Chypre: des centaines d’employés de banques manifestent et menacent de grève

Mouhahaha! Maintenant, ce sont même les banquiers qui font grève! Ils ont peur pour leur fond de pension. Bienvenus dans la réalité les gars! ;)

NICOSIE – Des centaines d’employés de banques ont manifesté samedi à Nicosie et menacé de se mettre en grève si les autorités, engagées dans une course contre la montre pour sauver les banques et le pays de la faillite, ne garantissaient pas leur avenir.

Parti du siège de l’Union chypriote des employés de banques (Etyk), le cortège s’est rendu devant le palais présidentiel puis devant le Parlement, avant de commencer à se disperser dans le calme, même si la colère était palpable, selon un journaliste de l’AFP.


Si vous ne garantissez pas nos fonds de pension, nous nous mettrons en grève à partir de mardi, date prévue de la réouverture des banques fermées depuis le 16 mars, a lancé Loizos Hadgicostis, président d’Etyk.

Nous reviendrons manifester demain (dimanche) devant le Parlement et cette fois-ci ce ne seront pas seulement les employés de banques, mais tous les Chypriotes, a-t-il ajouté, pendant que la foule scandait Honte au Parlement et Nous allons faire grève.

Vendredi soir, les députés ont adopté une première série de mesures liées au plan de sauvetage, dont une restructuration du système bancaire qui devrait toucher la Bank of Cyprus et la Popular Bank (Laiki, en grec), les deux plus importantes du pays.

Ce que la troïka (UE-BCE-FMI) fait est horrible. C’est un complot, pas seulement pour prendre notre argent mais aussi nos emplois. Nous sommes contre ce plan de restructuration des banques, a déclaré Andreas, un manifestant, tout en se disant d’accord pour le prélèvement sur les gros dépôts.

Les manifestants, qui craignent pour leur emploi en cas de faillite ou de restructuration des banques, portaient des pancartes proclamant Pas touche aux fonds de pension, Non à la banqueroute de Chypre.

Chypre doit trouver d’ici lundi 7 milliards d’euros -plus du tiers de son PIB-, pour débloquer l’aide internationale de 10 milliards d’euros de la troïka et obtenir que la BCE continue de fournir des liquidités d’urgence à ses banques.

A Bruxelles, plusieurs sources proches des négociations ont indiqué que le plan comprenait la restructuration de la Bank of Cyprus et de la Popular Bank (Laiki en grec), qui doivent disparaître. Une nouvelle banque serait créée avec les actifs sains des deux banques.

La mesure doit être complétée par une décote sur les actifs sains tirés des deux banques. La fourchette en négociation varie entre 15 à 20%.

La Laiki Bank emploie plus de 8.000 personnes à Chypre et dans ses filiales à l’étranger.

Nous avons travaillé toute notre vie, nos enfants doivent finir leurs études et nous avons des dettes (à rembourser). Ce que Hitler n’a pu faire avec les armes, on nous le fait aujourd’hui avec une guerre économique. C’est inacceptable, a dit Anthoula Tiba, une employée de banque, exprimant le ressentiment des Chypriotes envers l’Allemagne accusée d’être à l’origine des conditions imposées en contrepartie du plan de sauvetage.

Source: Agence de presse via Romandie

2 commentaires