Chassez les pesticides au jardin….

Dans le cadre de la Semaine sans pesticides, un expert livre ses conseils pour faire pousser platebandes et balcons au naturel…

Aux orties les insecticides, désherbants ou engrais chimiques. « Ce sont des poisons en vente libre », assure Jean-Marc Jaegler, formateur chez Botanic, une chaîne de jardinerie qui ne vend plus ces produits depuis 2008. A l’occasion de la Semaine sans pesticides, organisée du 20 au 30 mars, cet expert nous donne ses conseils pour jardiner au naturel. Bonne nouvelle : si certains gestes semblent contraignants, « quand on comprend le système, c’est moins de travail ».

• Soignez la terre
« Pour que la partie visible de la plante soit belle, la partie inférieure doit se développer correctement. » La terre est primordiale, en quantité – même en pot, un plant de tomate doit avoir au minimum 30 cm de profondeur – et en qualité. Investissez dans un terreau haut de gamme contenant de la tourbe ou du compost. Ensuite, aérez avec une fourche écologique, sans retournez la terre, et n’arrosez pas trop, pour éviter les champignons.

• Soyez patients
« Si la terre n’est pas réchauffée, les graines pousseront lentement, seront plus faibles et attireront les pucerons ou les cochenilles. » Renseignez-vous sur les bonnes période pour chaque variété. Pour les radis, persil et carottes, c’est maintenant, mais les tomates ou le basilic attendront mai.

• Oubliez le désherbage
Pour éviter les herbes folles, paillez le sol avec des copeaux de bois, des herbes coupées ou des feuilles mortes (sauf le noyer, stérilisant). Tondre haut la pelouse, entre 6 et 7 cm, débarrasse de 80% des mauvaises herbes. Pour le reste, travaillez à la main ou au désherbeur thermique, mais n’oubliez pas : « Le jardin, ce n’est pas forcément un espace net comme l’intérieur des maisons. »

• Laissez faire les animaux
Contre les pucerons, les limaces ou les insectes indésirables, les meilleurs alliés sont les petits animaux du jardin. « Gardez un coin en fouillis ou un tas de branches qui abritera un hérisson ou des oiseaux. » Pensez à mélanger les types de plantes, pour ne pas attirer les ravageurs au même endroit : du persil au pied des rosiers, des fleurs dans le potager… et en plus, c’est joli.

Pour aller plus loin :
– Les dangers des pesticides ne s’arrêtent pas au jardin. Plus d’informations sur le site de la Semaine pour une alternative aux pesticides.
– Vous voulez partager vos astuces écolos au jardin ? Un concours Jardiner Autrement, ouvert jusqu’au 2 avril, récompense les meilleures pratiques par des week-end au vert et des livres de jardinage.

Auteur rédaction MétroFrance vu sur TerreSacrée

Voir aussi;

10 commentaires

  • LLATH

    Tel Candide, nous semblons effectuer, à l’échelle individuelle & collective, un long parcours pour s’apercevoir que nous rendons les choses bien compliquées et que beaucoup de ‘Choses’ sont déjà en et autour de nous….
     
    Tout cela pour peut-être simplement apprendre à se poser et à ‘Voir’…
     
    Des conseils de jardinage pétris de bon sens qu’il ne reste plus qu’à appliquer à notre monde politique et à ses (Super)Mario(n)nettistes sous-jacents pour infléchir leurs chemine-ments  ‘inter-minables’….Un peu moins de savoir ‘l’ivresse-queue’ (c’est grisant, le pouvoir…) aux partitions et autres con-séquences ‘l’ivraiesques’, voire à la lie.
     
    Enfin, un peu plus ‘d’humus-lité’ pour régénérer ce terrain et ses errements dia, para, sym(saint?) et hyper’boliques’ pour ne pas dire coliques et autres diarrhées oratoires qu’on ne cesse d’épandre en bon lisier sur les campagnes électorales.
     
    Toutes ces dérives et foulosophies pangéennes et panglossiennes pour mieux nous mener en ‘bâts-hauts’ au ‘nom’ du fameux ‘droit d’ânesse’? Pour changer de Cap(italisme), un autre ‘Safran-chir’ est requis, quitte à encourir l’éternel ‘âne à thème’ de nos têtes ‘panses-hantes’ (et manifestement pas encore repues, pour le plus grand ‘bien’ de nos ‘satiétés modernes’…)
     
    Cela pourrait sembler étrange de tenir ce propos pour cet article, cela m’est venu subitement…Après tout, nos ‘sottes-ciétés’ font partie du Monde, même si elles font mine de l’ignorer et il est peut-être temps que certains cycles de notre Nature (à commencer par celle véritablement Humaine) s’y déroulent…
     
    :panda:
     
     

  • Tex

    Et aussi, laissez des orties dans un coin de votre jardin, elles ont plein de vertus!!

    Adaptogène
    Elle régularise les fonctions vitales en améliorant le fonctionnement général de l’organisme, stimule les défenses immunitaires et améliore la résistance physique. Ce qui en fait une plante particulièrement intéressante pour les sportifs, les travailleurs manuels et les personnes âgées.

     

    Dépurative
    L’ortie possède une extraordinaire capacité à éliminer les toxines accumulées dans l’organisme : urée, ions chlore et acide urique. Ceci grace à ses propriétés diurétiques.

     

    Diurétique
    L’ortie augmente le débit urinaire au début du traitement (urines + foncées), mais son utilisation exige de boire des quantités d’eau importantes pour ménager la fonction rénale.

     

    Anti-rhumatismale, anti-goutteuse
    Grace à ses propriétés dépuratives et reminéralisantes, l’ortie améliore la fonction des articulations en chassant les dépôts métaboliques et en améliorant la qualité des cartilages, grâce à sa richesse en silice.

     

    Anti-anémique
    L’ortie constitue l’un des meilleurs remèdes naturels pour prévenir l’anémie. Du reste, le fer contenu en abondance dans la chlorophylle de ses feuilles est particulièrement assimilable.

     

    Anti-scorbutique
    L’ortie a été utilisée au XIXème siècle contre le scorbut. Les peaux rouges l’utilisaient du reste pour cet usage. Sa richesse en vitamine C plaide tout à fait dans ce sens.

     

    Hémostatique, anti-hémorragique
    De nombreux témoignages comme ceux de Cazin et du Dr Henri Leclerc confirment les remarquables propriétés hémostatiques du jus d’ortie fraîche efficace à forte dose (un verre matin et soir), aussi bien en hémorragie externe qu’interne.

     

    Galactogène (feuilles et graines)

    Propriété largement constatée chez les nourrices et utilisée dans plusieurs spécialités vétérinaires.

    Emménagogue (racine)
    Tout comme elle a la propriété de régulariser les urines et les selles, l’ortie provoque les règles en cas d’absence et les diminue en cas d’excès. C’est vraiment la plante de l’équilibre.

     

    Anti-allergique, anti-histaminique
    Bien qu’allergisante par son pollen, l’ortie possède des propriétés anti-histaminiques utiles en cas d’allergie, en cure de longue durée. On peut même fumer de l’ortie lors des crises d’asthme.

     

    Aphrodisiaque (graines)
    Les graines d’ortie à membranes (Urtica membranacea) sont réputées comme les plus aphrodisiaques.

     

    Alcalinisante
    Aide à restaurer l’équilibre acido-basique, mis à mal par l’alimentation moderne très acidifiante (trop de sucre, de viande, d’alcool et pas assez de fruits et légumes).

     

    Reminéralisante

    Par sa richesse en minéraux (calcium, magnésium, zinc, fer…), l’ortie constitue l’une des meilleures plantes reminéralisantes de notre pharmacopée. A utiliser en tisane le matin en cure de longue durée, ou en gélules à forte dose (pratique, mais plus coûteux).
     

    Tonique-astringent

    Sans être excitante, l’ortie tonifie les différentes fonctions de l’organisme. On peut dire qu’elle contribue à restaurer en douceur, en particulier le système urinaire.
     

    Anti-inflammatoire (surtout la racine)

    Cette propriété est notamment utilisée dans le traitement de l ‘adénome de la  prostate.

    Anti-cancéreuse ?
    Plusieurs études in vitro et in vivo ont montré l’intérêt de l’ortie comme adjuvant dans le traitement du cancer.

    http://urticamania.over-blog.com/pages/Proprietes_medicinales_de_lortie-1371476.html
    Purin d’ortie

    Le purin d’ortie est une préparation fort utile au potager ou au jardin d’ornement tant par ses qualités d’engrais naturel que d’antiparasite. S’il mérite bien son nom à cause de l’odeur putride qu’il dégage, sa fabrication ne s’avère pas complexe du tout, et les résultats sont à la hauteur…

    http://www.gerbeaud.com/jardin/fiches/fp_purin_orties.php3

    Employé pur, le purin d’orties est un désherbant.
     

  • JP31

    Y a t-il un « plan »coccinelle?,j’suis du 06,merci. :-P

  • vanvoght

    bien mignon tout ces  » truc  » helas je les ais presque tous essayé , mais ici en gwada pour faire poucer des tomates ….. oualou . ça creve si tu ne les traites pas avec le pesticide specifique . et je ne parle pas de mes courgettes melons etc ….. alors qu’ont me donne un VRAIS traitement bio et je le pratique de suite .

  • Nevenoe Nevenoe

    Zéro produits dans mon potager.
    Mes salades, tomates fraises concombres etc poussent sans problèmes, sans maladie etc ….