Les candidats à la présidentielle oublient l’essentiel : la réforme de la BCE…

Dans l’art de l’enfumage ils ne craignent personne, on soulève le tapis et on y met les sujets qui dérangent……Le Pays ne pourra pas continuer à emprunter indéfiniment………

img/Reuters

 Si le futur président français ne réforme pas le statut de la Banque centrale européenne, qui l’empêche actuellement de prêter directement aux États, la zone euro court à la catastrophe.

Cette campagne électorale est décevante. Elle pourrait se situer sur une autre planète ou à une autre époque. La crise monétaire est devant nous mais d’après les candidats « mainstream », elle semblerait finie. Rien à signaler. Français, dans la continuité, tout ira pour le mieux, nous vous le promettons !

La rupture des patentés du système est fait dans la même veine. Il suffirait de suivre les recettes de Lénine pour avoir, au lieu du Goulag, une France riche et prospère ; ou bien : sortons de l’euro et grâce à la monnaie nationale retrouvée avec ses dévaluations compétitives, la France, au lieu de s’appauvrir, s’enrichira ! Français, avec la rupture, tout ira pour le mieux, nous vous le promettons ! 

La crise monétaire, avec ses conséquences économiques, est pourtant devant nous et ceci en raison du Traité européen et plus particulièrement du statut de la Banque centrale européenne !

Dire la vérité, c’est d’abord parler aux Français de la Banque centrale européenne. Il faut la réformer, c’est une question de survie de la zone euro. Aucun des candidats majeurs – qui soutiennent pourtant l’euro – ne le dit. Pourtant, sans cette réforme, la zone euro éclatera, il faudra reprendre notre souveraineté monétaire par nécessité et retrouver, sans doute, nos monnaies nationales.

1000 milliards ont été donnés récemment aux banques en liquidités par des opérations de refinancement de la Banque centrale européenne. Il s’agit d’une création monétaire où en contrepartie d’un actif, dont la valeur n’est souvent pas définie par le marché (autrement dit cet actif ne trouverait, sans doute, pas preneur à un quelconque prix de marché), après lui avoir attribué une décote par rapport à son prix, dès lors totalement aléatoire, la BCE donne du nouvel argent aux banques, de la liquidité à 1% pour 3 ans et plus car le repo (ou opération de refinancement) peut être reconduit pour l’éternité si on considère que dans 3 ans, les banques seront encore en plus mauvais état en raison de la récession orchestrée par la rigueur.

Aucun candidat du second tour, même celui qui veut s’en prendre à la Finance avec un grand F, ne s’étonne de cette opération consistant à donner des actifs pourris à la Banque des États pour avoir de l’argent à 1% et le reprêter aux États à 3 ou 6% (contrat moral) ou, de fait, pour spéculer sur les produits dérivés, produits qui devaient être supprimés, rappelez-vous, pour enrayer toute nouvelle crise. Avec ces montants de création de fausse monnaie, nous aurions pu acheter et annuler toute la dette de la Grèce et du Portugal (500 milliards), il resterait encore 500 milliards pour créer de la vraie monnaie – de la monnaie en contrepartie de vraies richesses – par des investissements rentables nécessaires à l’équilibre de la balance des paiements des pays du Sud. Nous serions sortis de la crise par une véritable réponse à la crise……[…]

Lire la suite

Auteur Jean-Luc Schaffhauser

Source Atlantico

7 commentaires

  • hopix

    CQFD :yes:
    Je me permets d’y ajouter quelque citation du même article, page 2 :

    « S’il y avait bien une urgence à modifier le Traité, ce n’était ni pour la règle d’or, ni pour le MES mais pour modifier le statut allemand de la BCE.
    Ainsi, pour que Madame Merkel puisse dire que la BCE ne prête pas aux États, la BCE prête aux banques avec l’espoir que les banques daignent acheter de la dette aux États en difficulté.  » (…) 

    « En effet, les banques seraient bien folles de se mettre encore plus en difficulté avec la dette des pays du Sud qui pourrait se renégocier à la grecque à l’avenir – encore merci aussi pour cela Frau Merkel, vous avez tout faux dans la chute de l’euro et de l’Europe car c’est vous qui avez également construit cet aléa de marché qui a ainsi propagé la crise de la dette à l’Espagne et à l’Italie  : elles prennent les facilités de la BCE pour aller spéculer ailleurs en oubliant d’investir dans une économie désormais en récession. Leur attitude est logique. » (…)

    « Quel candidat s’engagera à une véritable réforme de la BCE en créant le rapport de force avec les autres pays du Sud et en disant à l’Allemagne : « soit vous l’acceptez, soit nous sortirons de l’euro ». C’est la seule manière de sauver encore l’euro, sauver l’euro c’est le sortir de l’euro-DM… » 

    • lola

      C’est exactement ce que propose Mélenchon, extrait du discours de Toulouse : « La France proposera une refonte des missions et des statuts de la BCE, qui doit être mise sous contrôle démocratique pour lui permettre de pouvoir prêter à taux faibles, voire nuls, directement aux États, et d’acheter des titres de la dette publique sur le marché monétaire pour promouvoir l’emploi, la formation et les services publics, en ayant pour objectif de répondre aux besoins humains et à ceux de la planète ».
       
      « Conformément au mandat qui nous aura été donné par le peuple français pour mettre en place une politique de gauche dans notre pays, nous refuserons d’appliquer des directives contradictoires à nos engagements ».
       
      « Notre désobéissance fera tache d’huile dans l’Union et dans la zone euro. Elle sera un appui pour les pays dévastés par les plans de rigueur (Grèce, Portugal, Espagne, etc.). À terme, notre objectif est de briser le bloc libéral au sein de l’UE et de pousser à la négociation d’un nouveau traité. Il faut sortir du pessimisme et de la soumission à la technocratie européenne. La France, en tant que pays fondateur de l’Union européenne, a les capacités de la transformer si elle conjugue action souveraine et bataille d’opinion européenne. Loin d’être isolés, nous en sortirons renforcés dans une Europe actuellement dominée par l’ultralibéralisme et le monétarisme promus de longue date par les gouvernements britannique et allemand »

      • babs

        ah ah ah, merci Melenchon …
        il dénonce ca pour ensuite voter Hollande …
        m d r,
        non, rien de rien, non, je ne garderai rien …
         

      • lola

        Mais voyons Babs, Mélenchon sera au second tour, et si ce n’est pas le cas alors le FDG votera contre Sarko et ne participera pas au Gouvernement PS… où est l’illogisme dans tout ça ??

      • lola

        Que de haine dans vos propos Felipe, vous devez vraiment souffrir, je vous plaints !

      • Delaude

        Laisse tomber, lola ! Tu pourrais mettre tout les textes du programme du FDG, tout les discours bout à bout qui viennent contredire les tenants de MLP ils sont tellement dans leurs émotions, qu’ils ne peuvent pas entendre…  Pour eux JLM est la bête immonde à abattre, et c’est d’ailleurs très exactement ce dont ils se plaignent par rapport à MLP…
        Comme quoi, la lucidité, ça marche pour les autres beaucoup mieux que pour soi-même…
        Laisse… Crois en ton idéal. Tout idéal est un pari. A chacun le sien. Il n’y a rien à rajouter à cela… Nous verrons bien dans quelques jours ce qui motive le mieux les français…
        Et même si nous perdons, ce n’est pas grave. Nous continuerons et serons dans la rue pour soutenir le peuple lorsqu’il sera écrasé par le rouleau compresseur annoncé…
        Ce qui est important, ce n’est pas de gagner à tout prix, c’est de rester cohérent avec soi-même pour n’avoir rien à regretter de sa vie…..