14 colorants alimentaires à éviter

Un petit sujet « mal-bouffe » avec les colorants alimentaires. Bien sur, c’est beaucoup plus pratique d’acheter du « tout-fait », souvent le choix n’est même pas possible, pourtant nous avons tellement à y gagner… Les colorants alimentaires se trouvent de partout, dans le jambon, la mayonnaise, les bonbons, le but étant d’avoir un aliment agréable à voir, d’apparence plus comestible, mais quels en sont réellement les risques? Car rien n’est sans conséquence, jamais!

  • De la charcuterie bien rose, des plats cuisinés bien colorés, sans parler des bonbons jaune fluo ou bleu turquoise que s’arrachent les enfants, les colorants alimentaires sont partout, ou presque
  • Ces substances sont-elles sans danger pour notre santé ?
  • Pas toujours. Au menu : risque d’allergie, et même soupçons de cancérogénicité. LaNutrition.fr a passé au crible les colorants alimentaires et a identifié 14 substances potentiellement toxiques. Revue.
14 colorants alimentaires à éviterE102, E104, E132… Une partie de bataille navale ? Non, trois colorants utilisés dans l’industrie agro-alimentaire. En l’occurrence, tartrazine, jaune de quinoléine et indigotine. Derrière ces noms parfois barbares peuvent se cacher des substances totalement inoffensives et d’autres à l’innocuité contestée. ConsoSanté a passé en revue les substances autorisées en France et identifié 14 colorants alimentaires susceptibles de causer des problèmes de santé.

Les colorants sont utilisés dans notre alimentation depuis bien longtemps. Le curcuma pour colorer les plats en jaune, le paprika ou le jus de betterave pour mettre du rouge dans nos assiettes.

Au début les substances naturelles étaient les produits de choix pour rendre nos aliments plus appétissants. Puis, avec les progrès de l’industrie chimique, sont apparus les colorants de synthèse. Et les problèmes qui vont parfois avec. Car si les colorants d’origine naturelle sont la plupart du temps inoffensifs, on ne peut pas en dire autant de tous les produits obtenus par synthèse chimique. Dans la catégorie des additifs alimentaires, ce sont d’ailleurs ces substances qui regroupent le plus de composés pouvant laisser planer un doute sur leur innocuité.

Même les autorités sanitaires ont commencé de s’inquiéter. En 2006, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a lancé un appel à données sur les colorants alimentaires dans le cadre d’une réévaluation systématique de tous les additifs alimentaires autorisés dans l’Union européenne (UE). L’organisme a même donné comme consigne « d’accorder la plus haute priorité aux colorants ». Les données devraient être connues dans le courant de l’année à venir. En attendant les conclusions des experts, faut-il s’inquiéter de la couleur de nos aliments ? Pour ConsoSanté, la réponse est oui. Déjà dans les années 1970 les colorants alimentaires se sont retrouvés sur le devant de la scène, soupçonnés d’être responsables de l’hyperactivité chez les enfants (lire encadré).

Les deux principaux risques que nous avons identifiés concernent les réactions allergiques causées par certains colorants et leur capacité à favoriser des cancers. Il nous est impossible d’établir une liste complète de tous les aliments contenant chacun des colorants. La solution : éplucher les étiquettes et disséquer la composition pour savoir si le produit contient le colorant concerné. Quels colorants sont concernés et comment les éviter ? Tour d’horizon, couleur par couleur.

Source: Lanutrition.fr