Combien d’esclaves travaillent pour vous?

A partir de nos habitudes de consommation, une étude pour savoir combien d’esclaves travaillent, pour nous fournir vêtements et autres biens, ça donne à réfléchir…..

Image/ONU.org

Après l’empreinte écologique, voici l’empreinte esclavagiste. Vous avez certainement déjà calculé le nombre de planètes Terre nécessaires à la satisfaction de tous vos prétendus besoins. Cette fois, le site Slaveryfootprint.org vous propose de calculer le nombre d’esclaves qui travaillent pour vous en fonction de votre mode de vie…

A la rédaction de Néoplanète, nous avons fait le test. Avant de vous révéler nos résultats, quelques explications s’imposent car le site est pour l’instant disponible uniquement en anglais… Le concept est en effet américain. Il a été lancé par l’association Call and Response (Fair Trade Fund, Inc.).

Des esclaves?

Première précision, il s’agit d’esclaves au sens «moderne» du terme. Un esclave est un individu forcé à travailler sans être payé correctement ou sans être payé du tout.

Les développeurs du site ont enquêté sur les pratiques d’esclavage mises en œuvre pour la fabrication de plus de 400 produits. Pour cela, ils ont aussi lu des rapports du Bureau de lutte contre le trafic d’êtres humains du département d’Etat américain, du Département américain du travail, de l’Organisation Internationale du Travail, de Transparency International et de Freedom House.
Un score a ensuite été affecté à chacun des produits concernés. Puis un algorithme complexe a été développé pour calculer le nombre d’esclaves qui triment pour vous fournir vos pulls, votre télé, vos bijoux, etc.

En route vers la culpabilisation

Le calcul proposé au grand public se déroule en onze étapes dans lesquelles on vous demande:

1 ) Votre ville de résidence.
2 ) Votre âge et votre sexe.
3 ) Le nombre d’enfants que vous avez.
4 ) Votre habitation: locataire, propriétaire, étudiant ou voyageur; le type de pièces dans votre logement; les moyens de transport que vous possédez.
5 ) Ce que vous mangez.
6 ) Le contenu de votre salle de bain.
7 ) Le nombre de bijoux que vous possédez.
8 ) L’électronique qui vous entoure.
9 ) Vos sports préférés.
10 ) Le contenu de votre garde-robe.
11 ) Et les fois où vous avez payé les services d’une prostituée.

Pour chaque étape, vous pouvez être encore plus précis dans votre calcul grâce à un onglet sur la gauche. Par exemple, vous pouvez indiquer le nombre d’amandes que vous mangez à chaque repas ou le nombre de jeux vidéo que vous possédez, etc. Pour les moins anglophones d’entre vous, munissez-vous impérativement d’un dictionnaire!

N’oubliez pas aussi de culpabiliser en route grâce aux encadrés sur l’esclavage moderne qui parsèment le quizz.

Un planisphère d’esclaves

En descendant un peu sur la page, vous apprenez que les gens ont en moyenne 25 esclaves qui travaillent pour eux. Alors, êtes-vous un citoyen modèle ou un horrible esclavagiste des temps modernes? Dans les deux cas, n’oubliez pas de le dire à vos amis via les réseaux sociaux. Ca y est, vous avez tout rempli? Votre (odieux) score est inscrit en rouge en haut de la page des résultats. Vous pouvez aussi visualiser sur un planisphère les endroits du monde où vous faites travailler le plus d’esclaves.

Les résultats de Néoplanète

L’auteure de ces lignes totalise 18 esclaves, en grande majorité en Asie du Sud-Est. Pour y remédier, il faut que j’arrête de remplir ma garde-robe de sous-vêtements de rechange et modérer ma consommation de jeux Nintendo 3DS.

Quant à mes collègues, Pauline a besoin 26 esclaves. Sa voiture, ses DVD et ses pulls pèsent lourd au compteur. Enfin, Emilie pulvérise les scores avec 36 esclaves rien que pour elle. Un peu trop de bijoux en or ont plombé ses résultats. A bon entendeur…

Quel est votre bilan carbone?

Auteur : Eudoxie Jantet

Source : www.20minutes.fr partagé avec Sauve-La-Terre

12 commentaires

  • Bouffon

    Il est où ce test ?

    • voltigeur voltigeur

      Sur le site Call and Response, je n’ai rien compris! :(
      pas trouvé la page pour faire le test! Pourtant elle doit
      y être puisque Néoplanète l’a trouvée :roll:

    • Bouffon

      Bon ben j’ai encore 29 esclaves bossent pour moi.
      Apparemment j’ai encore quelques modifications de comportement à faire. En gros, ça dit qu’il faut que je produise mon propres carburant, que je fasse mon propre jardin, que je fabrique mes propres produit de nettoyage et que je fasse mes propres habits.
      On savais tout ça de la décroissance, ce qui fait peur, c’est que ça relance en rien l’économie.
       
       

  • zztip

    Heu … autant pour moi …
    c’est :
    http://slaveryfootprint.org/

  • delphine

    excellente initiative pour faire prendre conscience aux gens
    des implications du consummérisme
    aveugle, 
    égoïste
    et imbécile 

    maintenant
    ceux qui ont deux neurones de conscience un peu connectés font attention depuis longtemps:
    ils étaient d’être responsables dans leur vie
    et de leur vie

    je ne connais aucun homme de mon entourage
    qui contribue au commerce de la prostitution donc à l’esclavagisme des enfants,

    personne n’achète des marques de frime
    la frime et la conscience ne font jamais bon ménage 

    et si on fait travailler le plus possible les petits producteurs locaux
    (alimentation locale, artisans, etc)
    il y a moins de risques qu’à l’autre bout de la chaîne un enfant  soit exploité. 

    même si on n’a jamais un contrôle absolu,
    on fait du mieux que l’on peut.

    maintenant là encore
    le port d’une tenue à l’école éviterait les concurrences de marques entre gamins. 

    et puisqu’on veut les éduquer aux droits de l’homme

    qu’on commence par leur faire voir des films où ils prendront conscience de ce que signifie porter une paire de… 
    et le prix à payer pour certains enfants esclaves.

    c’est très bien
    « touche pas à mon pote »
    mais qu’on n’oublie pas le petit pote qui est  exploité à l’autre bout du monde

    • Nevenoë Nevenoë

      TOUT FAUX !
      Cet article est lamentable …
      On veut faire endosser la culpabilité au consommateur alors que les responsables sont les grandes entreprises qui veulent des des marges monstrueuses …
      Que vous achetiez des produits chers, ou pas chers, de marque ou sans marque le résultat est le même : vous payez un prix 4 à 10 fois supérieur au prix de sortie d’usine en Inde, Chine, Bangladesh etc.
      Nous faire consommer moins n’améliorera pas le sort de ces travailleurs exploités …
      Que les grandes entreprises, les distributeurs etc. acceptent de réduire leurs marges et donc de moins rémunérer les actionnaires est LA solution.
      Ne tombons pas dans le piège de faire porter la culpabilité sur les épaules du consommateur lambda car les coupables sont les grands patrons, les industriels, les décideurs …

      • voltigeur voltigeur

        Hé bhêê, il aura fallu la journée pour qu’enfin il y ait réaction positive!
        Moi aussi ce matin j’ai pensé à cette « culpabilité » que l’on veut nous faire endosser,
        et en même temps j’ai pensé au commerce équitable….
        Merci Nevenoë! ♥♥

      • delphine

        salut Nevenoé

        je n’ai pas mentionné de sentiment de culpabilité
        mais c’est une responsabilité globale
        réduire le consumérisme me semble une nécessité pour les équilibres futurs
        si on continue à consommer comme des malades 
        quel est le futur à offrir à nos enfants?
        et même le présent dégradant à offrir à beaucoup d’humains.?

        meme si on nous raconte qu’on trouve de nouvelles sources d’énergies, qui vont se révéler encore plus polluantes 
        la surface des terres arables diminue irrémédiablement. 
        les réserves d’eau douce aussi
        les matières premières idem

        je n’ai jamais eu envie de consommer à tort et à travers
        et encore moins quand je sais que quelque part
        un enfant est utilisé par les grands circuits commerciaux et financiers.
        et c’est aussi une manière de lutter contre le pouvoir de ces mêmes circuits.

        après tout à fait d’accord avec toi,
        la culpabilité est sur le dos des oligarques
        qui n’en veulent pas 

        et quand un pédophile va profiter d’un gosse à Manille ou Bangkok
        c’est SA FAUTE,
        pas celle des supermarchés.

        je crois que beaucoup de choses sont donc à nuancer.
        culpabilité certainement pas

        responsabilité active, ça me tente
        et puis le pouvoir des acteurs commerciaux mondiaux,
        dépend aussi de la soumission des masses au système 

        mais ce n’est que mon point de vue,
        et j’essaie de l’appliquer.

  • Tex

    De toutes façons, ce test ne peut pas être juste puisqu’il ne tient pas compte des aliments bios et de ceux qu’on fait pousser soi-même!!
    Ils partent du principe qu’on achète tout… et ils ne tiennent pas compte non plus de la provenance de ce que l’on achète.. si on consomme local où si la même marchandise est fabriquée en Inde, c’est  différent!

  • almodis

    OUi , TEx a raison ! je me suis vu attribuer 25 esclaves alors que je ne mange que ce que nous produisons ( à 2 ) ! je n’ai qu’une voiture et un ordi pas de fringues achetées DU TOUT §
    mais c’est tout de même un outil acceptable , grâce aux petits textes en bulles , et je pense qu’il faut le passer à nos voisins , amis et famille ; ça peut servir à une prise de conscience ;
    que vient faire la culpabilité là de dans ??? 
    TOUT ETRE HUMAIN A UNE EMPREINTE ECOLOGIQUE , faut le savoir et apprendre à vivre avec cette conscience  , puis se modérer dans ses achats comme dans sa consommation d’ENERGIE ! ( qui n’est pas prise en compte non plus dans ce test . 
    les MOUTONS informés connaissent certainement d’autres tests plus subtils , qu’ils nous en fassent profiter !