La CIA refuse de fournir des informations sur un complot présumé visant à assassiner Chavez

Par ailleurs, le dernier jour de la campagne électorale, le candidat à la présidence Maduro a déclaré que des paramilitaires colombiens ont tenté de venir l’assassiner, et qu’ils ont été capturé avec des armes et exploifs C4. Les tentatives de coups d’Etats et de déstabilisation du Venezuela ne sont donc pas terminé et on fait visiblement appel cette fois à des paramilitaires colombiens, de la même manière que l’on fait appel à des pseudo djihadiste à la solde de la CIA en Syrie. C’est bien connu, les changements de régimes, ça passe mieux quand c’est les méchants terroristes qui s’en chargent…
 Selon une organisation de droits civiques, la CIA refuse de communiquer les documents relatifs à un possible complot visant à assassiner ou empoisonner Hugo Chavez, ou même ne serait-ce que confirmer l’absence de ces documents..

Quelques heures après la mort de Chavez, le 5 Mars dernier, le Partnership for Civil Justice Funde (PCJF) a déposé une demande d’informations à ce sujet à la CIA, ainsi que d’autres groupes de droits civils aux États-Unis, citant le Freedom of Information Act.

Selon le PCFJ, la CIA a déclaré que l’information sur l’existence des documents demandés est un secret d’État et que les sources d’information sont protégées.

Si la CIA n’avait pas les documents requis concernant ce que devrait être une activité illégale, pourquoi ne pas le dire? « 

L’organisation à but non lucratif soutient qu’il n’est pas un secret que Washington était impliqué dans une campagne soutenue qui visait à discréditer Hugo Chavez, qui avait accusé les Etats-Unis d’être impliquer dans le coup d’Etat manqué de 2002.

Le PCFJ rappelle que, selon les lois des Etats-Unis, l’agence d’espionnage américaine n’a pas le droit d’assassiner ou de comploter dans ce sens (ndlr: ce qu’elle fait pourtant constamment) , et se demande «si la CIA n’avait pas les documents demandés concernant ce que devrait être une activité illégale, pourquoi ne pas le dire? « . C’est ce qu’a déclaré Mara Verheyden-Hilliard, directeur exécutif de PCJF, rappelant la longue histoire de tentatives d’assassinat des dirigeants politiques de la CIA.

L’analyste international Laila Tajeldine indique que, en ce qui concerne la politique étrangère, les États-Unis n’ont aucuns principes et qu’ils violent leurs propres lois, comme celle concernant la CIA interdisant les conspirations dans le but d’assassiner. En effet, selon elle, cela fait partit d’ «un ensemble d’anti-valeurs qu’ils professent dans le monde. »(ndlr: il n’y a qu’a voir leurs prisons illégales disséminés et le fait que d’autres gouvernements comme la France aient tenté leur chance aussi il y a quelques années sur la personne de Kadhafi, d’ailleurs, ils n’ont pas fait qu’essayer).

Le PCFJ a rappelé que la semaine dernière, le site Wikileaks a publié une information qui révèle que pendant les années 2004-2006 l’ambassade américaine de Caracas avait élaboré une stratégie en cinq étapes  pour miner Chavisme au Venezuela grâce à l’aide de l’agence des États-Unis pour le développement international  (USAID).

8 commentaires