Qui seront les derniers habitants de la Terre ?…

On sait que c’est inéluctable, mais inutile de hâter l’échéance par notre inconscience. Le Soleil nous « avalera » un jour, au train où nous « avalons » les ressources et détruisons notre environnement, il ne restera plus grand monde pour assister à  ce lointain évènement…

Il y a ceux qui croient la fin du monde proche et attendent le 21 décembre dans la longue tradition des annonceurs d’apocalypse qui, de mémoire d’homme, se sont tous trompés…

Et il y a ceux qui se disent que la vie sur Terre en a pour plus longtemps que cela. Suite à mon billet du 31 octobre, intitulé « Une planète avalée par son étoile peut-elle survivre ? », plusieurs lecteurs se sont interrogés non pas tant sur le jour de la disparition physique de notre planète, qui sera probablement engloutie dans un Soleil métamorphosé en géante rouge, mais sur l’époque à laquelle la vie y prendra fin.  

En effet, comme certains l’ont bien noté dans les commentaires, la luminosité croissante de notre étoile vieillissante se traduira, bien avant la phase « géante rouge » par une hausse inéluctable de la température terrestre, ce qui enclenchera une série de mécanismes fatals pour les organismes vivants, comme par exemple l’évaporation des océans.

D’où la question : qui seront les derniers habitants de la Terre et combien de temps résisteront-ils ?

Le sujet est passionnant, qui mêle astronomie, géophysique et biologie. Dans un article à paraître dans l’International Journal of Astrobiology, une équipe britannique fait l’ébauche d’un scénario au long cours.

Partons donc du Soleil, car si c’est lui qui a permis à la vie de s’épanouir sur Terre en lui donnant de l’énergie, c’est aussi lui qui sera responsable de sa disparition. Parce que, d’une manière un peu ironique, il lui donnera bientôt trop d’énergie.

En vieillissant, le coeur de notre étoile, déjà très chaud, monte en température. Précisons d’emblée que cela n’a aucun lien avec le réchauffement climatique puisque l’augmentation de la luminosité solaire est un phénomène très lent.

On estime ainsi qu’à l’origine, il y a 4,5 milliards d’années, la luminosité du Soleil était égale à 70 % de sa valeur actuelle. Soit une hausse de 8 % par milliard d’années. Il faudra donc attendre des dizaines de millions d’années, voire davantage, pour que le phénomène décrit plus haut commence à jouer de manière significative sur les températures terrestres.

Ce réchauffement aura plusieurs conséquences, notamment une plus grande évaporation de l’eau présente à la surface de la planète et une augmentation de l’effet de serre (la vapeur d’eau est un gaz à effet de serre).

Dans un milliard d’années, l’évaporation rapide des océans sera en marche. Le phénomène aura pour corollaire le grippage de la tectonique des plaques car c’est l’eau des océans qui sert de lubrifiant dans le glissement des plaques les unes par rapport aux autres.

Or ces mouvements tiennent un rôle important dans le cycle du carbone sur Terre : les roches qui y sont englouties libèrent leur carbone, lequel remonte à la surface sous la forme de CO2 via le volcanisme.

On pourrait se dire que le ralentissement de ce cycle est une bonne chose puisque le dioxyde de carbone est aussi un gaz à effet de serre. Mais ce serait oublier qu’il s’agit surtout du… carburant de la photosynthèse des plantes, qui est le mécanisme essentiel par lequel l’énergie du Soleil est transmise à bon nombre d’êtres vivants.

C’est donc par la disparition progressive des plantes que commencera le chant du cygne de la vie sur Terre.

De moins en moins de végétaux, cela signifie évidemment une démolition de la chaîne alimentaire – puisque les plantes en sont la base dans la plupart des écosystèmes – mais aussi une asphyxie à prévoir pour les animaux, avec une production d’oxygène quasiment en panne (le phytoplancton, les micro-algues et les cyanobactéries devraient continuer à produire pendant 100 millions d’années).

On s’aperçoit ainsi qu’à partir d’un simple surplus d’énergie solaire, c’est toute la composition de l’atmosphère qui est chamboulée. Qui seront les premières victimes de cette pénurie d’aliments et d’oxygène ?

Les animaux à sang chaud et en premier lieu les mammifères. Même si les vertébrés ectothermes présentent une meilleure tolérance à la chaleur, leur résistance ne devrait pas durer très longtemps non plus. Ainsi, les amphibiens et les poissons d’eau douce auront du mal à survivre aux pénuries croissantes d’eau. Chez de nombreux reptiles, un autre phénomène entrera en ligne de compte car c’est la température lors de l’incubation qui détermine souvent le sexe des embryons.

On comprend aisément que si tous les individus naissent avec le même sexe, la perpétuation des espèces ne soit plus garantie… Chez les animaux, les invertébrés seront donc probablement les plus résistants – on connaît par exemple des espèces de coléoptères qui parviennent à vivre par plus de 50°C.

Il est néanmoins fort probable que les champions de la survie sur une Terre stérile et sans océans ne seront pas des organismes pluricellulaires. Apparus les derniers, ils partiront les premiers, complexité rimant dans leur cas avec fragilité. Bactéries et archées, qui les ont précédés, ont toutes les qualités pour durer plus longtemps, notamment une grande capacité d’adaptation et de survie dans un environnement physique et chimique hostile pour des organismes tels que les mammifères.
(…)

 

Pour lire la suite, cliquer ICI

 

Un article de Pierre Barthélémy, publié par passeurdesciences.blog.lemonde.fr et relayé par SOS-planete

 

11 commentaires

  • Lilith Lilith

    les bacteries surviveront elles sont à l’origine de toutes vie son présentent partout même sur d’autres planète et comète.enfin c’est la science qui le dit maintenant si la planete explose elle se retrouverons forcement éparpillées dans le cosmos et peut-être que le miracle de la vie reprendra ailleur.

  • Eagleeyes Eagleeyes

    Ce n’est pas une critique, loin de là. Mais certains points me paraissent plutôt incohérents. Il semblerait que le contenu de cet article est resté figé dans le temps ne tenant pas compte des récentes découvertes.

    En premier lieu il y a un amalgame indu entre luminosité et chaleur solaire.

    Il va de soi que notre planète ait connu des périodes de froidures et de chaleurs plus importantes à certaines époques que d’autres. D’où, dire que le soleil brillait moins est absurde vu que la végétation était très abondante et qui plus est relativement élevée et ce depuis le début, en témoigne l’abondance d’énergie fossile. Par contre, ce qui n’est pas explicable, du moins pour l’instant, c’est le fait qu’avant 2,3 milliard, a lieu une super glaciation à cause d’une activité volcanique très intense, effet de serre diminué et occultation de la luminosité solaire par la suspension de poussières et de cendres dans l’atmosphère. Et qu’après, entre 2.3 milliard et 950 millions d’années d’ici le temps était chaud et sec, absence de glace et ce malgré une opacité de l’atmosphère toujours présente et un faible effet de serre, cela reste une énigme. C’en suivra entre 950 et 570 millions d’années, 3glaciations successives d’une durée approximative chacune de 100 million d’années. La cause serait due à une obliquité élevée de l’écliptique.

    Comment peut-on dire avec une telle certitude, que l’augmentation de la température de notre étoile, sera constante et progressive. D’un autre côté, les particules composant les éruptions solaires peuvent engendrer des mutations génétiques et ainsi interférer dans le processus de sélection naturelle des espèces, et ce, y compris les humains.

    Donc rien ne peut justifier, de 1, que le soleil ne soit en train d’augmenter de chaleur et surtout de manière exponentielle dans le temps et de 2, qu’en plus, une ou plusieurs espèces pourraient survivre à une désertification de la planète.

  • pokefric pokefric

    En même temps, une méga cme sur nos centrales nucléaires et c’est l’apocalypse pour tous…

    • yael

      mon petit doigt me dit que la gueguerre va commencer…

      • rouletabille rouletabille

        hollande a laisser tomber son fromage,les corbeaux (fabius et l’autre philanthrope H Levy sont HEUREUX)le payement des troufions seras payés ..

      • rouletabille rouletabille

        ouch,les troufions seront payés voulait dire ,moi quand j’ai dis que je ne ferais pas la guerre,l’instructeur m’a répondus «  »Quand vous resterez à la maison et que les autres partirons ,c’est leurs parents qui viendront vous chercher » »
        Pas con l’ancien.
        Défendre la patrie est devenus crever sous les dettes.

  • angiza

    Mais enfin mes amis, dans un milliard d’années, si nous ne nous sommes pas autodétruits, of course, nous aurons atteint un tel niveau de développement que : soit nous nous serons déjà barrés très très loin, soit nous saurons réguler notre soleil, soit nous saurons reculer notre planète pour eviter la surchauffe, soit . . . . je laisse votre imagination travailler !!!

    • rouletabille rouletabille

      bravo angiza,c’est ce que nous avons déja fait et c’est pour cela que des Millions d’Années en + ne servirons à rien car il y a un BUG dans le programme et il est voulus.

  • pokefric pokefric

    Israël prépare la guerre !
    ALERTE – Nétanyahou: Israël « prêt à étendre l’opération » à Gaza !

    Les manifs s’amplifient en Europe contre les banquiers,gageons qu’ils soient tous pendus haut et court et le plus vite possible!

    • pokefric pokefric

      ALERTE – Israël a ouvert les portes de l’enfer en tuant Jaabari

      GAZA (Territoires palestiniens) – La branche armée du Hamas a promis mercredi une riposte massive à Israël pour l’assassinat de son chef Ahmad Jaabari, affirmant dans un communiqué qu’il avait ouvert les portes de l’enfer.

      Les Brigades Ezzedine al-Qassam déclarent porter le deuil d’un de leurs principaux chefs, Ahmad Jaabari, et s’engagent à continuer sur le chemin de la résistance, selon le texte, assurant que l’occupant a ouvert sur lui-même les portes de l’enfer.

      AFP