Guinée-Conakry : la directrice nationale du Trésor public assassinée

 

Vous avez dit stratégie du chaos ? Cela y ressemble encore bigrement ….

En tout état de cause, la directrice nationale du Trésor public de Guinée, Aïssatou Boiro, a été assassinée vendredi soir par des inconnus dans un quartier résidentiel de Conakry. C’est en effet ce qu’ont indiqué samedi 10 novembre des sources proches de sa famille et le ministère du Budget auquel elle était rattachée.

L’assassinat par balle, par en homme en uniforme de l’armée guinéenne, s’est produit vers 21H00 (locales et GMT) dans le quartier chic de Kipé alors que Mme Boiro revenait du ministère du Budget.
Simple coïncidence ? En mars dernier, le ministre des mines et de la géologie de Guinée, Mohamed Lamine Fofana avait indiqué – après le premier forage effectué par une société américaine – que des hydrocarbures avaient été identifiés dans un bassin et que le pétrole existait effectivement dans l’offshore guinéen. Un constat permettant au ministre d’affirmer que la capacité productive de la concession guinéenne pouvait être augmentée.
Ce dernier ajoutant toutefois que le coût total du seul puits était d’environ 122 millions de dollars en raison de 1 million par jour».

C’est en octobre 2011 que la société Hyperdynamics Corporation a lancé son premier forage pétrolier dans les eaux de Guinée-Conakry.

Le fameux puits tant attendu, qui devrait permettra à la Guinée d’intégrer le cercle des nations productrices de pétrole, a été creusé par le géant « Jasper Explorer ».
Après une première tentative sans lendemain sous la première République en 1977, tous les yeux demeuraient alors rivés sur les résultats de cette nouvelle exploration.
En mars 2010, après trois ans de conflit la Guinée et la compagnie pétrolière américaine avaient pu enfin aboutir à une solution.
Un avenant avait été signé le 25 mars 2010 à Conakry par le ministre guinéen de Mines et de la Géologie, le ministre d l’Economie et des Finances et le PDG d’Hyperdynamics, Ray Leonard.
Selon les termes de cet avenant, la société pétrolière texane, Hyperdynamics, devrait désormais disposer de 30% (environ 24 000 km²) de la superficie offshore de la Guinée, contre la totalité des 80 000 km², que lui conférait la convention de partage d’hydrocarbures signé en septembre 2006.
Elle est ensuite placée dans l’obligation de restituer 25% de sa nouvelle superficie en septembre 2013, soit au terme de la seconde phase d’exploration ….
L’affaire vaut bien plus qu’un fromage sans doute …

Source: Le blog finance