Histoire de France cachée : Les îles du bagne pour enfants..

On le savait mais, pas la peine de chercher dans les manuels scolaires, ce que l’histoire officielle préfère passer sous silence ou minimiser ….

Titre initial : Les îles du bagne pour enfants

Les îles ont servi de prisons. On le sait. Mais connait-on celles qui ont abrité des bagnes pour enfants ?

Cela se passe au temps où les enfants gênaient les grandes personnes. Un temps pas si lointain où l’on mettait les enfants indisciplinés et les adolescents dans des centres pénitentiaires, baptisés « colonies agricoles » ou « maisons de rééducation ».

Ils y passaient un moment infernal dans des conditions épouvantables, dans des lieux perdus au milieu de nulle part, cernés par les flots ou par les collines oubliées, sans nouvelles ou presque de leur famille.

C’est dans l’air du temps de ce milieu du XIXème siècle. « On ne veut pas de ça chez nous ». Fort de ce credo peu constructif, des lois sont votées un peu partout en Europe. En autorisant les bagnes privés pour mineurs, Napoléon III veut se débarrasser des innombrables enfants gavroches, prostitués, orphelins vomis par la balbutiante Révolution industrielle. Les petits morveux rapinent les bourgeoises dans les venelles tandis que les morveuses tapinent le bourgeois. Mais ces « petits morveux » sont aussi des orphelins, des mal-aimés, des gênants, des enfants illégitimes de filles-mères, des innocents aux dents jaunes.

On les envoie dans des centres de rééducation, la plupart du temps dans les campagnes, parfois dans des îles qui s’éparpillent le long du beau littoral tricolore ou dans nos colonies. Les îles constituent des prisons parfaites, des endroits difficiles d’accès, des lieux où la sortie n’est d’aucun secours.

En février 1861, une soixantaine de mineurs âgés de cinq à vingt et un ans sortent de la prison de la Roquette à Paris, une maison de correction d’Etat, et prennent la direction de la plus sauvage et la plus belle des îles d’Or en Méditerranée. Ils seront suivis par beaucoup d’autres. Une centaine d’enfants, dix pour cent des internés, sont morts au bagne de l’île du Levant, dont quatre avaient moins de dix ans (1). Les conditions de vie ineptes, la malnutrition, les sévices sexuels et la maladie faisaient des ravages.   

(…)

A partir de 1850 et jusqu’à la fin du XIXème siècle, de 1000 à 3000 petits condamnés par an sont envoyés dans ces colonies agricoles, gérées par une administration peu contrôlée ou par des religieux qui mélangeaient doctrine divine (récompense, espérance, épreuve et punition) avec disciplines strictes, trop strictes. Fortes de leur impunité et de leur isolement, ces colonies se sont transformées en bagne.

Fichtre. Bagne ? Le mot n’est-il pas un peu fort ?

(…)

Les enfants travaillent près de treize heures par jour, sauf le dimanche. Lever 6 heures. Un morceau de pain comme petit déjeuner. Ils ont le crâne rasé pour éviter les poux. La toilette n’existe pas. Ils sont ensuite affectés à des tâches agricoles (épierrages des champs, foin, ramassage des légumes) ou artisanalo-économiques (sandalerie, cordonnerie, charronnage, fromagerie). Interdiction de se parler. Repas à 13 heures, exclusivement du pain trempé dans un bouillon de légumes, le plus souvent secs, appelé « pitance ». Le soir, soupe. Pas de fruits frais, pas de viande, pas de poisson.

Les punitions sont très diverses. Régime au pain sec, piquet à genoux, manège (on fait tourner l’enfant pendant une journée dans la cour), cachot, coups nombreux, voire systématiques, même s’ils sont interdits. Les coups de ceinture et de trousseau de clefs pleuvent, les sévices sexuels sont très répandus. Le taux de mortalité est très élevé. Les maladies pulmonaires et la dysenterie déciment ces enfants privés de tout.(2)

(…)

Le scandale des bagnes pour enfants éclata en 1934, au lendemain de l’évasion collective des enfants du bagne de Belle-Île, dans le Morbihan. Avant de manger sa soupe dans un silence absolu, un enfant avait osé mordre dans un morceau de fromage. Il fut immédiatement roué de coups par les surveillants. Une émeute et une évasion collective s’ensuivirent. Les gens de l’île et les touristes, alléchés par une prime de 20 francs par tête d’enfant, aidèrent les autorités à les chercher. Les 56 enfants « mutins » furent tous retrouvés.

« C’est la meute des honnêtes gens qui fait la chasse à l’enfant » écrit Jacques Prévert. (Lire le poème en entier). Les journalistes s’emparent de l’affaire. Le grand public ouvre les yeux.

Mais ce n’est qu’en 1946 que les bagnes sont réformés. Toutefois, certaines structures et le personnel resteront en place quelques dizaines d’années mais dans des conditions d’hygiène et de discipline sensiblement améliorées.

Le bagne de Belle-Île, renommé colonie pénitentiaire pour enfants, ne ferme ses portes qu’en 1977.

(…)

 

1 – Les enfants de l’île du Levant, Claude Gritti. (Jean-Claude Lattès 1999). Lire également un compte-rendu récent de cette période

3 – Graine de bagnard, Pascale Moignoux (Editions Azalées, 2006)

 

Pour lire la totalité, cliquer ICI

Quand la France envoyait ses enfants au bagne

 

Note de TS :
Voilà une info qu’on ne nous apprend pas à l’école !
Incroyable tout de même de découvrir de quoi a été capable l' »humanité » tout au long de son histoire…
Espérons que le meilleur soit à venir.

Source : ileslointaines.blogs.courrierinternational.com

Article relayé par : mich pour Sos-planète

16 commentaires

  • Ben ouai! Idéal pour les enfants tyrans de l’article d’hier…

    • voltigeur voltigeur

      Il y avait beaucoup d’orphelins dont on ne savait que faire et qui servaient
      d’esclaves …Quand la misère gêne la société, et montre son impuissance,
      on camoufle…….

      • engel

        Mais est-on sûr que celà soit réservé au passé?
        Ou dit autrement, est-on sûr que l’être humain est si vite évolué?
        si non…

        « des innombrables enfants gavroches, prostitués, orphelins vomis par la balbutiante Révolution industrielle. »

        Là, c’était que le début de la mise en place de cette civilisation finanço-industrielle.
        Mais, maintenant que la bête meure, nous risquons d’assister à une fin bien plus tragique!

      • engel

        Tout sera toujours cyclique, tant que le peuple n’aura pas compris qu’il n’est que la « variable d’ajustement ».

        …Mais vu mon voisinage, c’est pas pour cette fois-ci!

      • voltigeur voltigeur

        A l’heure actuelle, il y a de petites structures avec suivi personnalisé, pour
        les délinquants…

      • engel

        Et croissantS aux petits déjeuner…

      • voltigeur voltigeur

        Sport et « motivations induites » en tous genres ..etc….
        L’efficacité devrait être soulignée, mais je ne sais pas s’il
        existe des rapports en ce sens. ♥♥

    • Lilith Lilith

      tu m’as ôter les mots de la bouche heu du bout de mon clavier :-) non mais il y a des clacques qui se perde.

      merci pour cette article c’est la première fois que j’en entends parler :-(

      • Maverick Maverick

        J’ai rencontré un gars qui était passé par les maisons de correction, dans sa jeunesse. A 55 ans, il avait trente ans de taule, plusieurs évasions, et il ne savait plus combien de banques au compteur … Un type très sympa, mais un vrai caïd, pas le genre à emmerder.

      • Maverick Maverick

        Bref ; tout ça pour dire que j’ai eu un témoignage de première main de la chose. En tre autres choses, il m’a raconté que quand il a dit qu’il voulait devenir jockey, il a été placé apprenti dans une boucherie chevaline. Humour, quand tu nous tiens …

      • Lilith Lilith

        c’est d’actualité :-))))

  • Maverick Maverick

    Pendant la Guerre, les asiles psychiatriques n’avaient pas grand-chose à envier aux camps de concentration …

  • labichedesbois labichedesbois

    surtout ne pas oublier les maisons de correction !!
    et les enfants à cette époque etaient loin d’être des tyrans !!

    http://www.forumfr.com/sujet479924-les-maisons-de-correction.html

  • sinouhelartiste sinouhelartiste

    L’île du levant est une île au large du lavandou sur la côte d’azur. Je connais la triste Histoire du bagne pour enfant de cette île. Quelques bâtiments subsistent encore, ils se trouvent la partie réserver aux militaires… Car l’île de Barbe Rousse est devenue par la suite une base stratégique militaire … depuis le début du XXeme siècle elle est devenue également un des premier espace naturiste d’Europe,et pour les adorateurs du soleil. Dans les années 70/80 l’île devint une des destination mondiale pour l’expression de la sexualité entre hommes… comme quoi les trames sont toujours opérationnelles pour celui qui veut voir…Aujourd’hui l’île est toujours partagé, et les hommes ont laisser place au libertins de tout poil…