en Europe lui paye ses divers procès et amendes…

      • morpheus morpheus

        Et ils en donnent aussi aux membres…

      • klaus

        Seul l’acte de commerce leur est reproché.

      • Bidule

        Je me demande bien pourquoi!
        Il me semble que la concurrence déloyale c’est de les donner!

  • laspirateur

    Il est où le parlement du peuple?

  • Bidule

    PAS 10 000 SOLUTIONS !!!!

    Il faut que tout le monde PLANTE PARTOUT où il peut des espèces non hybrides ( NON F1)

    Et il faut RÉCOLTER ET REDISTRIBUER NOS GRAINES.

    Et surtout NE PAS ARRÊTER de le faire car les graines ne se conservent pas indéfiniment!!

    • klaus

      Comme dit plus haut, bien du monde fait cela, il y a des sites internet spécialisés, des associations locales (jardiniers de france, edible incredible..) . Et tout à fait légalement vu que cela relève du don et non de la vente.
      Il y en a qui se bougent. Kokopelli n’a pas le monopole de la semence ancienne.

  • fotoulaver fotoulaver

    Je sème de l’amarante dans des endroits tranquilles pour qu’elle prospère. C’est pas grand chose mais ça me plaît.

  • Rainette

    J’adore l’amarante. C’est une plante rebelle qui n’hésite pas à s’attaquer aux plantes OGM. Les agriculteurs américains ont eu des soucis avec l’amarante. (Le souci aussi est une plante très chouette. J’en ai dans mon potager parmi les légumes).

    • Gwendoline

      Il ne faut pas hésiter à mettre , en plus de « la marante » (celle qui a mis par terre des hectares de ready soja), du quinoa qui pousse super bien et remplace « la bidoche », donc sert de protéines.

    • Bidule

      @RAINETTE Y a plusieurs sortes d’amaranthe non???
      Laquelle as-tu?

      Je ne savais pas ça :

      Cuisson de base de l’amaranthe

      L’amaranthe comme plante décorative, mais on peut aussi la manger. Sous deux formes en fait : ces feuilles, qui se cuisent comme les épinards, et ses graines, que l’on peut acheter en magasin bio au rayon des céréales et graines.

      http://blogbio.canalblog.com/archives/2006/09/07/2609569.html

  • slaine

    @Klaus:
    je cite « Nous avons la plus grande des tolérances quand au don de graines non certifiées ».
    C’est qui ‘nous’?
    Tes paroles sont floues au point de penser que tu pourrais etre du serail des semenciers. Ce serait dommage…Et loin de moi cette idée….

  • Bidule

    Jolie citation :

    **** Il ne sert à rien d’imaginer l’avenir devant une porte close, il faut l’ouvrir et avancer! ****

  • Lionel

    Attention de ne pas tomber dans le piège de la propagande !
    La loi sur les semences ne s’applique qu’aux seuls professionnels et pour le moment les maraîchers ne sont pas sous le coup de cette loi qui précise que les semences naturelles dites « bio » doivent être achetées auprès de semenciers agréés et si elles ne sont pas disponibles, alors il est possible de les acheter en dehors du circuit officiel à condition qu’il ne s’agisse pas des « fameuses » semences familiales amateurs et collectionneurs !
    Pour le moment seuls les céréaliers sont vraiment touchés et il ne leur est pas interdit de semer d’autres graines, ils doivent seulement payer au semencier ce qu’ils n’ont pas acheté, c’est beaucoup plus subtil et pervers…
    Deuxième point, la loi précise qu’il est interdit aux professionnels de céder par tous moyens y compris l’échange ou le don de quelconques semences à destination de productions alimentaires !
    Ce qui veut dire d’abord que Kokopelli n’aurait pas plus le droit de donner ses semences…
    Ensuite s’ils vendent les semences c’est aussi un peu pour payer les permanents qui ne font pas que de la paperasse mais vont aussi sur le terrain organiser des rencontres internationales avec échanges gratuits de semences à un autre niveau que la bourse du Dimanche au village ( je ne crache pas dans la soupe, c’est déjà génial ! ).
    Leur objectif est de distribuer à travers le monde donc surtout à destination des pays pauvres dont les paysans ne peuvent se payer des semences et qui ne disposent plus des semences anciennes de leurs pays et ce sont des centaines de kg de semences qui sont expédiées chaque année vers l’Inde, l’Afrique et l’Amérique latine.
    Ils ne font pas de bénef donc ils n’investissent rien et je vous mets au défi de prouver que qui que ce soit se sucre sur les ventes de semences chez Kokopelli !!!
    Pour les gros coups, ils ont des privés qui ont les moyens de les aider au coup-à-coup.
    Cherchez mais pas trop, le dossier est vide !

    • Lionel

      Précision, amusez-vous à produire des semences en quantité suffisante pour les années à venir et les échanges, de au moins une vingtaine d’espèces chaque année pour faire un volant, en sélectionnant les plus beaux sujets du semis à la récolte, en leur apportant des soins tout particuliers puisque ce doivent être les plus belles semences, le cycle selon la variété peut aller de 5 mois ( genre laitue ) à plus d’un an pour certaines crucifères…
      Puis le soin apporté au séchage dont dépend la conservation, puis le conditionnement.
      Alors vous comprendrez pourquoi Kokopelli vend les graines, les « parrains » de semences font un travail comme celui-ci bénévolement, ils doivent faire attention de ne pas hybrider les plantes pour donner des semences semblables aux parents, voire en améliorant certains traits.
      D’autres créent de nouvelles variétés qu’ils ne brevettent pas.
      Il faut arrêter de croire que tout le monde croit à l’argent-roi, il y a plein de gens à travers le monde qui pensent gratuité et chez Kokopelli en particulier.

      • klaus

        « Ils ne font pas de bénef donc ils n’investissent rien et je vous mets au défi de prouver que qui que ce soit se sucre sur les ventes de semences chez Kokopelli !!! »

        -> vous avez donc les comptes de l’association à nous communiquer ?

        « Précision, amusez-vous à produire des semences en quantité suffisante pour les années à venir et les échanges » -> certains le font, mais je suis d’accord qu’il s’agit d’un vrai métier. (pour avoir de la semence de qualité : tests de germination, etc.)

      • Lionel

        Non, je n’ai pas les comptes, n’ayant jamais été aux AG annuelles mais parmi mes amis et connaissances actifs et présents aux comptes rendus trésoriers, je peux dire qu’il n’y a jamais eu la moindre contestation comptable !
        Pas mal de gens mal intentionnés aux intérêts plus ou moins cachés ont essayé en 2010 de lever un lièvre, mais il était en chiffons et personne ne l’a poursuivi…
        J’ai rencontré souvent D. Guillet et ce type a une véritable éthique et n’a pas le moindre signe de richesse, c’est un passionné, militant pour la vie depuis les années 70 avec la fondation d’Auroville à laquelle il a grandement participé, il a fondé avec d’autres le centre indien d’Anandana ( maintenant dissout ) qui a formé des centaines de paysans à l’agroécologie gratuitement et distribué aussi gratuitement des semences dans toute l’Inde.
        Faire tout ça ne ressemble pas à une personne vénale qui aurait des projets d’enrichissement, il y a des moyens bien plus efficaces et comme c’est tout sauf un imbécile…
        Un petit 2.0 mn sur le festival Pachamama au Pérou en 2012, fait avec des bouts de chandelles et beaucoup d’énergies bénévoles !
        http://www.downloaddailymotion.com/video/6305601-le-peuple-des-semences-festival-kokopelli-pachamama.html

      • klaus

        Le doute a été lancé il y a plusieurs années par un article d’Agriculture et environnement, indiquant :

         » Le chiffre d’affaires annuel – situé autour de 800 000 euros – couvre tout juste les frais salariaux et l’achat des graines, explique Jean-Marc Guillet. Le gérant de l’équipe commerciale en France avoue d’ailleurs qu’il ne reste plus grand-chose pour les différents projets de sauvegarde de la biodiversité de Kokopelli »

        http://www.agriculture-environnement.fr/dossiers,1/agriculture-biologique,54/l-arriere-boutique-de-kokopelli,296.html

        en résumé : le C.A. (copieux pour une assoc 1901) part dans les poches des salariés, et des miettes pour le tiers monde.

        Je ne comprends pas pourquoi l’association n’a pas publié sur son site internet tous ses bilans, pour dire clairement où va l’argent (salaires, notes de frais, projets tiers monde), afin de démentir, si tel n’est pas le cas.

        Les milieux associatifs et caritatifs sont souvent sujets à ce genre de polémiques (parfois à raison, souvenons nous de l’association de recherche contre le cancer…).

        Pourquoi donc pas un effort de transparence?

        Si cela est faux, le mensonge sera établi …

  • Lilith Lilith

    petite petition signé signé signé……………

    Un million de signatures contre les brevets Monsanto en 36 heures! Ensemble créons la plus grande pétition jamais vue pour stopper Monsanto une bonne fois pour toutes. Signez et faites passer à tout le monde.

    Chères amies, chers amis d’Avaaz,

    Monsanto ne lâche pas l’affaire. Cette firme âpre au gain a trouvé le moyen de prend contrôle de la source de toute vie, notre alimentation! Mais nous pouvons pousser les pays européens à stopper cette entreprise destructrice en fermant à double-tour la porte des brevets. Stoppons cette attaque contre notre nourriture. Signez! Participez au plus grand appel de défense d’alimentation de l’Histoire en cliquant ici:

    C’est inouï, Monsanto & Co. ne lâchent pas l’affaire. Ces entreprises biotech âpres au gain ont trouvé le moyen de prendre le contrôle exclusif de la source de toute vie — la source de notre alimentation! Ils essayent de breveter plusieurs variétés de nos fruits et légumes de tous les jours comme les concombres, les brocolis et les melons, ce qui revient potentiellement à forcer les agriculteurs à payer pour les graines ou les exposer au risque d’être poursuivis en justice.

    Mais nous pouvons les empêcher d’acheter Mère Nature. Les firmes comme Monsanto profitent des lacunes de la loi européenne pour obtenir des droits exclusifs sur des variétés classiques de graines. Il suffit donc de combler ces lacunes avant qu’elles ne créent un dangereux précédent au niveau mondial. A ces fins, nous avons besoin que des pays clés comme l’Allemagne, la France et les Pays-Bas — où la contestation monte déjà — appellent à un vote pour stopper les desseins de Monsanto. La communauté d’Avaaz a déjà renversé des votes, et nous pouvons à nouveau y parvenir.

    De nombreux agriculteurs et politiciens s’y opposent déjà — ne reste que le pouvoir citoyen pour obtenir de ces pays qu’ils empêchent Monsanto de faire main basse sur notre nourriture. Signez et faites signer vos proches pour lancer le plus grand appel de défense de l’alimentation de l’Histoire:

    http://www.avaaz.org/fr/monsanto_contre_mere_nature_rb/?bLDrYab&v=24024

    Une fois que le brevet existe dans un pays, les accords commerciaux et les négociations respectent aussi ce brevet. Cela explique comment ces brevets changent totalement la façon dont notre chaîne alimentaire fonctionne: pendant des milliers d’années, les agriculteurs pouvaient choisir leurs semences sans se soucier d’être poursuivis pour atteinte aux droits de propriété intellectuelle. Mais désormais, les entreprises obtiennent des brevets sur nos fruits et légumes de tous les jours, forçant les agriculteurs à leur verser des redevances exorbitantes. Et les agriculteurs ne peuvent même pas replanter les graines brevetées, Monsanto a poursuivi des centaines d’entre eux pour avoir utilisé la technique traditionnelle de re semer leurs semences. Monsanto & Co. prétendent que les brevets favorisent l’innovation – alors qu’en fait ils sont en train de monopoliser notre alimentation.

    Par chance, le Bureau européen des brevets est contrôlé par 38 États membres qui, avec leur voix, peuvent faire capoter ces brevets nocifs. Même le Parlement européen s’est opposé publiquement à ces types de brevets. Aujourd’hui, un énorme tollé citoyen pourrait faire interdire le brevetage de notre nourriture… pour de bon.

    La situation est déjà calamiteuse — à elle seule, Monsanto détient 36% des tomates, 32% des poivrons et 49% des choux-fleurs, sur les variétés enregistrées à l’UE. Mais avec une modification simple de la réglementation, nous pourrions protéger notre nourriture, nos agriculteurs et notre planète de la prise de pouvoir des multinationales — tout est entre nos mains:

    http://www.avaaz.org/fr/monsanto_contre_mere_nature_rb/?bLDrYab&v=24024

    La communauté d’Avaaz n’a jamais eu peur de tenir tête à des multinationales puissantes, de repousser la mafia de Rupert Murdoch, où d’empêcher des fournisseurs d’accès de faire main-basse sur notre Internet. Maintenant il est temps de défendre notre chaine alimentaire contre cette prise de contrôle.

    Avec espoir et détermination,

    Jeremy, Michelle, Oli, Dalia, Pascal, Ricken, Diego et toute l’équipe d’Avaaz
    PS – de nombreuses campagnes d’Avaaz sont lancées par des membres de notre communauté! Lancez la vôtre pour remporter des victoires sur un enjeu local, national ou mondial: http://www.avaaz.org/fr/petition/start_a_petition/?bgMYedb&v=23917

    POUR EN SAVOIR PLUS:

    Les députés UE veulent exempter de brevet les végétaux et animaux issus de procédés classiques (Parlement UE)
    http://www.europarl.europa.eu/news/fr/pressroom/content/20120509IPR44733/html/Conventionally-bred-plants-or-animals-should-be-exempt-from-patents-say-MEPs

    Le Président de l’Office européen des brevets donne le feu vert aux brevets sur les plantes et les animaux (No Patents on Seeds)
    http://www.no-patents-on-seeds.org/sites/default/files/news/1303_epo_feuvert_fr_korr.pdf

    Le Monde selon Monsanto (Documentaire, ARTE)
    http://tinyurl.com/cksnndx

    Le Parlement européen veut réduire le nombre des brevets sur les semences (Novethic)
    http://www.novethic.fr/novethic/rse_responsabilite_sociale_des_entreprises,environnement,gestion_des_ressources_naturelles,le_parlement_europeen_veut_reduire_nombre_brevets_semences.jsp

    Le « Monsanto act » met les OGM au-dessus de la loi aux Etats-Unis (Le Monde)
    http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/04/05/comment-monsanto-a-mis-les-ogm-au-dessus-de-la-loi-aux-etats-unis_3154615_3244.html

    (En allemand) Strukturen und Entwicklungen des Schweizer und internationalen Marktes für Saatgut am Beispiel ausgewählter Gemüsesorten
    http://www.evb.ch/cm_data/Saatgutmarkt_Juni_2012.pdf

  • Bidule

    **** **** **** **** **** **** **** ****
    Je cherche des graines d’AMARANTHE CRUENSUS

    d’AMARANTHE HIPOCHONDRIACUS « Célosia Plumosa »
    et d’AMARANTHE HIPOCHONDRIACUS « Golden Giant »

    Merci!