Séisme aux Salomon: nouvelle réplique, bilan revu à dix morts

HONIARA – Une troisième réplique de magnitude 6,3 a secoué aux premières heures de lundi les îles Salomon dans l’océan Pacifique, alors que les secours n’arrivaient pas encore à évaluer l’ampleur des dégats du premier séisme de magnitude 8 il y a cinq jours suivi d’un tsunami.

L’épicentre de la nouvelle réplique s’est située à 51 km au sud-ouest de Lata, ville principale de l’île de Santa Cruz, et à une profondeur de 35 km.

La seconde réplique de magnitude 6,5 avait été enregistrée dimanche matin au large des îles Salomon, quatre jours après un violent séisme suivi d’un tsunami ayant fait au moins dix morts et des milliers de sans-abris.

Un bilan précédent avait fait état d’au moins 13 morts mais il a été revu à dix, dont un enfant retrouvé mort dans un fossé sur une des îles isolées des Santa Cruz, qui font partie de l’archipel.

Selon le Centre d’alerte aux tsunamis du Pacifique la seconde réplique ne risquait pas de déclencher un raz-de-marée de grande ampleur;

Quelque 3.000 personnes sont toujours sans-abri, leurs maisons ayant été détruites par les secousses ou le tsunami.

Des responsables des autorités à Honiara, la capitale des Salomon, ont indiqué n’avoir toujours pas une évaluation précise des dégâts sur les Santa Cruz. Deux bateaux chargés de vivres et de secours sont arrivés à Lata.

Pour le moment, nous ne savons pas si nous en sommes encore à l’étape des secours d’urgence, a déclaré à l’AFP Joanne Zoleveke, la secrétaire générale de la Croix-Rouge pour les Salomon.

Nous ne savons pas si ce que nous avons envoyé est suffisant ou s’ils ont besoin de plus, et si nous devons faire partir plus de bateaux. On ne peut pas prendre de décision avant d’avoir reçu des évaluations plus précises depuis Lata mais les comunications sont fréquemment interrompues.

La dernière puissante secousse, de magnitude 6,5, a eu lieu dimanche matin à 08H02 (samedi 21H02 GMT), a annoncé le Centre américain de géophysique (USGS). Elle ne risque pas de déclencher un raz-de-marée de grande ampleur, selon le Centre d’alerte aux tsunamis du Pacifique.

L’épicentre de la réplique a été situé par l’USGS à une profondeur de 18 kilomètres, à 29 kilomètres au sud-ouest de Lata, la grande ville de l’île de Ndende, des Santa Cruz.

Le gouvernement des Salomon a décrété la région des Santa Cruz zone de catastrophe. Des images aériennes indiquent que les dégâts se situent notamment sur la région de Lata.

L’Australie, qui a alloué 250.000 dollars australiens (193.000 euros) à la Croix-Rouge de l’archipel, a promis dimanche d’accroître son aide. Le ministre australien des Affaires étrangères Bob Carr s’est rendu dans l’archipel.

Les Salomon sont situées sur la Ceinture de feu du Pacifique, où se heurtent des plaques tectoniques provoquant une intense activité sismique et volcanique.

Constitué de 992 îles et îlots, cet archipel du Commonwealth compte un peu moins de 600.000 habitants vivant essentiellement de la pêche, de l’extraction minière et de l’exploitation forestière.

Source: Romandie

2 commentaires

  • Eagleeyes Eagleeyes

    Le Vanuatu n’est pas loin des îles Santa Cruz et ce 9 février un bulletin d’alerte vient d’être émis par l’Agence Géorisques Vanuatu. Il fait suite à deux faits nouveaux, l’apparition d’une flaque de boue sur le flanc du Lombenden et par une évaporation importante du lac Vui. Selon des témoignages d’habitants voisins au lac, il y a depuis décembre dernier, une activité anormale. Des mesures ont révélé une augmentation des émissions de SO² entre le 18 et le 25 janvier, ce qui n’a pas contraint les autorités à relever le niveau d’alerte, depuis lors. Suite à l’important séisme du 6 février aux Santa Cruz, on observe depuis, une hausse sensible de l’activité au Lac Vui mais aussi sur Voui Manaro.

  • criminalita

    Ce matin tout semble calme, sur la carte des tremblements serait ce le calme avant la tempête?