Retard de la France en matière de lutte contre la corruption

La France accuse un retard majeur en matière de lutte contre la corruption indigne d’une démocratie comme la nôtre. En effet, au rang des pays perçus comme les moins corrompus, la France est classée 9e en Europe et 22e dans le monde selon le rapport de 2012 effectué par Transparency International, derrière les pays scandinaves, les Pays-Bas, l’Allemagne, la Belgique et le Royaume-Uni.
Cette défiance des citoyens à l’égard de nos institutions a été confirmée par le dernier rapport d’octobre 2012 du groupe de travail de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) sur la corruption

, dénonçant le faible nombre de condamnations prononcées (seulement cinq en douze ans), le laxisme à l’égard des entreprises françaises soupçonnées d’affaires à l’étranger et le caractère peu dissuasif des sanctions. Conflits d’intérêts, opacité des activités de lobbying, manque d’indépendance du parquet, cumul des mandats sont autant d’obstacles à la lutte contre la corruption que le Gouvernement doit combattre.
La corruption, bien que difficilement quantifiable puisque par définition permise par l’opacité, reste une charge pesant sur les finances publiques, intolérable eu égard au contexte de rigueur budgétaire dans lequel nous évoluons actuellement.
Il lui demande qu’elles sont les mesures envisagées pour organiser efficacement la lutte contre la corruption en France.

Source: Senat.fr