USA : premier feu vert à la construction de réacteurs nucléaires depuis 1978

Se sont soit des fous soit des abrutis, l’avenir s’annonce quand à lui bien sombre pour les américains… Tchernobyl n’a pas suffit, Fukushima n’a pas suffit, de nouveaux réacteurs vont être construits, et pas n’importe lesquels, des réacteurs japonais!

La centrale nucléaire de Three Mile Island, dans l’est des Etats-Unis, photographiée le 28 mars 2011

Les autorités fédérales américaines ont autorisé jeudi pour la première fois depuis 1978 la construction de nouveaux réacteurs nucléaires aux Etats-Unis.

La Commission de régulation du nucléaire (NRC) a approuvé lors d’une session diffusée en ligne une résolution autorisant « la construction et la mise en service des réacteurs trois et quatre de Vogtle ».

Cette centrale nucléaire située en Georgie (Sud-Est) est exploitée par la société Southern Nuclear, qui avait déposé auprès de la NRC une demande d’extension en mars 2008.

Il s’agit des deux premiers réacteurs dont la NRC autorise la construction depuis l’aval qu’elle avait donné en 1978 à celui de la centrale de Shearon Harris, en Caroline du Nord.

Les deux futurs réacteurs de Vogtle sont des réacteurs dits de troisième génération, du modèle AP1000 mis au point par le groupe japonais Toshiba et sa filiale américaine Westinghouse.

D’une puissance de 1.154 MW, selon son constructeur, l’AP1000 est un réacteur à eau pressurisée. Il a reçu la certification de la NRC pour le marché américain en décembre.

Le permis de construire a été accordé en dépit de l’opposition du président de la NRC, Gregory Jaczko.

« Je ne peux pas soutenir la délivrance de cette autorisation comme si Fukushima n’avait jamais eu lieu », or « à mes yeux, c’est ce que nous sommes en train de faire », a déclaré M. Jaczko, faisant référence à la catastrophe nucléaire japonaise de mars 2011.

L’aval de la NRC permet à Southern Nuclear d’achever des travaux de construction déjà bien entamés.

La dernière centrale nucléaire entrée en service aux Etats-Unis est celle de Watts Bar, dans le Tennessee (Sud-Est), qui a commencé à alimenter le réseau en 1996.

L’essor de l’industrie nucléaire avait été coupé dans le pays après l’accident de 1979 à la centrale de Three Mile Island en Pennsylvanie (Est), où l’intérieur d’un réacteur avait fondu.

Le gouvernement du président George W. Bush (2001-2009) et celui de son successeur Barack Obama ont pris plusieurs mesures destinées à relancer cette industrie.

Ces efforts se cependant heurtent à plusieurs obstacles, de nature politique avec l’arrivée d’une majorité républicaine peu favorable au nucléaire à la Chambre basse en 2011, économique avec la concurrence du gaz, et enfin écologique en raison des craintes soulevées par l’accident de Fukushima.

Source: boursorama.com

3 commentaires

  • Maverick Maverick

    Les réacteurs de Fukushima étaient pas sur une base de conception américaine ? Il me semble bien que oui ?

  • Sylvain

    Les travaux n’ont pas encore commencé, seulement des préparatifs, lesquels semblent à refaire selon les injonctions de la NRC.

    Les travaux ne commencent que lorsque le premier béton de la dalle est coulé, ce qui n’est pas encore le cas. Ensuite, il faut au moins cinq ans pour construire le réacteur.

    Mais comme son prix déjà très élevé vient encore d’augmenter, sa construction n’est pas assurée. D’autant plus que les clients de la compagnie s’élèvent contre la taxe qu’ils sont obligés de payer pour financer par avance cette construction.

    Le frère de Watts Bar , le n° 2, est en construction depuis trente ans et la fin de la construction a encore été repoussée de trois ans par manque d’argent.

    http://energeia.voila.net/nucle/nucle_service_2015.htm

    En fait, l’éolien et le solaire ont déjà rattrapé le nucléaire pour la puissance et pour l’électricité produite chaque année par les nouvelles mises en service.