Le Roundup de Monsanto détruit les cellules rénales humaines..

Il est incompréhensible que, malgré les preuves on continue à autoriser ces monstruosités créées par Monsanto, et dont la toxicité n’est plus à mettre en doute.

Img/sos-crise

Le « biopesticide » de Monsanto connu sous le nom de Bt ne fait pas seulement se développer des insectes mutants nécessitant un recours immodéré aux pesticides. De nouvelles découvertes montrent qu’il détruit aussi les cellules rénales humaines – même à dose minime. Étonnamment, le Roundup de Monsanto, qui fait naître des supers mauvaises herbes, a aussi le même effet. Dans une nouvelle étude, des scientifiques ont démontré que le pesticide Bt, en plus du Roundup, l’herbicide best-seller de Monsanto, manifeste une toxicité directe pour les cellules humaines. Ces conclusions s’ajoutent à la longue liste d’effets redoutables présentés par les innovations génétiquement modifiées de Monsanto.
Les dangereuses cultures Bt absorbent actuellement 39% de la totalité des OGM cultivées, et Monsanto ne semble guère ralentir sa campagne visant à étendre leur adoption. Dirigée par Gilles-Eric Séralini, une équipe de scientifiques français de l’université de Caen connaît bien les effets toxiques à la fois du Bt et du glyphosate – le principal composant du Roundup. Avec un autre groupe de scientifiques, Séralini avait déjà découvert qu’en tuant les cellules testiculaires chez les rats, le Roundup est liée à l’infertilité. Le rapport indique qu’après une à quarante-huit heures d’exposition, les cellules testiculaires des rats adultes sont endommagées ou détruites.

À seulement 100 parties par million (ppm), le biopesticide de Monsanto entraîne la mort des cellules. Ils ont découvert par ailleurs que le Roundup à 57,2ppm, soit 200 fois plus dilué que pour l’usage agricole, détruit la moitié des cellules. C’est inquiétant car, auparavant, les chercheurs avaient trouvé que dans 41% des 140 échantillons prélevés dans la nappe phréatique de Catalogne, en Espagne, le Roundup était en fait au-dessus de la limite autorisée. Selon l’étude, même en doses extrêmement faibles, le Roundup se montre agressif pour notre organisme.

Il a aussi été divulgué que, sans parler de l’Homme, le Roundup est dommageable pour la vie. Il ressort qu’il diminue la population de papillons monarques, en allant jusqu’à tuer les plantes servant d’habitat et de nourriture à ces papillons. Publiée dans la revue Conservation and Diversity, une étude de 2011 constate que l’utilisation croissante de maïs et soja génétiquement modifiés Roundup Ready, contribue significativement au déclin des populations de papillons monarque en Amérique du Nord, à cause de la destruction de l’asclépias.

La preuve que le biopesticide et le Roundup de Monsanto perturbent de la même façon à la fois la nature et la sécurité humaine est évidente, encore que peu soit fait à ce sujet. Même l’Agence de Protection Environnementale (EPA) est bombardée d’appels pour agir, avec 22 universitaires experts du maïs alertant maintenant l’EPA du fait que les cultures d’OGM anéantissent l’avenir de la production agricole. Quand est-ce que la compagnie géante Monsanto sera tenue pour responsables de la dévastation produite par ses créations ?

Auteur Anthony Gucciardi

Traduction copyleft de Pétrus Lombard

Source Sott.net vu sur Terre-sacrée

12 commentaires

  • fotoulavé fotoulavé

    Oui,et il vendent aussi, toujours et encore, l’aspartame et d’autres poisons notoires. Mais ce sont eux qui ont l’argent et ils sont entre les mains du NOM alors ils ont aussi tout le reste, le pouvoir, l’OTAN, la CIA, l’EURODGENFOR etc, etc…

    Et tout ça grace aux consomateurs qui achètent leur produits mortels, coca cola, red bull, tabac, alcool, La presse, les politiques, etc, etc… Alors ils considère que c’est la volonté du peuple. Ils considèrent qu’ils réponde à la demande du peuple.

    Ce sont des malade, tordu, mais ils sont les plus forts, matériellement, psychologiquement, politiquement, financièrement.

    Il ne nous reste pas grand chose pour les mater !!!

  • dudul

    et dire que les goss se retrouve en garde a vue pour avoir brouter de l’herbe fumer de l’herbe…

  • yann

    Bonjour ,

    Dans l’Aveyron , ils ont trouvés la parade , a partir de la , david doit faire face a goliath .On ne peux que lui faire de la pub .

    http://www.midilibre.fr/2012/03/17/un-fertilisant-naturel-aux-vertus-surprenantes-qui-fait-de-plus-en-plus-d-adeptes,472392.php

  • Bouffon

    Essayez « bactériosol » c’est le genre de produit qui vous donne envie de poursuivre Monsanto pour tromperie, escroquerie et abus de faiblesse.

  • Pierre

    Il faut trouver une alternative à ce produit certes, mais si l’on veut nourrir la planète ce produit est essentiel pour garantir la productivité de nos cultures (je parle bien sur en agriculture conventionnelle) même si c’est malheureux à dire..

    • DD

      Bonjour à tous,
      c’est une plaisanterie ? La planète peut très bien se nourrir elle même, en locale. Les moyens de fertiliser les cultures et lutter contre les nuisibles proprement sont innombrables encore faut il s’en donner la peine et passer outre la propagande qui consiste à asservir le monde et à donner des solution de facilités. Il y a de plus en plus de cultivateurs et autres agriculteurs ou éleveurs qui se retrouvent hors la lois car n’utilisant pas les produits phytos imposés mais seulement personne n’en parle.
      Pour rappel la lois prévoit deux mois de prison ferme, 75000€ d’amende pour celui qui vend ou donne un produit non homologué, en détient des bidons ou en diffuse la recette. Bien entendu sont compris la dedans TOUS les produits d’origines naturels.
       
      David.

    • Iris

      Pierre,si on veut nourrir la planète, suffit déjà de mieux redistribuer, et de promouvoir une simple agriculture locale et naturel, de nombreuses techniques d’agriculture efficaces et respectueuse de l’environnement éxistent, mais se sont les lobbys pétrochimiques que ça emmerde….
       
      http://www.permaculture.fr/
      http://www.fondationpierrerabhi.org/
      http://agroecologie.cirad.fr/

  • delphine

    on connait au moins un des visages de l’adversaire :
    DEMON-SANTO (sans rire :-()

  • Pierre

    Je suis tout à fait d’accord avec vous, on peut nourrir la planète en redistribuant et en favorisant l’agriculture vivrière. Mais ceci est vrai dans les PED, pas dans nos pays où la surconsommation est de rigueur! Il faudrait tout d’abord revoir et raisonné la consommation, à savoir manger moins, manger de la viande rouge tous les 15 jours, arrêter la fast-foodisation qui s’accroit de plus en plus et j’en passe (devenir acteur consommateur).
    Et ne croyez pas que je suis pro-produits phyto, loin de là. Je parle en tant qu’agriculteur céréalier. Ce qui me fais rire, c’est les personnes qui prônent l’agriculture bio comme étant la solution miracle, faudrait-il encore qu’il y est un marché compétitif et qu’il rémunère le travail fournit par ces agriculteurs qui font des efforts. Hélas l’une des solutions majeure qui se présente à ces exploitants, est le circuit cour et le peu de coopératives agricoles vendant ces produits. Je suis d’accord il y a énormément de progrès à faire notamment au niveau agricoles (changement de type d’agriculture ou d’itinéraires techniques) mais également dans les mœurs des exploitants, des consommateurs, des politiques et des personnes qui s’engraissent sur le dos des agriculteurs, pour ne pas citer les transformateurs de ces produits ainsi que les grandes surfaces!
    Le bio pourquoi pas, tout le monde y songe, mais c’est malheureusement encore trop tôt. Même si les mentalités tendent à changer dans l’agriculture (j’en suis la preuve), le modèle productiviste dans lequel nous nous sommes plongés ne  permet pas à nous exploitants de changer du jour au lendemain comme tout le monde le souhaiterai…
    Pour parler de mon cas, j’ai simplifié mon itinéraire de culture, afin de préserver mes sols, de limiter l’érosion (région vallonnée), mais c’est aussi un choix économique pour réduire mes coûts de production. Bilan: pour obtenir des rendements acceptables, même en faisant le nécessaire pour palier aux adventices, insectes et maladies (assolement diversifié, bonnes rotations, désherbage mécanique..), ma consommation en produits phytosanitaires n’a presque pas bouger, voir même a augmenter. M’obligeant à avoir recourt au labour sur certaines parcelles (détruisant ainsi la structure de mes sols).
    J’ai juste un truc à dire, il faut arrêter la poésie sur l’agriculture bio, même si je respecte toutes les personnes qui s’investissent et contribuent à changer les mœurs, il y a une grosse différence de rendements entre le bio et le conventionnel (céréales blé bien sur) et pas besoins de chiffres pour le démontrer. Alors croire que nous allons nous nourrir et produire suffisamment  en faisant du bio ou en abandonnant les produits phytosanitaires nous ne pourrons pas et vous le savez très bien. Les espérances se portent sur la recherche et le changement des habitudes de toutes les personnes.