Le village de Kirène, symbole du cynisme des multinationales…

Elles peuvent continuer à être cyniques les multinationales………….Effarant!.

Dans le village de Kirène, au Sénégal, plus de 10 000 bouteilles d’eau minérale sont produites chaque heure par l’usine locale. 30 tonnes de haricots verts sont récoltées chaque jour sur les terres maraichères environnantes. Mais les habitants n’en voient pas la couleur : ils ne disposent pas de l’eau courante, les haricots partent pour l’Europe, et les jeunes subissent le chômage. Une étrange vision du « Sénégal qui gagne ». Reportage.

À Kirène, en pays sérère, à une soixantaine de kilomètres de Dakar, l’eau coule à flots. La marque Kirène, qui arrose le Sénégal d’eau en bouteilles, y a bâti son usine en 2001 -1-. 10 800 bouteilles à l’heure sont produites ici.

À quelques kilomètres, la multinationale néerlandaise Van Oers cultive plus de 300 hectares de haricots verts destinés à l’exportation. Ses champs verts contrastent avec le sol pelé de la région. Non loin, la Cimenterie du Sahel et le nouvel aéroport en chantier Blaise-Diagne viennent s’ajouter à cette zone ensablée, consacrée «zone d’excellence économique» par le Président Wade.

Mais Kirène, le village, a soif. Les 4 800 habitants qui habitent la zone n’ont aucun accès à l’eau potable, en dépit des promesses des entreprises et de l’État. Ironie du sort, dans une région dont la principale industrie alimente 80 % du marché national de l’eau en bouteilles……[…]

Les forages ne manquent pas : ils sont au nombre de cinq, mais destinés aux entreprises. Un sixième, destiné à la population, est en panne depuis plusieurs mois, sans que le gouvernement n’ait encore réagi.

Enfin, le forage en construction, supposé alimenter trois des sept hameaux qui composent Kirène, financé par l’usine du même nom et par Von Oers, n’a pas vu un ouvrier depuis plus de trois mois : la part de travaux restante, dont le financement revient à l’État, a bien été votée, mais les travaux ont cessé sans que personne n’obtienne la moindre explication. […]

« L’État nous a abandonnés. Nous sommes dans une zone où le PDS (le Parti démocratique sénégalais, au pouvoir, ndlr) n’a jamais gagné en douze ans. On nous prend pour des moins que rien », soupire Abib Diouf.

Pas d’eau courante mais des camions-citernes

L’attente. C’est ce à quoi se résignent les habitants, qui ont cependant manifesté en décembre dernier pour obtenir eau et électricité, sans résultats.

Attente au pied d’un arbre pour ce vieillard, pour le camion-citerne que la Cimenterie du Sahel consent à offrir aux habitants : « Aujourd’hui, les familles n’ont pas assez d’eau pour cuisiner. J’attends le camion. Il peut passer comme il peut ne pas passer… On attend parfois jusque 20 heures », soupire Issa Pouye, installé sur un siège en plastique à l’ombre de son arbre.

Ces camions-citernes sont offerts aux populations dans le cadre de la « Responsabilité sociale des entreprises ». Quand une entreprise s’implante, elle est supposée agir sur les emplois et investir dans les villages voisins.

Dans le cas de la Cimenterie du Sahel, ses actions s’inscrivent dans le cadre de mesures de compensation fondées sur l’étude d’impact social et environnemental de l’entreprise. Les pathologies dues à la pollution générée par l’usine justifient, par exemple, la distribution de médicaments, selon le sociologue Djiby Diakhaté, qui considère les mesures prises par les entreprises locales comme « bien timides ».

Pillage des terres maraîchères

(…)

Épuisement des ressources en eau

Mariam Sene ne travaille pas, elle élève ses huit enfants. La veille, avec les plus grands, elle a marché jusqu’au forage de Von Oers, à deux kilomètres de là. Elle montre ce qu’il reste de sa réserve d’eau pour la journée : la jarre est pratiquement vide. Kirène a un vieux puits encore en fonctionnement, à deux pas du forage laissé en friche : « On commence à puiser à 5 heures du matin. Parfois, l’après-midi, il n’y a plus rien. » Enfants, jeunes, femmes se succèdent et remplissent seaux, bassines, boîtes de conserve. « Je pense qu’après les élections, les travaux vont reprendre… », espère l’un d’eux.

« La vérité, c’est que l’usine a pompé pratiquement toute l’eau de la localité. En pays sérère, l’eau est considérée comme une propriété divine. Les populations utilisent des techniques traditionnelles de forage. Les puits n’étaient pas construits n’importe où, n’importe comment », explique Djiby Diakhaté.

Pour le sociologue, les compensations mises en œuvre par les différentes usines sont bien maigres en comparaison de ce que la population a perdu. Contactée à plusieurs reprises, l’entreprise Kirène n’a répondu à aucune de nos sollicitations.

(…) Pour Abib, une seule solution : la révolte. « Il y a des grèves qui changent tout. Si tous les travailleurs cessaient le travail dans ces industries pour réclamer de l’eau… », rêve Abib, qui a fait plusieurs séjours en prison après des actions menées pour améliorer les conditions de vie de sa communauté et forcer le gouvernement à tenir ses promesses.

Il conclut, résolu : « Il faut que nous prenions notre destin en main. » À bout, les habitants de Kirène devraient bientôt se faire entendre.

Pour lire la totalité, cliquer ICI

Notes

-1- Kirène distribue également la marque Candia au Sénégal.

Auteur : Dorothée Thienot

Source : www.bastamag.net publié par Terre-Sacrée

13 commentaires

  • polo

    C’est a vomir  !
    Plus ca  vient , plus je me dis que l’évolution  est révolue et que nous ne sommes destiné qu’a nous pourrir la vie…
    L’espoir n’est que  qu’utopie tellement  l homme se sert de ses connaissances pour détruire sont prochain …

    C’est le profit capitaliste qui parle…
    et il a de l’avance …

    • dawei

      c’est faux, les oligarchies ont tout les pouvoirs certes, elles ne sont plus nombreuses, et donc facile à connaitre :
      nestlé, coca, areva, suez, mcdo, texaco, bp , total, shell, veolia, loreal , carrefour …
      pour celle qu’on peut affammer par le boycoat, n’hesitons pas !
      celles qui sont de necessité publique -> nationalisation
      et pour le reste, un bon pied de biche devrait faire l’affaire
      L’Humanité n’a jamais été aussi eduquée qu’aujourd’hui, aussi informée qu’aujourd’hui, les oligarchies vivent leurs dernière heures, il ne reste plus qu’une éteincelle! Ces vieux modeles sont contrenature, et s’opposent à l’harmonie universelle, ils retourneront rapidement dans les poubelles de l »histoire.

      • vanvoght

        je crois que tu reve un peu . eduqué , certe mais par la tele . informé ? oui par les medias aux ordres etc ……. au contraire , je pense que les peuples sont tellement lobotomisés qu’ils sont tous pret a aller a l’abatoire sans se revolter .

  • L’Or bleu…

    Pauvre Afrique, Mère de tous les peuples. L’Argent aura asséché la mamelle de notre mère…

  • willy74150

    l’Europe et ces : millions d’égoïste qui pense qu’à leurs gueule et leurs putain d’estomac un jour sa changera …

  • fotoulavé fotoulavé

    Kirène, encore un nom à conotation médicamenteuse (Voltarène, Hybiprophène…) pour créer une association entre ce qui est bon (l’eau) et leurs poisons (les médoc).

    Je dis ça, je dit rien ! 

  • frantiska

    Merci de faire un article sur ce sujet, dont personne ne parle! Il y aussi d’autres endroits en Afrique qui subissent le même sort , non pas en mettant de l’eau en bouteille mais en faisant pousser des roses et en asséchant l’eau du lac voisin. Malheureusement je ne me souviens plus où cela se passe, mais je sais qu’il y a avait notamment des français qui s’occupaient de fermes de fleurs. Si ce sujet peut intéresser je ferais volontiers des recherches et essayerai de trouver des preuves.

  • rudolphe vandenberg

    un debut de changement en ce qui concerne l’eau http://www.youtube.com/watch?v=vv7aYdrg0vU

  • Germain

    Bonjour,

    Jean ZIEGLER : Ancien rapporteur spécial des Nations Unies pour le droit à l’alimentation.
    CV sur Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Ziegler
    Jean Ziegler : Toutes les 5 secondes, un enfant de moins de 10 ans meurt de faim. Près d’un milliard d’humains sur les 7 milliards que compte la planète souffrent de sous-alimentation…./…
    …/…Et les financiers continuent de spéculer sur les marchés alimentaires. Les prix des trois aliments de base, maïs, blé et riz – qui couvrent 75 % de la consommation mondiale – ont littéralement explosé. La hausse des prix étrangle les 1,7 milliard d’humains extrêmement pauvres vivant dans les bidonvilles de la planète, qui doivent assurer le minimum vital avec moins de 1,25 dollar par jour…/…

    Qui d’entre vous a voté pour élire l’OMC, l’OMS, le FMI, la Banque mondiale ?

  • Spirit Spirit

    existe t-il un site qui recence ces multinationales
    SAvoir par exemple les marque qui importe de ses pays et les boycotter. ça vaut aussi pour les produit bio. Car manger des produits qui font crever d’autres personnes c’est quand m^me très moyen