Rimsha, accusée de blasphème, a été blanchie

Suite et fin (heureuse) de cette histoire qui a commencé en aout. La petite adolescente handicapée mentale de 14 ans qui au Pakistan était accusée d’avoir brulé le Coran a été blanchie et libérée. Il y a quand même de bonnes nouvelles…

Rimsha, accusée de blasphème, a été blanchie

Rimsha vit désormais sous bonne garde. Lors de sa sortie de prison (photo), elle a dû partir en hélicoptère vers une destination tenue secrète. | Photo Stringer Pakistan / Reuters

Au Pakistan, une adolescente chrétienne mise en examen pour blasphème a vu ce mardi matin les charges à son encontre abandonnées. L’imam suspecté de l’avoir accusée à tort a été libéré sous caution le mois dernier.

Rimsha est officiellement blanchie. La justice pakistanaise a décidé d’abandonner toutes les charges à l’encontre de cette jeune Pakistanaise chrétienne, accusée d’avoir brûlé des pages du Coran. Elle aurait pu encourir la peine de mort si elle avait été reconnue coupable de ces faits. Son avocat Tahir Naveed a expliqué que la Haute cour d’Islamabad avait pris cette décision car aucun témoin n’a vu Rimsha brûler ces pages. Elle avait été libérée en septembre dernier sous caution, après trois semaines passées en prison, et son affaire avait été transférée vers un tribunal pour les mineurs. Âgée de 14 ans, elle avait été interpellée à la mi-août après avoir été dénoncée par des voisins de son village près d’Islamabad. Ils avaient affirmé l’avoir vue brûler des pages du livre saint de l’islam. Or, début septembre, un imam a été interpellé puis incarcéré, soupçonné d’avoir fomenté ces accusations contre la jeune chrétienne.

D’après plusieurs témoignages, il aurait lui-même déchiré et brûlé ces feuilles dans le but de provoquer un tollé contre la communauté chrétienne du village et les contraindre à déménager. Il est désormais à son tour accusé de blasphème et encourt la peine de mort pour ce crime, mais a été libéré sous caution le 12 octobre. Le montant de sa caution, 200 000 roupies, est de moitié inférieur à celui de la jeune fille, qui s’élevait à 500 000 roupies, soit 4200 euros. La liberté a été accordée à l’imam car trois des quatre témoins qui l’accusaient se sont rétractés, affirmant que la police les avait incités à donner de telles informations, explique le journal pakistanais «The Express Tribune». Son avocat plaide la relaxe car il affirme qu’il n’existe aucune preuve à l’encontre de son client, qui est toujours dans l’attente d’un jugement.

Malgré les menaces, Rimsha veut rester au Pakistan

On sait peu de choses sur Rimsha Masih. Issue d’une famille chrétienne, elle a 14 ans et souffrirait de troubles mentaux, certains parlant de trisomie 21, selon «The Express Tribune». A sa libération, l’adolescente, accompagnée de sa famille, avait été emmenée vers un endroit tenu secret car les services de police craignaient pour sa vie. Certains Pakistanais convaincus de sa culpabilité auraient pu vouloir se venger. Dans une interview accordée à CNN, elle niait avoir brûlé des pages du Coran et disait avoir peur «de quelqu’un qui pourrait [les] tuer». Et, malgré les propositions de plusieurs associations aux Etats-Unis, en Italie et au Canada, la famille Masih compte rester au Pakistan.

Article complet: Paris Match