De plus en plus d’antivols sur l’alimentation

Merci à Franck M. pour le lien.

Parmi les produits les plus dérobés, le fromage enregistre un taux de 3,90%, devant les confiseries (2,45%), la viande fraîche (2,35%) et le poisson (2,70%).
Parmi les produits les plus dérobés, le fromage enregistre un taux de 3,90%, devant les confiseries (2,45%), la viande fraîche (2,35%) et le poisson (2,70%). Crédits photo : PHILIPPE HUGUEN/AFP

Les clients d’un magasin lillois se sont offusqués de voir des antivols sur des paquets de viande. Si cette pratique est assez rare dans la grande distribution française, elle tend à se développer.

Des clients d’un magasin Match ont découvert stupéfaits des antivols sous forme de macaron sur des emballages de viande de la marque Charal. Entre la baisse du pouvoir d’achat et la crise, le vol de denrées alimentaires augmente dans les magasins. La grande distribution se mettrait-elle à protéger ses rayons?

Le sujet est délicat. Il s’agit de nourriture et non d’articles high-tech ou de cosmétique. D’ailleurs, les grandes enseignes n’aiment pas en parler. Contactés par lefigaro.fr, les magasins Auchan et Leclerc n’ont pas souhaité s’exprimer. «Nous ne sommes pas habitués à communiquer là-dessus», prévient-on chez Leclerc. En revanche, Carrefour assure qu’il ne met «aucun produit alimentaire sous antivol», tout comme dans les magasins Dia, le spécialiste du hard discount, au motif que l’enseigne «pratique des prix très bas».

Les magasins s’équipent plus

Pourtant, «il y a des étiquettes antivol disposées sur quelques produits de grandes valeurs comme la viande, le foie gras et le saumon fumé à l’approche des fêtes», explique Cédric Brossard, responsable marketing chez Checkpoint, une entreprise spécialisée dans la sécurité des magasins et la prévention du vol. Plusieurs autres fournisseurs d’équipements de sécurité affirment même vendre de plus en plus d’étiquettes antivol à destination des rayons alimentaires.

C’est le cas de la société S.Detect, expert en systèmes antivol de magasin, implantée à Lille. «Avec la crise, on voit de plus en plus de vols de produits de première nécessité et les supermarchés commencent à s’équiper», déclare Philippe Saragaco, le gérant de l’entreprise qui compte parmi ses clients Carrefour, Match, Intermarché et Leclerc.

Même constat pour Philippe Lefèvre, directeur commercial chez Antivol Système EAS, qui enregistre une «demande importante» des supérettes et magasins de petite surface. «On protège surtout de la viande vendue à la découpe en disposant une étiquette antivol directement sur l’emballage», explique-t-il. De son côté, Alban Perreul, gérant d’Advanced Electronic System, vend surtout des antivols pour des produits surgelés. «On a aussi de nouveaux clients, les magasins bio se mettent aussi à protéger leurs articles alimentaires.»

Aucun chiffre sur les vols de denrées alimentaires en France

Mais difficile de trouver des chiffres concernant le montant et la quantité totale de produits alimentaires volés chaque année. Ce qui est certain, «c’est que le vol s’est professionnalisé», constate Elias Nahra, président de Triomphe Sécurité, une société de surveillance humaine. Papier cellophane dans les sacs pour passer en toute discrétion au niveau des portiques, produits dissimulés sous les vêtements. «J’ai déjà vu de la viande hachée dans des chaussettes», détaille-t-il.

Les derniers chiffres indiquent que le taux de démarque inconnue (variation entre le chiffre d’affaires constaté à la fin de l’année et le chiffre d’affaires théorique) a augmenté de 2,9% en France entre 2010 et 2011, d’après le baromètre du vol réalisé depuis cinq ans par le Centre de recherche de distribution. Parmi les produits les plus dérobés, le fromage enregistre un taux supérieur à la moyenne (3,90%), devant les confiseries (2,45%), la viande fraîche (2,35%) et le poisson (2,70%). Dans d’autres rayons, les produits de rasage, les cosmétiques et les vêtements restent très convoités.

«Besoin de voler»

Au Secours populaire, on reste sensible au sujet. «Je ne cherche pas à les excuser mais il y a des gens qui ne mangent pas à leur faim», rappelle Vincent Lauprêtre, le président de l’association. «Nous avons distribué 181 millions de repas rien qu’en 2011 et aidé 2,5 millions de personnes, dont 150.000 jeunes», poursuit-il. «Il y a un réel problème d’alimentation en France.»

Sortie des études, Lucie*, 23 ans, n’a jamais eu à se rendre au Secours populaire mais admet avoir eu «besoin de voler» pendant les trois dernières années passées à Paris. «Jambon, tarte salée, cordons bleus. C’était des trucs plats, faciles à oublier au fond du panier», raconte l’ancienne étudiante. «Je voyais les prix augmenter, mon budget se resserrait… Et puis je n’avais aucun scrupule car c’était des grandes surfaces qui se faisaient des grosses marges.» Depuis quelques mois, Lucie touche un salaire. «J’ai donc arrêté mais je ne regrette pas ce que j’ai fait.»

*Le prénom a été changé

Source: Le Figaro

14 commentaires

  • scinfaxi1337

    encore un signe que tout va très bien que la crise es derrière nous et que les oiseaux chantent

  • Wolf-Spirit Wolf-Spirit

    je propose un truc aux familles qui effectivement n’arrive pas à manger à leur faim…. regrouper vous et faites et coup à 20 ou 30 genre go fast chez carrefour leclerc super u……
    avec une parie qui prend rien mais qui bloque les vigiles en clamant des slogans genres grandes surface voleur …..leurs vigiles pourront pas faire grand chose et pendant ce temps les autres detalent avec la bouffe…. le temps que les flics arrivent il seront loin et pas simple de poursuivre ceux qui n’ont rien volé les vigiles n’étant pas assermenté

    • furet

      Bah ! pas la peine, allez le soir dans les bennes du super marché vous y trouverez de quoi manger. Je connais des tas de gens qui font çà, ils y trouvent même des bouteilles d’alcool !!

  • bas un sachet de fromage rapé à 3.66€, y’a de quoi devenir dingue, eh oh, c’est du fromage rapé, c’est pas un truc rare ni difficile à faire, et le lait n’a pas eu une énorme augmentation qui mériterait de pareil prix.

    Je n’en mange plus car vu ce prix, je préfère encore acheter du sucre de canne aler eco ou du riz, là on en a pour son argent.

  • yael

    Faut pas qu’il oublit de mettre des antivols sur les caddies aussi lol Les antivols sur les oeufs ça va être tendu je pense…

  • sebzero83

    là on parle de voler de la bouffe quand même, messieurs dames des grandes enseignes…je sais que ça reste illégale, mais il suffirait certainement de baisser les tarifs pour améliorer le problème ? Ah mais c’est certainement plus rentable de mettre des antivols…Ah ces pauvres qui vous volent ces quelques euros qui ne viendront pas grossir les milliards de bénéfices de cette année…

  • Wolf-Spirit Wolf-Spirit

    les premiers voleurs sont la grande distri. Ils raquettent à tout les niveaux et ne sont jamais inquiété juridiquement. pour y avoir travaillé je connais très bien leur état d’esprit. Quand un voleur se fait volé j’appelle ça de la justice

  • lucyskywalker

    Bientôt on mettra un antivol sur les pauvres. Tu passeras au supermarché, comme quand tu entres dans le sas de ta banque, en passant ta carte de crédit dans le lecteur et si par d’argent, pas d’entrée ! Ca évitera la fauche.

  • rouletabille rouletabille

    la TSA et la fouille anale pour bientot,30 % des Amerloques sont ok alors bientot en France et en Belgique ?