Victime de 19 coups de couteaux, il est poursuivit pour violence

L’histoire de Toulouse soulève beaucoup de questions, entre autre sur les raisons pour lesquelles cette histoire est arrivée alors que l’auteur des faits a été condamné plusieurs fois, que son passé djihadiste  était connu, que sa violence était avérée, etc… La justice! La justice française est une catastrophe incapable, inefficace, qui ne dissuade plus les « bagages les plus chargés » et qui enfin dilapide l’argent inutilement. Pour preuve, ce fait divers trouvé aujourd’hui, débile!

 VERRIÈRES-LE-BUISSON, HIER MATIN.  Poignardé à 19 reprises, Giraud Tartenson est poursuivi pour violences volontaires au même titre que ses deux agresseurs, son ex-femme et son compagnon, qui affirment que lui aussi leur a porté des coups de couteau.

VERRIÈRES-LE-BUISSON, HIER MATIN. Poignardé à 19 reprises, Giraud Tartenson est poursuivi pour violences volontaires au même titre que ses deux agresseurs, son ex-femme et son compagnon, qui affirment que lui aussi leur a porté des coups de couteau.

Sa vie s’est arrêtée le 23 janvier 2004. Ce jour-là, aux Ulis, Giraud Tartenson a été poignardé à 19 reprises et a frôlé la mort. Depuis, cet homme de 46 ans subit ce qu’il qualifie de « calvaire judiciaire ». Non seulement, plus de huit ans après les faits, les auteurs de ces coups n’ont pas été jugés, mais en plus Giraud Tartenson est toujours poursuivi pour violences volontaires, au même titre que ses deux agresseurs présumés, ce qu’il vient de découvrir en recevant samedi l’arrêt de renvoi de la juge d’instruction.

Une véritable douche froide, puisqu’en août dernier le parquet avait demandé un non-lieu. Son avocat a d’ailleurs fait appel de la décision du juge d’instruction.

Le 23 janvier 2004, ce papa habitant Verrières-le-Buisson se rend chez son ex-compagne aux Ulis chercher sa fille de 5 ans dans le cadre de son droit de visite. Mais il raconte qu’arrivé là-bas il reçoit un coup de torche sur le crâne, assené par le compagnon de son ex-femme. Pris au piège dans un local poubelle, il est lardé de coups de couteau.

« Il a arrêté de me frapper, car il a cassé la lame du couteau sur moi! » relate Giraud Tartenson. Gravement blessé, il est plongé dans un coma artificiel, son pronostic vital étant engagé. Mais la version du couple est tout autre. Selon eux, c’est lui qui les a agressés et a porté les premiers coups de couteau. Ils n’auraient fait que se défendre.

A la lecture de l’arrêt de renvoi, leur version est pourtant mise à mal. L’expert constate que les blessures infligées au couple sont superficielles, « sans qu’il existe de blessures en rapport avec une attitude de défense ». Ce qui ferait penser « à une automutilation ». Un témoin dit avoir vu les deux auteurs des coups et atteste qu’ils n’étaient pas blessés. Ce n’est qu’après être rentrés puis ressortis de leur appartement qu’ils ont montré des traces de sang.

Pour se justifier, le couple affirme qu’il portait des vêtements de couleur sombre, cachant les traces de sang. Mais l’enquête montre qu’ils portaient des vêtements de couleur claire. Un expert indique néanmoins que les plaies auraient pu saigner au bout de dix minutes. Autre élément en défaveur des agresseurs présumés, ces derniers ont expliqué qu’ils ont été agressés à leur domicile. Mais sur place, à peine quelques gouttes de sang sont retrouvées, alors que le local poubelle, où Giraud dit avoir été poignardé, est maculé de sang.

« C’est une escroquerie judiciaire. J’ai l’impression que la juge n’a pas tenu compte de tout ce qui est en ma faveur. Ça fait neuf ans que je n’ai pas vu ma fille et tout le monde s’en fout! Ce que je veux, c’est récupérer mes droits. Je suis la victime. Et je veux que mes agresseurs soient jugés devant une cour d’assises. Ils ont tenté de me tuer. Je l’ai vécu, je sais qu’ils étaient déterminés. Je ne m’en suis jamais remis. »

L’avocate de la partie adverse n’a pas souhaité s’exprimer sur cette affaire.

Source: leparisien.fr

9 commentaires

  • vincenzo

    Pauvre gars, et vive la france !
    Il ne doit pas appartenir à un groupe privilégié, ni à une minorité ethnique qui peut bénéficier de la discrimination positive.
    Là, il aurait une tripotée d’associations qui remuerait ciel et terre (président et assemblée nationale) en utilisant le vent (les merdias), pour faire valoir sa légitimité.
    C’est horrible ce que je vais dire, dans sa condition humaine actuelle, il peut mourir la bouche ouverte, tous les pouvoirs s’en foutent !

    • vanvoght

      horrible , mais tellement vrais . pour que nos dirigeants se decident a faire passer le droit des victimes avant celuis des voyoux , vas passer de l’eau sous les ponts . mais peut etre que vous ferez confiance a MLP ……. la ont a des chances .

    • CelaNeSarrangePas

      « Il ne doit pas appartenir à un groupe privilégié, ni à une minorité ethnique qui peut bénéficier de la discrimination positive. »

      tout a fait d’accord avec toi, à 1 000%

  • un courier que j’ai reçu en mail…et que j’ai posté sur mon blog….   ceci en rapport avec la justice et cette article….! cela pourra peut-être aidé…:

    http://stefouxxx.wordpress.com/2012/03/21/le-pacte-2012-pour-la-justice/

  • dudul

    9 ans… pendant se temps, la goss se fait monter la tête par sa mère et son compagnon…  diabolisant le père
    scandaleux…
     
    quand on sait que des multirécidiviste ne sont pas poursuivi par le proc… on ne s’étonne plus de rien en même temps….

    • Maverick Maverick

      @ dudul : Tout finit par se payer. Ca n’arrangera pas les torts qui ont été causés dans le passé, mais une fois devenue grande, la môme pourrait bien se retourner contre sa mère. Et vivre dans le mensonge est une prison. Ce n’est pas tant que la vérité qui libère, que le mensonge qui enferme.

  • sissi

    il y a plus de hustice dans ce pays de toute facon… les lois servent a rien quand tu en as besoins, mais elles savent te taclé! si sa aurait été moi,je serez revenu les massacré